Archives de l’auteur : Julien Chaumond

Review du livre d’Emmanuel Gadenne, le Guide pratique du Quantified Self

Cet article est écrit par Julien Chaumond, fondateur de Productism et invité de François sur ce blog.

Le Quantified Self, vous savez, c’est le fait de récolter de manière systématique des données sur soi-même pour améliorer sa santé, sa productivité, bref sa vie 🙂

C’est une tendance qui se développe aux Etats-Unis depuis un ou deux ans, portée notamment par Kevin Kelly (le rédacteur en chef de Wired), et Tim Ferriss (l’auteur de The Four-Hour Workweek). Emmanuel Gadenne, l’un des précurseurs français du Quantified Self, vient d’écrire un livre sur le sujet (dispo sur Amazon) :

 

Le livre contient de très nombreux témoignages de personnes mesurant et analysant diverses données (alimentation, exercice physique, sommeil, travail, etc.) et qui nous font un retour d’expérience sur ce qui marche, mais aussi ce qui ne marche pas (car à l’extrême, tout quantifier n’a que peu d’intérêt).

 

Le livre est très orienté santé/qualité de vie (moins productivité ou business), car les applications Quantified Self qui rencontrent le plus de succès aujourd’hui sont dans cette catégorie. On apprend d’ailleurs dans le livre que la santé est le 3ème catégorie en nombre de téléchargements d’applications dans les App Store (que ce soit iOS ou Android — après les jeux et les réseaux sociaux sûrement ?).

On y trouve aussi plein d’infos sur les outils, et notamment sur les objets connectés. On connaissait déjà la balance connectée de Withings, ou le Fitbit (un capteur qui permet de “tracker” votre exercice physique au file de la journée), mais aujourd’hui des objets encore plus surprenants apparaissent, comme une raquette de tennis connectée, la Play’n’Connect 🙂 :

 

Il y a également beaucoup de startups Web sur ce secteur, notamment autour de l’aggrégation des données avec par exemple Sen.se (fondée par rafi Haladjian, le créateur du Nabaztag), Didthis, etc.

Bref, un livre à recommander !

Les aperçus de produits directement dans Twitter !

Cet article est écrit par Julien Chaumond, auteur du livre Social commerce et fondateur et CEO de Productism. Vous pouvez aussi suivre Julien sur Twitter.

Nous en parlions il y a quelques mois pour les produits Amazon : il va bientôt être possible, pour un plus grand nombre de sites partenaires (sites d’une certaine taille tout de même donc) d’utiliser les expanded tweets, c’est-à-dire des aperçus des liens partagés (fiches produits par exemple dans le cas du e-commerce, mais aussi articles de blog, etc.) directement dans le flux Twitter, ce qui d’après Twitter augmente le taux de clic et donc le trafic vers les sites partenaires.

— Un exemple d’Expanded Tweet pour un site de contenu —

— La preview d’un produit Amazon (avec photo produit, titre, descriptif) —

Samedi dernier se tenait dans le cadre de Futur en Seine (un événement sur les technologies en Ile-de-France) le premier événement développeurs de Twitter, avec des équipes de Twitter US.

Les équipes de Twitter ont donc profité de cette occasion pour présenter les expanded tweets (appelés Twitter Cards pour les développeurs) :

Concrètement, les sites partenaires doivent ajouter des balises très semblables aux balises Open Graph Protocol de Facebook (et partiellement compatibles, d’ailleurs), ce qui permet de spécifier une image et une description à afficher directement dans le flux Twitter lorsque l’URL de la page est partagée.

Twitter ouvre donc progressivement les partenariats Expanded Tweets avec des sites d’une certaine taille — pour postuler, c’est ici !

Débrief du Facebook Developer Garage Paris: 10 nouvelles agences certifiées Facebook en France

Cet article est écrit par Julien Chaumond, auteur du livre Social commerce et CEO de Productism. Vous pouvez aussi suivre Julien sur Twitter.

Jeudi dernier se tenait chez France Télévisions la 4ème édition du Facebook Developer Garage France, la rencontre de l’écosystème de développeurs Facebook.

