Archives par mot-clé : SAAS

Choix d’une plateforme SAAS : LE critère clé à ne pas oublier

Quand on veut se lancer sur le e-commerce, une bonne solution peut être de passer par une solution SAAS.

Il y a le choix : Oxatis, Power Boutique, ePages, RentAShop, sans oublier les solutions open sources avec leur option SAAS : prestabox et magento go

Comment choisir ?

Il y a plusieurs critères à prendre en compte, et il faut prendre son temps pour choisir, parce qu’une fois qu’on est parti avec une solution, on ne change pas si facilement que ça.

Après quelques années, si la boutique c’est bien développée, et qu’on souhaite évoluer, et changer de solution, on va devoir récupérer ses données : catalogue, clients, commandes.

C’est justement LE critère auquel je pense : vérifiez bien que vous pourrez récupérer ces données, dans un format facile à exploiter, pour relancer la nouvelle boutique sans devoir tout refaire.

C’est particulièrement délicat pour la partie catalogue, parce que les données ne sont « pas plates » : produits déclinables, …

Un format exploitable, c’est donc probablement plus un dump SQL qu’un fichier plat.

Il faudra également pouvoir récupérer l’ensemble des médias, les photos associés aux produits.

Les news de Wizishop

Wizishop est une solution e-commerce en mode SAAS.

La solution a bien évoluée depuis ses débuts.

Je trouve certaines réalisations tout à fait remarquables, comme, par exemple, small-garden : clean, efficace, pro.

Ce qui m’a marqué: la qualité de la charte web, les menus très sympa, des petits détails incitatifs, …

A améliorer à mon avis : la gestion des erreurs dans les formulaires…

Bref, Wizishop se développe, et la grosse actualité pour eux, c’est la sortie d’une nouvelle fonction d’emailing.

En partenariat avec Mailjet, Wizishop propose maintenant un outil qui a l’air vraiment sympa pour gérer tout le cycle de vie de l’emailing : edition des templates, envoie des emails et suivi (analytics orienté emailing).

Comme une vidéo vaut mieux que toutes les explications…

WiziShop propose un outil d’emailing from WiziShop on Vimeo.

Wizishop propose, gratuitement, et pour chaque client, l’envoie de 3000 emails par mois, inclus maintenant dans le package de base.

Pour rappel, Wizishop se rémunère au chiffre d’affaires de la boutique (3% si le CA de la boutique est inférieur à 5000 €, avec un minimum de 39 € par mois).

Oxatis et Actinic se rapprochent, pour créer un leader européen du e-commerce SAAS

Oxatis est la solution leader en France, pour mettre en ligne un site e-commerce, pour quelques dizaines d’euros par mois.

Oxatis, c’est 6500 boutiques en lignes (vraiment en ligne 😉 : oxatis fait appel à une société tierce pour valider ses chiffres, tous ne le font pas ), avec une présence en France, en Italie et en Espagne.

Pour se développer à l’international, Oxatis c’est rapproché de Actinic,

Ensemble, les deux solutions représentent :

  • 20 000 sites en ligne
  • 11 millions de commandes par an
  • Plus d’1 milliard d’euro de CA généré par l’ensemble des sites en ligne

Si j’ai bien compris, la stratégie est de bâtir la suite plutôt à partir de la technologie Oxatis, et de s’appuyer sur Actinic pour l’expérience terrain en Uk.

Bonne chance à Oxatis et Actinic pour la suite !

News de Wizishop

Wizishop est une solution SAAS e-commerce, bien adaptée pour se lancer dans le e-commerce.

La solution, lancée en 2008 a pas mal évoluée, depuis ses débuts.

L’occasion de cet article est l’ouverture de la 1000ème boutique ! Belle étape ! Wizishop annonce près de 10 M€ de CA cumulé.

L’une des spécificités de Wizishop est de se rémunérer en pourcentage, par rapport au CA des sites.

Justement, Wizishop fait évoluer son offre, avec la grille suivante :

  • 3% du CA, pour les marchands réalisant moins de 5000 € de CA par mois
  • 2% du CA, pour les marchands réalisant moins de 15 000 € de CA par mois
  • 1% au delà.

