Archives par mot-clé : m-commerce

Moto G : Difficile de résister…

Allez vous vous acheter un iPhone C, à 600 €, ou un Moto G, à 170 € ?

Au bout du compte, vous aurez un smartphone, qui n’aura pas une durée de vie beaucoup plus courte que ce que fait Apple…

L’ergonomie ne sera peut être pas aussi fluide… Mais est-ce que ça vaut 430 € ?

Moto G

Probablement pas…

Ce prix est bien dans la philosophie de Google, ou tous les services sembles gratuits, ou pas cher… La logique, c’est que ce terminal est un panneau publicitaire pour google, dans votre poche.

La bonne nouvelle, c’est la vrai démocratisation des smartphones.

 

Mon iphone s’ennuie…

J’ai un iPhone depuis 2007.

A l’arrivée de ce smartphone, ça a été une vrai révolution.

Enfin, un terminal mobile qui permettait vraiment pleins d’autres usages, avec une ergonomie super, un écran vraiment nouveau…

Bref, une vrai expérience utilisateur satisfaisante.

2013 : j’ai un iPhone 4s. Je pourrais avoir un 5, mais pourquoi ? Gagner une petite bande de plus en haut de l’écran ?

Ce qui m’ennuie, c’est qu’aujourd’hui, les petits bugs s’accumulent, et finissent par rendre l’usage lassant :

  • Depuis le passage à la dernière release d’iOS, ma batterie tient moins de 12h.
  • Les logiciels ne se téléchargent pas bien : ils apparaissent en attente, et le téléchargement OTA (over the air) ne se fait pas.
  • Les livres achetés sur iPhone ne peuvent pas être lus sur mon ordi
  • La synchronisation avec iTunes ne fonctionne plus, il me demande de libérer des Go, alors que rien ne justifie cette demande d’espace supplémentaire
  • L’iPhone ne propose rien de rien pour gérer la notion de multi utilisateurs
  • La censure faite par Apple sur les contenus des livres et des applications apparait de plus en plus comme insupportable.

En écoutant le dernier podcast sur onrefaitlemac, les arguments des défenseurs de l’iphone m’ont semblé bien faibles (j’ai mes habitudes).

Au final, mon prochain smartphone sera sans doute un Androïd…

Bon, au niveau ordinateur, je ne suis pas prêt de laisser Apple…

Newquest sort une excellente solution pour créer des sites m-commerce

NewQuest vient d’annoncer la sortie d’un produit génial : Shoperize.

Il s’agit d’une solution, commercialisée en mode SAAS ou embarquée sur le site marchand, et qui permet de créer un site mobile très facilement, à partir de n’importe quelle boutique Prestashop, Magento, Big Commerce, Shopify…

La solution est vraiment très bien faite, pour tout dire bien mieux que tout ce que j’ai pu voir jusqu’ici.

L’ergonomie est parfaitement adaptée aux terminaux mobiles, Apple ou Android.

Exemple de page d’accueil :

Page produit :

Un bouton en haut permet d’accéder aux différentes catégories du site :

Le processus achat est complètement adapté au mobile :

Bref, parfait je vous dit !

Allez, rien ne vaut une petite vidéo :

Un exemple live est disponible sur Keria.com et sous peu sur Timefy.com et une vingtaine de webstore seront prochainement “Shoperizés”

J’ai testé pour vous – Envoyer une carte postale depuis l’iphone

Je voulais voir comment ça marchait ce truc.

J’ai donc testé cet été l’application Cards.

Le principe, c’est de prendre une photo avec l’iphone, et, avec l’application, faire une décoration, mettre du texte.

On choisi le destinataire et zou, la carte est imprimée, postée et donc reçue un peu plus tard par votre destinataire.

L’application est plutôt sympa et facile à prendre en main, avec des effets d’animation à gogo pour les transitions…

Au final, ça marche mais j’ai carrément été choqué par le prix payé : 4€50 ! Pour envoyer une seule carte, c’est bien trop cher !

Et mon frère qui a reçu la carte a trouvé que c’était un brin impersonnel, de recevoir une carte imprimée et non griffonnée 😉

Bon, cette application ne va sans doute pas révolutionner l’envoie de cartes postales 😉

Google Now – L’idée qui va rapporter un max… Mais à qui ?