Un timing parfait puisque Facebook venait d’annoncer la refonte de son programme Partenaires, les programmes “Facebook Preferred Developper Consultant” (PDC) et “Marketing API” (MAP) qui fusionnent pour devenir le programme “Preferred Marketing Developer”. En effet, la distinction entre les deux programmes n’avait plus énormément de sens, le développement d’une application et l’étude/optimisation des analytics et actions marketing correspondantes étant assez naturellement liés 🙂

Le nouveau programme est décliné par spécialités: Pages (i.e. les nouvelles Pages Timeline), Publicité Facebook, Applications (notamment les applications Timeline et Open Graph), et enfin Analytics.

10 nouvelles agences Françaises ont donc été certifiées, dont notamment MFG Labs (qui a édité l’application Cinemur) et Milky Interactive, l’agence “qui monte”, créée par Pierre Matuchet qui est l’ancien DG de Voyages SNCF (nous avions parlé des applis Facebook de Voyages SNCF notamment ici). Les autres sont : En3mots Agency, 24h00/Boosket, OUAT Entertainment, PlayApp, V4x Interactive Factory, Hobbynote, Adictiz Studio, et Fullsix Group.

Il y a donc en tout aujourd’hui 30 agences certifiées Facebook en France (cf. l’annuaire officiel ici) sur 234 au total, un nombre qui semble plutôt important ! Ainsi en Grande-Bretagne par exemple il n’y en a que 13. Alors, le marché est-il saturé en France ? 🙂

En tout cas ce qui est clair c’est qu’il y a du boulot : dans la salle une personne sur 3 ou 4 était en train de rédiger une propale sous Keynote 🙂

Le Developer Garage a aussi été l’occasion d’assister à des présentations techniques par les nouveaux ingénieurs français qui ont récemment rejoint Facebook (ils sont basés à Londres), notamment Bruce Hazan et Stéphane Crozatier. A bientôt pour le prochain !

[WANTED] D’où vient ce Dashboard e-commerce ?

Cet article est écrit par Julien Chaumond, auteur du livre Social commerce et CEO de Productism. Vous pouvez aussi suivre Julien sur Twitter.

Depuis quelques mois j’utilise ce screenshot d’un dashboard e-commerce dans des présentations et je le cite en exemple d’une interface claire avec un design réussi et une présentation des données qui les rend exploitables (“actionnables“) facilement.

Problème, je ne me rappelle plus quel service a implémenté ce dashboard : est-ce que ça dit quelque chose à l’un d’entre vous ? Boutique open source, ou service en SaaS ?

Les nouvelles Pages marques Facebook : c’est parti !

Cet article est écrit par Julien Chaumond, auteur du livre Social commerce et Fondateur et CEO de Productism. Vous pouvez aussi suivre Julien sur Twitter.

Ca y est ! C’était attendu depuis le lancement officiel de Timeline, le nouveau profil de Facebook pour les pages utilisateur. Facebook a lancé hier, lors d’un grand événement orienté Marketing, les nouvelles Pages, également basées sur Timeline.

Concrètement, l’expérience utilisateur est donc à nouveau cohérente entre les pages profils et les pages marques (la différence de design et d’ergonomie devenait de plus en plus étrange). Comme pour les profils personnels, les marques ont maintenant beaucoup plus de possibilités d’expression visuelle, avec des photos beaucoup plus grandes, notamment tout en haut de la page (“Cover picture”), et une vue chronologique permettant de “remonter dans le temps”.

C’est vrai que certaines pages mises en avant par Facebook sont très réussies visuellement :

Ce qui est intéressant, c’est que contrairement à la Timeline pour profils, le déploiement de ces nouvelles pages va être très rapide : toutes les pages y seront passées dès le 30 mars.