Avec un minimum de facturation mensuel de 39 €.

L’avantage, pour le Marchand, est de ne « presque rien payer » tant que la boutique tourne « au ralenti (ce qui est le cas, si on se lance en créant une nouvelle marque).

Avec tout ça, Wizishop en profite pour mettre à jour son infrastructure, et proposer des boutiques avec de meilleures performances.

Le e-commerce de proximité

Quand on parle de e-commerce, on a souvent, nous, les « professionnels du secteur », tendance à penser « global » : on pense au e-commerce pour les marques, pour des enseignes déjà bien présentes, ou pour des pur-players.

Dans ce contexte, on pense à des enjeux nationaux, voire internationaux. On pense aux problématiques liées au multi canal, à la logistique, au support client…

Mais il existe d’autres marchés du e-commerce.

En particulier, le e-commerce peut complètement avoir du sens, en complément d’un commerce de proximité.

Je m’explique : vous avez une boutique, dans une petite ville.

Ce n’est pas une enseigne nationale, mais votre boutique a su trouver, au fil des ans, son marché, ses clients.

Le e-commerce peut être très complémentaire de votre activité !

Vous ouvrez un site, avec une solution comme Oxatis, en quelques clics, et pour un budget très raisonnable (20 € par mois pour Oxatis).

Avec cette action, et un peu de communication (une pencarte sur votre devanture), vous venez d’enrichir significativement votre offre, pour vos clients.

  • Ils peuvent, quand le magasin est fermé, acheter en ligne.
  • Ils peuvent vous contacter.
  • Vous pouvez présenter les produits que vous vendez, les clients peuvent les voir avant de venir.
  • Vous pouvez faire de la publicité, localisée dans votre ville ou votre région.

Mine de rien, vous voici à la tête d’une enseigne multi canal.

Votre ambition n’est pas de vendre « à la terre entière » mais, avant tout, d’apporter un service plus complet à vos clients.

C’est d’ailleurs une tendance que je crois très forte pour le web : le « web local ».

(Billet écrit suite à un échange riche avec Marc)

News from Oxatis

Oxatis est la solution leader en France pour lancer sa boutique e-commerce en mode SAAS.

J’ai passé une soirée avec Marc, et son nouveau DG, Philippe.

Voici quelques infos échangées :

Oxatis se développe, avec l’ambition d’être plus de 100 personnes rapidement, et un développement à l’international en cours… D’ou l’arrivée de Philippe en « renfort ».

Il faut dire qu’Oxatis a bouclé une belle levée de fonds de 4 M€, ce qui ouvre quelques perspectives ;).

Au niveau produit, pas mal de choses en cours, dont un outil intégré de publication vers les marketplaces, eBay, Priceminister,… et moteurs de shopping.

Comme cette fonction est intégrée à la solution e-commerce, cela permet d’aller beaucoup plus loin que ce que peuvent proposer des solutions externes, et de gérer finement le cycle de vie de cette publication. Exemple : remplacer automatiquement une annonce eBay une fois la vente faite. Autre exemple : retirer le produit des autres places de marchés une fois la vente d’un produit unique réalisée.

Autres axes de développement : depuis quelque temps maintenant, Oxatis développe des interfaces (web services), pour se brancher sur des services tiers, ou pour permettre à des tiers d’étendre Oxatis.

Exemple : Oxatis se branche sur les solutions Sage ligne 30 et 100.
Cela permet de synchroniser Oxatis avec ces ERP, pour la compta, les stocks, …

Au niveau mobilité, Oxatis propose déjà une interface back office sur mobile.

A venir : la possibilité pour les marchands de publier le site sur mobile.

Au niveau stratégie, et vision du marché, Oxatis pense que le potentiel de croissance est encore très fort en France.
Il suffit de comparer avec ce qui se passe en Uk ;
On a 70 000 sites en France, avec 3 à 3,5% des ventes qui se passent « en ligne ».
Au Uk, on est sur 200 000 boutiques en ligne, pour 9% du commerce en ligne.

On a donc un potentiel de croissance de près de trois fois !

