Archives par mot-clé : iPad

e-commerce et tablettes, ce n’est que le début !

Cet article est écrit par Christophe Davy, dirigeant de Brand Online Commerce, qui est “l’invité permanent” de François sur ce blog.

 TablettesSource photo : lejournaldelamobilite.com

Chez Brand Online Commerce, nous avons sorti la semaine dernière une étude sur les smartphones à l’aide des métriques de nos différents clients, à savoir des marques haut de gamme de beauté et de mode. Nous avons travaillé sur une période courte (du 18 septembre au 17 octobre 2011), mais surtout récente, afin de bien restituer la progression phénoménale des smartphones en cette rentrée 2011.

La stat la plus spectaculaire concerne les iPads : sur l’ensemble des boutiques dont nous avons la gestion, nous constatons que les iPads représentent désormais 5% des ventes !

Nous parlons de boutiques de belles marques, et il n’est pas illogique de retrouver l’iPad en bonne position dans les ventes : on peut aisément faire un lien entre le type de clientèle de ces marques et les possesseurs d’iPad. Néanmoins, la progression est impressionnante en seulement quelques mois. D’ailleurs, l’ensemble de la catégorie smartphones (iPad, iPhone, iPod, Androïd), qui dépasse maintenant 7% des ventes, ne représentait que 2,3% il y a un an !

Autre chiffre intéressant, pour les belles marques comme pour tous les autres sites de e-commerce, le taux de transformation à partir d’un iPad est 42% supérieur au taux de transformation global des boutiques.

L’avenir du e-commerce passe donc par les tablettes, iPad en tête ! Et on peut dire que concevoir un site de e-commerce sans prendre en compte les spécificités ergonomiques de ces tablettes (ainsi que l’absence de flash sur les iPads) relève, en 2011, de la faute professionnelle !

l’iPad, pour les séniors, les pros, l’éducation et les apple maniac ?

A qui peut bien servir l’iPad ?

Pour pas mal de monde, l’iPad est très loin d’être indispensable, trop proche, finalement, de l’ordinateur portable.

Les usages qui me semblent particulièrement adaptés pour l’iPad :

Les séniors

Pour la population qui a du prendre en main l’informatique tard, manipuler l’ordinateur reste un challenge.

Dès que la fenêtre d’une application passe devant une autre, nos séniors peuvent être rapidement perdus…

L’iPad, avec son interface simplifiée, me semble particulièrement adapté.

Les pros

L’iPad me semble vraiment parfait pour ce type d’usage.

Exemple : le commercial peut faire sa présentation via l’iPad, bien plus classe que le catalogue papier.

L’éducation

Beau domaine pour Apple à ce niveau là, ça me semble clair.

Là encore, l’interface simplifiée et intuitive peut permettre de développer des applications “énormes” !

Les “apple Maniac”

Bien sûr, il y a toujours une frange de la population qui achètera tout ce qui aura une pomme…

Donc ?

Je ne suis toujours pas convaincu de l’usage réellement grand public pour ce terminal, pas bien adapté à la mobilité (il faudrait pouvoir le plier en deux).

Maintenant, cela n’empêche pas d’imaginer pleins d’usages !

Et vous ?

L’iPad, on the road

A l’annonce de l’iPad, je dois dire que j’ai été un peu sceptique.

Je pense aujourd’hui que l’iPad devrait très bien se vendre, pour une raison simple :

Ce n’est pas un ordinateur, c’est une tablette pour tout un tas d’usages grand public : lire, écouter de la musique, voir des photos ou des films, jouer, surfer sur internet, …

Bref, l’iPad permet de faire beaucoup de choses, sans avoir a s’embêter avec des problèmes techniques, ce que n’a jamais permis l’ordinateur (tous ceux qui doivent aider leurs parents ou grands parents à utiliser leurs ordinateurs voient de quoi je veux parler…).

Ce ne sont donc pas les réflexions techniques qui m’on conduit à réviser mon point de vue, mais plutôt les commentaires des uns ou des autres, expliquant qu’une personne, jusqu’ici plutôt réflactaire à l’ordinateur, était tenté par l’iPad.

L’autre moteur qui va très probablement booster ce terminal, c’est l’industrie du livre et de l’audio-visuel, mis à mal par la révolution numérique, et qui voie (ou va voir), avec l’iPad, un excellent moyen de se réinventer.

Et c’est vrai que quand on voit les plus belles démos de livres interactifs, ou les objets sortent du livre, pour s’animer, on sens bien qu’il y a vraiment quelque chose, là.

Utiliser un “device” dans quelle position ?

La première fois que j’ai lu quelque chose sur ce sujet, c’était un billet de Jean Louis Gassée, je pense que c’était un billet paru sur Libé.

Jean Louis parlait de la position qu’on a, en face d’un appareil “avec un écran”.

Pour un ordinateur classique, on est assis, le dos droit (normalement), avec un bureau devant soi.

Les mains tombent naturellement sur le clavier et la souris.

Pour la télé, on est “vautré” dans un canapé, sans rien pour poser ni clavier ni souris.

Cette position conditionne l’usage du terminal. Tout ceux qui ont essayés d’ajouter un clavier à une télé se sont plantés.

Il faut complètement repenser l’ergonomie du service en prenant en compte ce contexte d’utilisation du terminal.