Si le lancement de Timeline pour les marques était à prévoir, les annonces d’hier ont tout de même apporté pas mal de surprises, et les marques/commerçants et leurs agences vont avoir du boulot d’ici le 30 mars 🙂 :

  • Il ne sera plus possible de définir un “Welcome Tab”, c’est-à-dire un onglet affiché aux utilisateurs de Facebook qui ne likent pas encore votre marque, et leur demandant de le faire (“Like Gate”). Est-ce que cela va marquer la fin de la “course aux Likes” ?
  • En parlant de ces “Page Tabs” (des onglets où les marques peuvent ajouter des applications à leur page) : ils vont quasiment disparaître, en tout cas sous leur forme actuelle : la présentation en onglets au-dessous du logo de la marque disparaît, au profit des petites vignettes que l’on avait déjà pour les applications sur la Timeline. Et la page tab proprement dite, a un layout complètement différent (plus de colonne de gauche, et une largeur beaucoup plus élevée).
Ce qu’on peut dire, c’est que la distinction entre applications Canvas et Page tabs va donc fortement diminuer. Et pas mal de marques ou fournisseurs de solutions de page tabs vont devoir modifier sensiblement leurs offres (et rapidement !) pour les adapter au format et à l’ergonomie des nouvelles pages.

Dans l’ensemble, les changements semblent positifs pour l’utilisateur, et je pense que ces évolutions ont été faites vraiment en pensant d’abord à l’utilisateur. Reste aux marques à s’y adapter ! En parallèle à ces évolutions, ce qui est clair, c’est que Facebook met aussi de plus en plus la pression aux marques pour qu’elles annoncent sur la plateforme, avec de nouveaux outils publicitaires comme le Reach Generator pour augmenter la visibilité des Pages.

Pour finir, un film sympa présenté par Facebook : http://vimeo.com/37605266

Facebook Pages from Strike Anywhere on Vimeo.

Twitter lance (timidement) ses pages marques

Cet article est écrit par Julien Chaumond, co-fondateur et CEO de Productism, un réseau social centré sur les produits, et auteur du livre Social commerce. Vous pouvez aussi suivre Julien sur Twitter.

Twitter les avait dévoilées en décembre dernier pour une poignée de partenaires US, ce sont maintenant une vingtaine de marques britanniques qui ont ce privilège à leur tour : entre autres Asda, Cadbury, Sky, et Lynx (le nom anglais du déo Axe, qui a aussi fait récemment une appli Facebook très réussie pour le lancement de son dernier produit) :

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les pages marques sur Twitter ne sont pas fondamentalement différentes des pages personnelles… :

  • Un peu plus de customisation graphique (la bannière en haut de la page, au-dessus des Tweets, mais qui n’est pas cliquable)
  • la possibilité de garder en permanence en haut du flux un message particulier, un “Promoted tweet” — et lorsque celui-ci contient une photo ou une vidéo, celle-ci est “dépliée” par défaut.

Pour avoir accès à la bêta de ces pages marques, il faut déjà être annonceur sur la plateforme, ce qui n’est pas très facile, car la mise initiale se situe autour de 25,000 $… 🙂

A votre avis, quelles seront les prochaines fonctionnalités Twitter spécifiques pour les marques ? Est-ce que ces pages vont se généraliser rapidement ?

Facebook Open Graph: des applis, pas des boutons !

Cet article est écrit par Julien Chaumond, co-fondateur et CEO de Productism, un réseau social centré sur les produits, et auteur du livre Social commerce. Vous pouvez aussi suivre Julien sur Twitter.

Nous parlions de la Timeline il y a quelques semaines, et ça y est, Facebook vient de lancer officiellement l’Open Graph 2.0, sa composante la plus emblématique et la plus innovante.

Sauf que… les retours qui sont faits sur cette annonce par pas mal de blogs (y compris Le Figaro) sont un peu à côté de la plaque (ou en tout cas ne sont pas assez clairs) : Facebook n’a PAS lancé des nouveaux boutons Like tels que “Read”, “Watch”, ou dans le cas du e-commerce, “Want” ou “Buy”. Ce sont les développeurs d’application qui peuvent créer, dans leurs applis, ces actions et les associer à des boutons — ou plutôt d’ailleurs les publier automatiquement.