Autre analyse qui m’a semblé intéressante : Oxatis vend, entre autre, son produit, pour les commerçants « locaux ».
Le bilan, c’est que ça marche très bien !
Dans ce scénario, on n’est pas dans une vision e-commerce nationale.
L’enjeu n’est pas le SEO !
On parle ici d’apporter un service additionnel aux clients locaux.
Il s’agit donc de communiquer sur la boutique en ligne depuis la boutique physique (cartes, affichage) et d’apporter un service complémentaire en ligne : information produit à tout heure, vendre à tout heure, …
Et ça marche : les commerçants qui essayent en redemandent : cela leur permet d’augmenter leur chiffre d’affaires à moindre cout !

Quelques chiffres sur Oxatis :

  • 40 Millions de pages vues par mois
  • 4 Millions de visiteurs uniques par mois
  • Plus de 200 000 commandes traitées
  • Les plus gros clients font jusqu’à 4 à 5 M€

Comment va évoluer le métier d’oxatis :

Des « petits e-marchands » de moins en moins experts, avec un écosystème de plus en plus complexe !

Le challenge pour vendre en ligne est de plus en plus élevé !

Ces marchands là ne peuvent pas agréger l’offre de plusieurs de prestataires.

Seule solution :

  • Avoir une plate forme « tout en un »
  • La plate forme doit de plus être extensible et évolutive
  • Enfin, les marchands doivent bénéficier d’un accompagnement local.

Enfin, dernière news, Oxatis lance les journées oxygène, les 13 et 14 mai 2011.

La limite du « micro » SAAS

Le SAAS, si vous êtes un lecteur assidu, vous savez que j’en suis fan.

Ou plutôt, je pense que c’est un modèle d’avenir, qui va énormément se développer.

Dans le même temps, je trouve également que certaines offres SAAS sont décalées, ou, dit plus simplement, trop chères.

Exemple :

Je viens « d’investir » dans un petit logiciel de suivi du temps passé (pour info, le logiciel s’appelle On The Job).

Cout « one shot » (pas SAAS donc) = 35 € .

Un autre logiciel SAAS propose le même service pour 12 € par mois.

Dans cet exemple, je rentabilise mon investissement en 3 mois.

Au delà de mon petit exemple, dans le e-commerce, c’est un vrai sujet :

Le modèle SAAS est intéressant, car il permet au e-commerçant de lisser la dépense, et de baisser le budget initial.

Mais dans le même temps, si le budget SAAS est trop important, c’est la marge qui est attaquée !

Donc, oui au SAAS, mais au SAAS qui en apporte beaucoup pour pas cher !

Maintenant, quand j’ai dit ça, je sais bien que je n’ai pas dit grand chose :

C’est quoi pas cher ?

Bon, je m’en vais me coucher 😉

Shopping Flux, solution pour gérer la publication de son catalogue vers les comparateurs et les places de marchés

Comment publier ses produits sur les différents comparateurs (kelkoo, leguide, shopzilla, …) ?

Comment les publier également vers les différentes places de marchés (eBay, …) ?

La solution est de générer un export XML du catalogue, et d’envoyer ce fichier sur chaque site.

Le problème, c’est que le format n’est pas forcément le même entre les différents moteurs.

De plus, les produits se vendront bien si les produits sont placés dans les bonnes catégories… Et chaque site gère son propre système de catégories.

C’est là que les solutions de type Shopping Flux interviennent :

Vous envoyer votre fichier catalogue vers Shopping Flux, et ce moteur se charge de publier vos produits aux bons endroits.

La solution, montée par Olivier Levy, à l’avantage de bien marcher, avec un très bon rapport qualité / prix (à partir de 60 € par mois).

MagentoGo : l’offre SAAS de Magento

MagentoGo, c’est l’offre SAAS de MAgento.

Je n’en sais pas beaucoup plus que ce qui est dit sur cette page.

Le but est probablement d’adresser le « bas du marché », et je dois dire que si c’est avec le moteur magento natif, je ne suis pas convaincu : le problème n’est pas l’hébergement, mais plutôt la difficulté à prendre en main un tel outil pour une petite boite qui n’a pas les moyens.

A suivre en tout cas