On peut aujourd’hui ajouter les mobiles, qu’on utilise… en mobilité (phrase profonde, je sais) : on peut être debout, assis dans un bus ou un train, … Là encore, les conditions d’utilisations impactent l’ergonomie. C’est ce qu’à incroyablement bien réussi l’iPhone, avec une ergonomie sensuelle et adaptée à la mobilité.

A partir de cette analyse, il apparait clairement que l’iPad est fait pour être utilisé dans un canapé, comme la télé. C’est bien dans cette position que Steve Jobs nous l’a présenté.

Et c’est bien l’enjeu de l’iPad : ce n’est pas un terminal mobile, c’est un terminal fait pour conquérir notre salon.

(Merci Benjamin pour cette discussion passionnante !)

Stratégie d’Apple pour les films et la musique

A la base de cette réflexion, on discutait, avec Christophe, sur les usages de l’iPad.

Certaines activités sont bien autonomes :

  • Surfer sur Internet
  • Lire et écrire les mails
  • Choisir une application, l’installer et l’utiliser

Par contre, c’est moins évident pour d’autres activités :

  • Ecouter de la musique : Bien sûr, on peut écouter de la musique depuis l’iPad, mais comment peut on copier les morceaux de musiques ? Il faut passer par iTunes, et un autre ordinateur donc.
  • Voir des photos : Bon, on peut voir les photos, mais comment les transférer depuis l’appareil photo vers l’iPad ? Impossible sans passer par l’ordinateur, et ça me semble une limitation très forte.
  • Voir des films : Là encore, même punition : on peut voir des films sur l’iPad, mais il faut soit acheter les contenus, soit passer par iTunes. Et si on a une bibliothèque de films sur un disque dur ? Non seulement il faut passer par iTunes, et donc un autre ordinateur, mais en plus il faut convertir les films au format MP4. Cela freine sérieusement cet usage…
  • Lire des livres : ça sera très probablement le même scénario que pour les films ou la musique. ça ira bien pour les livres achetés sur la boutique en ligne, mais ça sera pas si simple pour récupérer des livres venant d’autres sources.

Alors, pourquoi Apple met en place de tels limitations ?

Quand on y pense, la raison est assez évidente : Apple caresse dans le sens du poil les acteurs clés des différents médias : majors, producteurs, …

Objectif : signer des accords avec eux, pour amener du contenu sur ces terminaux.

Pas question donc que ces équipements apparaissent comme des outils pour pirates.

Steve Jobs met donc des barrières pour limiter l’usage de contenus “libres”.

C’est un choix, très structurant. Pour l’usager, c’est une sorte de deal qui est proposé :

Tu as un terminal beau, agréable à utiliser, … Mais tu ne pourras pas y faire ce que tu veux, la vie ne sera pas si simple pour certains usages.

Ce pari est un succès sans appel pour l’iPhone. En sera-t-il de même pour l’iPad ? J’en doute pour ma part, le contexte de l’iPad est sans rapport avec celui de l’iPhone.

E-Commerce sur iPad

Cette vidéo date de 2 mois.

Elle donne, je trouve, une assez bonne illustration de ce que pourrait être une nouvelle expérience e-commerce sur iPad.

Maintenant, pour avoir ce résultat, il faut penser application native, et surement pas site web adapté.

Chez Araok !, avec notre culture e-commerce et l’expérience dans la conception d’applications, on est prêt à vous concevoir votre application !

(Source Ben)

Alors, l’iPad, future grand succès ou pas ?

Bon, l’iPad correspond plus ou moins à ce qui se disait.

C’est une tablette, avec un environnement intégré pour faire tout un tas de choses :

  • Ecouter de la musique ;
  • Voir des films ;
  • Voir des photos ;
  • Lire et écrire des emails ;
  • Editer des documents “office like” ;
  • Surfer sur Internet ;
  • Jouer avec des applications (iphones ou spécifiques) ;
  • Lire des revues ou des livres ;

Tout ça pour un prix raisonnable, de 500 à 850 $, suivant les options (mémoire et option 3G), et pendant 10h (donc probablement 7h, ce qui est déjà pas mal).

tout ça avec une expérience utilisateur qui ressemble à ce qu’on connait avec l’iPhone, sur un écran plus grand.

Au niveau des déceptions :

  • Pas de caméra, en particulier sur la face avant (dommage pour Skype) ;
  • L’écran ne couvre pas toute la surface ;
  • Pas de port USB ;
  • Pas “dual screen” 😉

Bon, tout ça, ça fait un succès ou pas ?

Hum… Allez voir la vidéo sur le site Apple, ils savent vraiment mettre en valeur leurs produits !

Bon, je continue de penser que le format n’est pas parfait, parce qu’il ne permet pas un transport facile.

Maintenant, d’après ce que j’ai vu, les équipes d’Apple ont su adapter les applications pour exploiter la taille de l’écran, et donner un effet “wouahou”, comme on a eu avec l’iPhone.

Si les contenus et les applications suivent, ça peut se développer…

On verra maintenant, il faudra attendre plusieurs mois pour avoir une vrai tendance, parce que pour les premiers mois, les fans vont se ruer dessus.

Et pour le e-commerce ?

ça peut faire un terminal sympa pour faire ses achats, depuis le canapé du salon… A suivre de près donc.