La différence est vraiment majeure : dans le cas du bouton Like, l’internaute doit explicitement cliquer sur un bouton. En contrepartie, si je mets un bouton Like sur mon site, mon contenu va pouvoir être partagé sans avoir à installer une application Facebook (car le bouton Like, c’est directement un bout de Facebook sur mon site). En revanche, dans le cas des applications utilisant l’Open Graph 2.0, l’utilisateur doit installer l’appli (et donc passer par l’écran d’autorisation, qui vient d’ailleurs d’être mise à jour également). Mais une fois qu’il a l’installée, celle-ci peut publier automatiquement des actions sur son profil (notamment dans le Ticker).

Il n’y aura donc pas un bouton “Want” ou un bouton “Buy”, mais autant de boutons (ou de publications automatiques) que d’applis.

Facebook a mis en avant hier un premier batch d’une centaine d’applications, que vous pouvez retrouver ici ou sur le visuel ci-dessous. Pinterest, RunKeeper, Dailymotion ou Cinemur rejoignent ainsi les “précurseurs” notamment Spotify et le Washington Post (qui ont gagné tous deux plusieurs millions d’utilisateurs en quelques semaines grâce à Facebook !).

L’aperçu des produits Amazon directement dans le flux Twitter

Cet article est écrit par Julien Chaumond, co-fondateur et CEO de Productism, un réseau social centré sur les produits, et auteur du livre Social commerce. Vous pouvez aussi suivre Julien sur Twitter.

Cela fait maintenant quelques semaines que c’est sorti (depuis début décembre), mais c’est passé relativement inaperçu bien que ce soit assez puissant : lorsqu’un tweet contient un lien vers une page produit Amazon, en cliquant sur “View media”, des infos sur le produit apparaissent (la photo produit et un bouton acheter, mais aussi les derniers avis Amazon, etc.). Ca marche avec tous les liens Amazon (amazon.fr y compris donc).

Twitter a donc étendu les “inline previews“, à partir des photos (avec des applis comme Instagram, Twitpic et maintenant leur propre service de photos) à la vidéo (embedding des vidéos Youtube), et maintenant donc au e-commerce !

Le seul autre “e-commerçant” à bénéficier aujourd’hui à ma connaissance de ces inlines previews, c’est Apple/iTunes, avec les liens vers l’App Store notamment pour les applications iOS.

Il faut remarquer d’ailleurs que Twitter ne réécrit pas les liens en liens affiliés Amazon (ce qui aurait pu être un élément de monétisation important pour eux — la plateforme de blogs Posterous l’avait justement fait il y a quelques mois) — ou alors est-ce qu’ils ont un deal secret avec Amazon ?

Quoi qu’il en soit, quelques questions auxquelles on serait vraiment, vraiment heureux d’avoir des réponses :

  • Quel est l’impact de ces inline previews pour Amazon ? Est-ce que leur taux de conversion depuis Twitter a explosé ?
  • Est-ce que la majorité des utilisateurs font un simple copier-coller de l’URL de la page produit, ou est-ce qu’ils utilisent les boutons de partage ? Sur la page produit, ou en post-purchase ? En d’autres termes, comment Amazon incite-t-il ses clients à partager sur Twitter ?
  • Et le plus important : quand on fait du e-commerce mais qu’on n’est pas Amazon, comment fait-on pour avoir nos produits dans Twitter ? 🙂

Alors, mieux que le F-commerce, le Twit-commerce ? 🙂

Criteo : Conférence “Success story française, innovation et financement” demain à LeWeb

Cet article est écrit par Julien Chaumond, co-fondateur et CEO de Productism, un réseau social centré sur les produits, et auteur du livre Social commerce. Vous pouvez aussi suivre Julien sur Twitter.

J’ai le plaisir d’organiser demain après-midi à LeWeb, pour l’AFII (l’Invest in France Agency) et la DGCIS (Direction Générale de la compétitivité, de l’industrie et des services), une table ronde sur l’innovation et le financement des startups et PME en France, autour de l’exemple de Criteo.

