Archives par mot-clé : Fusion & Acquisition

Rumeur : Oracle serait en train de négocier le rachat de SalesForce

Bon, c’est la rumeur que j’ai entendue sur le salon e-commerce : Oracle serait en cours de négo pour racheter Salesforce, via principalement un échange d’actions.

ça serait dans le suite de l’accords stratégique signé entre les deux boites, en juin.

ça aurait du sens par rapport à la stratégie d’acquisition d’Oracle, et sur l’avenir du cloud.

Je n’ose imaginer le prix de l’acquisition (100 Milliards ?)… Oracle peut il se payer une telle danseuse ?

A suivre 😉

Microsoft – Nokia : La fin des pur player software ?

Toute l’intelligence de Microsoft, à ses débuts, ça a été de comprendre avant tout le monde, que

  • le logiciel, c’est un composant clé des ordinateurs,
  • on peut faire du logiciel un business (très) rentable
  • on peut développer du logiciel de manière relativement indépendante des constructeurs d’ordinateurs

(à une époque ou un grand constructeur Français, Thomson pour ne pas le nommer, avait réussi l’exploit de sortir un ordinateur … sans OS 😉 )

D’autres très très grands éditeurs de logiciels ont émergés, soit pour le grand public (Google, Facebook, Adobe) soit pour les pros (SAP, Oracle, Adobe).

 

Les récents mouvements vont dans l’autre sens :

  • Apple s’est développé sur un modèle très intégré soft +hard
  • Google a racheté Motorola
  • Microsoft vient donc de racheter la branche téléphonie de Nokia (bon, c’était une affaire, à 5,4 Md €)

Assiste-on à la fin du modèle séparé éditeur – constructeur ?

Difficile à dire mais ces mouvements, quand on prend du recul, sont étonnant. Il faut bien voir que le moteur principal de tout ça, c’est le modèle économique, qui évolue vers la publicité. Et pour gagner de l’argent avec la pub, il faut maîtriser l’affichage du terminal…

On aurait pu penser que le tout internet allait au contraire renforcer la séparation soft – hard…

A suivre :

  • Facebook va-t-il vraiment se développer avec son propre smartphone ?
  • Microsoft va-t-il réussir à créer de la valeur avec Nokia ?
  • Même question pour Google (la preuve n’est pas encore faite) ?
  • Adobe va-il racheter … HTC ou Lenovo ? 😉
  • Les opérateurs vont ils entrer dans la danse et racheter des constructeurs, afin de remonter dans la chaîne de valeur ?

 

Si j’étais Google…

Je rachèterais Pinterest, quelque soit la valo !

Par rapport au rachat d’Instagram par Facebook : pour que la valo soit si élevée, c’est que, forcément, il y a eu une surenchère, entre plusieurs boites intéressées.

Qui a pu essayer de racheter Instagram, à de pareilles valorisations ? Je parierais bien pour Google bien sûr, et peut être microsoft…

En tout cas, il me semble évident que Google devrait racheter Pinterest, avec ses “vrais” utilisateurs, qui ne sont pas de geeks…

C’est pour eux de plus en plus vital, d’alimenter Google+, aves ce type de services, plus l’intérêt de “récupérer” les dizaines de millions de membres.

On parie ?

Amazon se paie Kiva, les robots logisticiens

Comment faites vous pour faire le picking des produits, commandés par les clients ?

Vous vous déplacez, pour aller chercher les produits dans leurs étagères.

Avec Kiva, c’est différent, puisque ce sont les étagères qui se déplacent.

J’avais déjà vu une démo de ce truc, mis en oeuvre par Zappos.

Et bien Amazon vient de racheter cette boite, pour 775 M$.

On se posait la question, de savoir si la techno est vraiment une bonne idée, ou si c’est une usine a gaz. Amazon a probablement pensé que c’est une bonne idée ;).

(source)

UPS : le rachat de TNT confirmé !

