La série sur Uber – Super Pumped : bof…

J’ai essayé de regarder Super pumped, qui raconte l’histoire de Uber et de son CEO, Travis, avec son management « virile ». 

J’aime bien les histoires de startups : ça parle d’un monde que je connais bien, et je trouve qu’effectivement il y a de quoi raconter de belles histoires, avec de l’émotion, des rebondissements, …

Là, Super pumped, c’est la grosse déception : 

L’histoire n’est absolument pas crédible, à un point qui rend l’histoire complètement inintéressante.

Par exemple, on nous montre comment Travis, ayant besoin d’argent, fini par se résoudre à aller voir son investisseur, et lui demande de l’argent, en lui transmettant le montant demandé…

C’est n’importe quoi : 

Un investisseur suit ses lignes d’investissements, en participant au conseil d’administration (ou Board en anglais). Le CEO a prévu un plan (le fameux Business Plan), et régulièrement, en général tous les trois mois, le CEO vient présenter la situation à son board, qui challenge le CEO pour comprendre pourquoi les choses ne se passent pas comme prévu (elles se passent rarement comme prévu 😉 )

Le niveau de Burn Rate (argent dépensé = argent gagné moins total des dépenses, sur une période donnée) est donc un indicateur tout à fait fondamental et suivi très régulièrement. 

Toujours sur cet exemple, si un investisseur réinjecte de l’argent dans une startup, il le fait dans un cadre bien défini : à quelle valeur, avec quelles règles du jeux : c’est le rôle du pacte d’actionnaires. 

J’ai donc lâché, je ne verrais pas la suite ;). 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.