Google Now est un nouvel assistant, pour Androïd.

Une bonne vidéo vaut mieux qu’un long discours :

Quand on y réfléchi, l’idée est excellente : Google, en croisant tout un tas de données déjà existantes (RV, position, préférences, recherches fréquentes, …) peut très facilement faire des suggestions intelligentes.

Et quand on y réfléchi un peu plus on se dit que de là à faire des suggestions “sponsorisées”, il n’y a qu’un pas :

“Tient, vous passez juste à côté d’un magasin qui propose des supers promotions sur le cassoulet, et justement, vous aimez ça et vous n’en n’avez pas acheté depuis 17 jours”

Vous voyez l’idée ? Et en même temps, je dois dire que ça fait … peur, non ?

ça semble tellement, tellement efficace !

Et je vois d’ici la “séparation” entre les recommandations “naturelles” et les recommandations “sponsorisées” (le fond jaune quoi).

 

Adapter son site aux tablettes et aux mobiles

Les parts de marchés des terminaux “autre que PC” augmentent, et il devient de plus en plus critique d’avoir un site bien adapté à chaque terminal.

Pour les tablettes, le problème est le suivant :

Il faut prendre en compte le fait que la tablette peut être tenue horizontalement et verticalement.

Si la tablette est en mode vertical, on a bien moins de pixels en largeur. Il faut donc un site qui s’affiche correctement, avec une petite largeur.

Si la tablette est tenue en mode paysage, on est pratiquement sur une largeur standard… Mais même là, ça se discute : la tablette est quand même un petit écran, et il n’est pas raisonnable d’avoir la même version du site, pour un ordinateur qui a un écran de plus en plus grand, et une tablette, qui a un écran compris entre 7 et 10 pouces.

Bon, mais au delà ces éléments, le problème majeur, c’est d’adapter l’ergonomie à la tablette.

Avez vous remarqué qu’avec une tablette, ou un smartphone d’ailleurs, on n’a pas de souris ?

On remplace le clic par le doigt, ça, c’est bon.

Mais par contre, on n’a rien pour remplacer le déplacement de la souris.

Donc, toutes les fonctions accessibles via ce déplacement ne fonctionnent plus.

Exemples : plus de menus déroulants qui s’ouvrent au survol de la souris, ni d’image qui change, ni de zoom automatique, …

Bref, un site bien fait pour un PC ne fonctionne plus sur ces environnements.

La solution ? Pas le choix, de mon point de vue : il faut une déclinaison spécifique du site.

Dans cette déclinaison, on va travailler l’adaptation du contenu à l’écran, et en plus, on va repenser la navigation, de manière à ce qu’elle soit agréable à utiliser depuis une tablette tactile.

Au niveau technique, on n’est pas obligé de tout refaire. Si la boutique est bien développée, avec en particulier une architecture MVC, cela permet d’adapter principalement la partie Vue, et moins les autres développements.

Alors, quelle est l’utilisabilité réelle de votre boutique en ligne sur une tablette ?

 

Le Mobile 2012

Le e-commerce est depuis plusieurs années maintenant complètement lié au mobile.

Ce peut être pour acheter, directement depuis son mobile, ou pour comparer, ou pour réserver, ou …

Bref, les usages sont très riches, et continuent à évoluer très vite.

Il est donc important de suivre les évolutions d’un marché qui continue à évoluer très vite, même si l’iPhone a imposé certains nouveaux standards (écran tactile multipoint, kiosque d’applications, …).

Le Mobile 2012, c’est l’occasion de discuter de tous les usages en mobilité, et c’est les 7 et 8 mars, à la Grande Arche de La défense.

Je n’y serais pas cette année, vous me raconterez ;).

Vive Free, ça va booster le m-commerce :)

Free vient de lancer son offre :

Cela veut dire plus d’accès internet en mobilité pour moins cher.

La crainte, c’est que l’offre ne soit là que pour quelques mois, le temps de capter les clients, puis de changer cette offre.