Criteo, François en a déjà parlé à plusieurs reprises sur ce blog, c’est cette entreprise qui propose un service de retargeting publicitaire (vous avez consulté une fiche produit hier sans aller au bout de la transaction, on vous ré-affiche le produit aujourd’hui sur votre site de presse préféré, etc.) qui marche très fort auprès des e-commerçants européens et maintenant mondiaux.

Si vous êtes à LeWeb demain, venez assister à la conférence (c’est à 15h30 dans l’espace Workshop de l’AFII) ! Elle promet d’être vraiment passionnante.

Criteo est une très belle success story, et un exemple pour les boîtes françaises innovantes : un socle innovation fort, un parcours “financement” (incubateur, fonds, PE, etc.) réussi en France puis à l’étranger, et surtout aujourd’hui la décision de développer très fortement le produit et la technique en France en parallèle l’internationalisation du développement commercial.

Le panel sera de très, très haut niveau :

  • Jean-Baptiste Rudelle, le CEO de Criteo 🙂
  • Marie Ekeland, Partner, Elaia Partners (premier investisseur de Criteo)
  • Benoit Grossmann, Managing director chez ID Invest Partners
  • Dominique Vidal, Partner, Index Ventures et ancien DG de Kelkoo
  • Et les débats seront animés par Sandrine Murcia, Présidente de Silicon Sentier.

Du très très lourd donc ! C’est quasiment un board meeting de Criteo, mais en public 🙂 A jeudi 15h30 donc si vous êtes à LeWeb.

Timeline : l’Arlésienne de Facebook ?

Cet article est écrit par Julien Chaumond, co-fondateur et CEO de Productism, un réseau social centré sur les produits. Vous pouvez aussi suivre Julien sur Twitter.

C’est la question que de nombreux participants poseront sûrement au prochain Facebook Developer Garage parisien, le 6 décembre à l’EPITA (toutes les places pour la conf sont parties en 20 minutes 🙂 ) : quand est-ce que la Timeline (et toutes les nouvelles fonctionnalités liées) sera ouverte au grand public ?

La Timeline était l’annonce principale de Mark Zuckerberg au f8, le 22 septembre dernier. C’est d’abord une nouvelle page profil Facebook complètement remise à jour (avec des photos beaucoup plus grandes, des fonctionnalités mises en avant, d’autres — comme le Poke — beaucoup moins visibles, etc.). C’est aussi (d’où le nom…) la possibilité de “remonter dans le temps” et de revenir plusieurs années en arrière dans son propre flux et dans celui de ses amis, d’une manière très visuelle et ludique (mais qui peut réserver quelques surprises 🙂 )
Crédit: Business Insider

Mais sous la surface, la Timeline, c’est aussi (et peut-être surtout) la possibilité pour les développeurs d’application :

  • de définir leurs propres actions équivalentes au Like devenu ubiquitaire sur le Web (Open Graph “2.0”),
  • d’avoir accès à de nouveaux leviers de viralité encore plus puissants, comme le Ticker (j’autorise l’application une fois, puis celle-ci publie automatiquement ce que je fais en temps-réel, sans nouvelle action de ma part),
  • et de publier des aggrégations, c’est-à-dire des widgets spécifiques sur le profil de leurs utilisateurs. C’est un peu le retour des widgets profil à la MySpace ou Facebook de 2007… mais avec un design plus homogène 🙂

Un exemple d'aggrégation : l'appli du Washington Post

Spotify et le Ticker


Lorsqu’elle a été annoncée le 22 septembre, la Timeline devait sortir très rapidement. Ce lancement a été retardé une première fois le 3 octobre, puis à nouveau début novembre. Il est difficile de savoir pourquoi ce lancement a été autant retardé, mais il est assez probable que ce soit lié à une certaine prudence de Facebook sur la privacy, car l’impact de Timeline dans ce domaine pourrait être assez fort 🙂

Cela dit, en attendant la généralisation de Timeline, de très nombreux utilisateurs (plusieurs millions) y ont déjà accès, car, par exemple, ce post de Techcrunch US expliquant comment l’activer a été Liké 70 000 fois et linké au moins plus de 20 000 fois 🙂 . De quoi déjà tester les applications dans de bonnes conditions en attendant le grand lancement !