Cet article est écrit par Augustin GUELDRY, fondateur de COLICOACH Conseil livraison et logistique e-commerce et du blog Livrezfacile.

Conformément aux derniers échos récents dans les médias, UPS vient de confirmer le rachat de TNT.

Je ne reviens pas ici sur les causes de ce mouvement stratégique, ni sur pourquoi UPS avait des chances de réussir.

Maintenant que le deal est confirmé, nous allons plutôt regarder les challenges à venir et les incidences possibles de ce rachat :

LE DEAL TNT – UPS :

Si vous n’êtes pas tout à fait familier du secteur du transport voici quelques éléments :

– UPS est le premier transporteur mondial de colis avec un C.A annuel supérieur à 35 milliards d’Euros.

– Ce deal lui permet d’accroître encore son leadership mondial et surtout de faire jeu égal avec le leader du colis en Europe, DHL, pour atteindre lui aussi environ 17% de parts de marché en Europe.

– L’activité européenne de TNT est de bonne qualité avec un maillage opérationnel performant et une rentabilité sur cette région du monde : + 350 millions d’euros en 2011.

– Pour mieux comprendre l’importance de ce pari : l’acquisition de TNT constitue le plus gros rachat (+ de 5milliards d’euros) de toute l’histoire de UPS depuis sa création en 1907 !

On assiste donc à un mouvement stratégique d’ampleur mondial avec des répercussions qui vont être importantes à de nombreux niveaux. Il est évidemment encore un peu tôt pour bien mesurer toutes les conséquences puisque UPS n’a pas encore communiqué le détail de sa stratégie.

Voici donc mon point de vue :

LES CHALLENGES POUR UPS :

– Quelles vont être les réactions et les stratégies des autres protagonistes FEDEX et DHL en tête ?

Est-ce que cette concentration va inciter des acteurs de 2ème rang à se rassembler pour mieux lutter face à ce géant ?

– En raison de la taille de l’opération et son incidence en Europe, il y aura probablement un regard attentif de Bruxelles à suivre concernant le respect des règles de concurrence.

– UPS pense pouvoir faire jouer des synergies entre les 2 sociétés, notamment en Europe, évaluées à 400 millions d’euros mais en agissant sur quels leviers ?

On peut penser que  les salariés TNT mais aussi ses sous-traitants vont être concernés.

– Comment UPS va intégrer une société de cette taille et notamment sur le plan humain en raison des différences de culture d’entreprise qui sont bien réelles ?

– Quelle sera la stratégie exacte d’UPS dans le B to C sachant que TNT a développé depuis plusieurs années une démarche volontaire dans ce domaine ?

De plus, UPS vient de racheter le réseau européen KIALA spécialisé dans les points relais pour les particuliers. Il y a donc une synergie et une stratégie à faire évoluer pour clarifier la politique à l’égard de la livraison aux particuliers.

On le voit, c’est avant tout une nouvelle étape du transport qui s’ouvre avec encore plusieurs inconnues et des challenges très nombreux à relever pour UPS. Il faudra observer attentivement l’activité des mois et années à venir pour mesurer plus précisément toutes les conséquences de cette énorme opération.

Pour les e-marchands, il est important d’adopter une stratégie prudente afin de ne pas mettre en difficulté leur distribution face à la grande instabilité du secteur du transport qui va encore se poursuivre.

Augustin GUELDRY

Les rachats de sociétés, ce qu’il y a derrière les communiqués

Je reçois souvent des communiqués, sur des annonces de rachats.

La communication est souvent très “langue de bois” : on y parle de création de valeur, 1 + 1 = 3, et tout ça.

C’est bien sympatique, mais je sais bien que la réalité est bien souvent différente.

Le scénario qu’on a tous, plus ou moins en tête, c’est d’un achat avec une belle valorisation, un beau chèque.

Cela arrive, heureusement ;). Exemple, le rachat par Rakuten de Priceminister.