Je ne crois pas du tout à ce scénario, qui n’est pas, il me semble, dans la culture de Free. Il n’y a qu’à voir ce qu’à fait Free sur l’accès Internet, avec un prix “cassé” qui a tiré, depuis pas mal d’années maintenant, les prix vers le bas.

Donc, plus d’internet en mobilité.

Et ça, c’est une excellente nouvelle pour le développement des services mobiles en général, et du m-commerce en particulier !

Cela contrarie bien la mauvaise tendance, qui commençait à émerger, d’un retour à “l’octet payant”, qu’on a malheureusement connu dans les années 2000.

Donc, vive Free, qui a bien secoué le petit monde des opérateurs.

Bon, évidemment, difficile d’accéder à la page d’abonnement, même à minuit :

Applications mobiles : il reste du travail ;)

J’étais en déplacement ce week end.

Une bonne occasion pour tester quelques applications mobiles.

La bonne nouvelle c’est qu’il y a du travail, on sait quoi faire ;).

Ce que je veux dire, c’est que les applications que j’ai testées ne sont pas très au point au niveau ergonomie.

Deux exemples :

Premier exemple : Voyages-sncf. L’application est plus tôt pas mal pensée.

Mais pourquoi tout réinitialiser en cas de problème de connexion lors de la dernière étape ?

Plus grave : l’affichage d’une erreur, sur la saisie d’un champ, décale la page, et m’empêche de voir ce que je tappe dans le champ du formulaire !

Le choix du type de réduction, avec un widget joli mais pas du tout ergonomique est également à revoir.

Autre exemple : AlloCiné. J’ai créé un compte depuis l’application mobile. Première page, pas de problème. J’arrive sur la deuxième page, qui me demande de renseigner un Captcha. Là, je reçois un message d’erreur… qui concerne en fait la page précédente… Incompréhensible pour un internaute “lambda”.

Pourtant, il ne s’agit pas de petites applications, mais bien d’applications “pro”.

Bien développer des applications mobiles demande un savoir faire très particulier.

Si on doit être obsédé par la qualité d’un formulaire sur le web, il faut être carrément psycho-maniaque pour une application mobile. La recette prend ici toute son importance.

C’est d’autant plus dommage qu’une application mobile doit justement être faite pour offrir une expérience “fluide” aux internautes qui ont une attache suffisemment forte avec une marque pour télécharger l’application !

 

La guerre fratricide Samsung Apple

Apple maîtrise la chaîne de bout en bout des appareils vendus.

Faux !

Même si apple a une maîtrise assez large de la chaîne verticale, Apple assemble des composants, acheté sur le marché.

Ainsi, les iPhones actuels sont pas mal fournis chez Samsung : écran, mémoire, processeur… Cela fait pas mal !

Mais Samsung a copié Apple, et propose des appareils qui, c’est évident, sont très inspirés par Apple. Il suffit d’avoir en main un produit Samsung pour se rendre compte a quel point la copie est évidente.

Alors les deux boites s’attaquent mutuellement. Apple essaie (et réussi !) de bloquer les ventes du Galaxy Tabs, et Samsung contre attaque en essayant de bloquer les ventes du nouvel iPhone 5 et attaque Apple sur l’usage de brevets, qu’utiliserait Apple dans les iPhones.

C’est étonnant cette situation, et sûrement destructeur pour les deux entreprises.

Au début, on disait que c’est de la “coopétition” : partenaire et concurrent à la fois.

On disait aussi que Samsung est tellement gros que ce ne sont pas les mêmes personnes, les mêmes équipes qui s’occupent de fournir les pièces détachés à Apple et qui conçoivent et vendent les appareils copiés sur Apple.

Mais les choses ont pris une telle ampleur !

Est-ce que Samsung a réellement les moyens d’embêter Apple avec les brevets ? Je n’en suis pas certain. Même si vous allez penser que je ne suis pas neutre, je pense que la situation d’Apple est plus forte.

Aujourd’hui, Apple cherche par tous les moyens à changer de fournisseur. Cela va prendre du temps mais Apple va y arriver.

Pour Samsung, c’est la prévision de revenus en baisse, avec ce client là en tout cas.

Est-ce que cela sera compensé par la vente de smartphones maison ? Peut être, quand on vois les nouveaux terminaux qui sortent…