Mais il arrive souvent que le rachat, ce soit en fait un tout petit chèque, parce que la boite qui se fait acheté est au bord du gouffre. Elle n’arrive pas à se développer, elle a perdu trop d’argent, et “une bonne âme” rachète le truc, pour quelques milliers d’euros.

Extérieurement, c’est pareil, mais à l’intérieur, c’est une autre histoire. La boite racheté a bien souvent perdu son Mojo ;).

Certains attendent même, pour faire une offre, que la boite dépasse le “seuil de mort clinique”, pour faire baisse la valo.

Cela marche bien sûr, la valo baisse… Mais le moral des équipes aussi ! A se croire trop malin, on fini par perdre du temps et de l’argent !

Bon, heureusement, ça se passe pas toujours comme ça !

Et pendant ce temps, Demandware est en train de réussir une magnifique IPO !

UPS : Sa stratégie pour Kiala

Cet article est écrit par Augustin GUELDRY, fondateur de COLICOACH et du blog Livrezfacile

Après l’annonce par UPS il y a quelques jours du rachat du réseau KIALA, l’intégrateur américain expose à présent sa stratégie en Europe. UPS indique qu’il souhaite par ce rachat prendre une position forte en Europe sur le marché B to C. Cette acquisition permet évidemment de gagner du temps puisque cela évite de construire un réseau. En effet cette démarche est toujours longue, fastidieuse et pas toujours couronnée de succès :

– recruter des commerçants.

– mettre en place les outils technologiques pour les échanges d’informations.

– créer et imposer la notoriété d’une marque.

En reprenant Kiala, ces étapes sont déjà bien engagées et permettent à UPS de se concentrer sur le déploiement du réseau en Europe. UPS se rapproche ainsi progressivement de l’attente des e-marchands  pour une solution paneuropéenne complète comprenant (livraison à domicile, en point relais, en express etc..)

Les conséquences de ce mouvement stratégique :

– Le marché B to C a pris une telle ampleur que tous les acteurs du transport se doivent aujourd’hui de clarifier leur stratégie : se cantonner uniquement dans le B to B ou aborder le B to C mais avec des moyens et une stratégie appropriée aux spécificités de ce marché.

– L’arrivée d’un acteur comme UPS (C.A + de 5 fois supérieur à celui de GEODIS ou TNT) montre que :

* la crise économique engagée en 2008 puis renouvelée en 2011 a une incidence directe sur le volume de fret à transporter. La guerre tarifaire engagée entre les transporteurs pour conserver des parts de marché se fait souvent au détriment des marges et fragilise fortement de nombreux transporteurs.

* le marché du B to C est en pleine mutation et que le contexte n’est pas encore stabilisé. Il va y avoir de nombreux mouvements de ce type dans les années à venir.

* que les moyens financiers à mobiliser pour être présent sur ce marché sont en train de changer.

Des opportunités à saisir pour les e-marchands :

Comme toute période de bouleversements, cette phase va être appréhendée par les acteurs directement concernés, les e-marchands, de différentes façons. Certains vont probablement essentiellement subir les conséquences et rester des spectateurs sur la défensive cherchant dans l’urgence une solution alternative en cas de difficulté d’un acteur par exemple. D’autres saisiront ce contexte pour accroître la compétitivité de leur offre commerciale.

Je m’explique :

Les e-commerçants vont avoir progressivement moins de choix pour différencier leur offre standard de livraison avec la réduction progressive du nombre de transporteurs. Il reste cependant encore des pans entiers de l’activité B to C à optimiser et donc des opportunités pour les e-marchands de se démarquer de leurs concurrents :

– la livraison aux particuliers restent encore peu exploitées par les grands réseaux de transport sur certains créneaux (produits encombrants, livraison à deux personnes, livraison sur RDV, livraison écologique etc…). Il y a donc encore des moyens de se démarquer de ses concurrents sur ces volets.

– la logistique reste un vrai levier de compétitivité et de différenciation à condition d’être bien conduite.

– les outils de communication avec les transporteurs et les destinataires d’un côté et de pilotage des flux expédiés de l’autre sont encore des gisements importants d’amélioration.

Face à ces bouleversements les e-marchands doivent, pour sécuriser leur distribution, adopter une stratégie de livraison spécifique et adaptée à ce contexte nouveau. En parallèle, une stratégie bien construite pour établir une Supply Chain performante constitue à mes yeux le meilleur gage de réussite dans les années à venir.

Augustin GUELDRY  Fondateur de COLICOACH

UPS aurait fait l’acquisition de Kiala

D’après le JDN, Kiala aurait été racheté par UPS.

Kiala, c’est :

  • 300 clients
  • Présence dans 5 pays
  • 145 000 colis traités par jours
  • 50 M€ de CA en 2011 (environ)
  • Plus de 6000 points relais
En fouillant sur Internet, on voit que Kiala a levé
  • 2001 : 3       M€ apporté par les fondateurs
  • 2001 : 11     M€ (source)
  • 2003 : 12,8 M€ (source)
  • 2005 : 10    M€ (source)
  • 2007 : 26    M€ (source)

Je n’ai sans doute pas tout trouvé, mais ça fait grosso modo 63 M€ levé…

Tout ça, racheté pour 10 à 15 M€ ?

La boite devait aller bien mal pour un rachat à ce prix !

Que va devenir Kiala aux mains d’UPS ?

UPS va-t-il, comme l’évoque le JDN, utiliser le réseaux de points relais pour offrir une alternative à son système de distribution ?

(source JDN)

UPDATE

L’article du JDN a été mis à jour, on parle maintenant d’une valo de 10 à 15 M€ pour le fondateur, et d’une valo totale autour de 100 M€.

Hum, je pense qu’on ne sait pas la valo de rachat ;).

 

OPA sur Rue Du Commerce par un acteur immobilier des centres commerciaux

Altarea Cogedim est en train de mettre la main sur Rue Du Commerce.

Rue Du Commerce, c’est 380 Millions d’euros de CA, pour un bénéfice de 1,2 Millions d’euros.

La valeur du rachat, à 9 € l’action, correspond à une valorisation totale de près de 100 M€.

Si on ramène la valo d’achat au chiffre d’affaire, cela fait un facteur 1/4, mais si on calcul à partir de la marge, le facteur est bien plus grand ;).

Rue du commerce a été fondé en 1999.

Au delà des chiffres, que va faire Altarea Cogedim d’un site e-commerce ? Quelles synergies créer avec les centres commerciaux, ou pas ???

Vous pouvez lire le communiqué de presse ici.

Breaking news : Oracle achète Endeca

A peu près un an après avoir acheté ATG, Oracle vient d’annoncer l’acquisition de Endeca, solution de searchandising.

Le searchandising, pour ceux qui découvrent ce blog ( 😉 ), c’est une solution logicielle, qui enrichie le système e-commerce, et qui vise à “proposer le bon produit, au bon moment, au bon client”.

C’est donc un composant logiciel, qui se branche sur le front, et qui permet de :

  • Gérer les catégories, avec des notions de filtres avancées
  • Gérer un moteur de recherche, avec des résultats même si la recherche est imprécise (correction de fautes de frappe ou d’orthographe)
  • Trier intelligemment les produits, pour présenter en tête de liste les produits qui se vendent plus
  • Proposer automatiquement des liens entre les produits (cross selling automatique intelligent)
Oracle devrait proposer une intégration packagée entre les produits ATG et Endeca.
Cela ciblera probablement les très gros projets (ce qui est déjà le cas de ATG).
Les autres acteurs du domaine sont :
  • FredHopper, racheté par SDL, mais qui reste une entité autonome sur son métier
  • Compario, solution française
  • Et d’autres solutions, comme Autonomy, Celebros, FactFinder
A suivre, il y aura sans doute d’autres annonces sur ce secteur stratégique.
(merci Adrien pour l’info)