Archives de l’auteur : Antoine

Google Shopping devient un site commercial

Cet article est écrit par Antoine d’Arifat, DG de Brand Online Commerce, invité de François sur ce blog.

Nous avions bien compris que Google Shopping deviendrait payant.

Bien sûr quand ça devient payant on est vite tentés de faire évoluer le produit vers une version plus commerciale. Comme par exemple ici.

Toujours sur cette page on retrouve 3 push qui nous rappellent que Google a des vraies ambitions dans le secteur avec :

– Google catalogs > les fameux catalogues papier sont de retour mais en version numérique avec des liens vers les fiches produit, des vidéos, la recherche de la boutique la plus proche ou l’achat en ligne sans oublier la possibilité de tout partager sur le web. Très fun.

– Google shopper > l’appli mobile des pros du shopping 🙂

– Google offers > le Groupon by Google

Juste sous ces push on retrouve 3 zones avec des sélection de produits : les plus populaires de la semaine, une selection thématique et les derniers produits que vous avez vus.

En cliquant sur un élément du slider principal on arrive sur une page plus familière mais avec quelques nouveautés. Ici on a pris le temps de structurer un peu le produit, avec des catégories et sous-catégories, soit un équivalent d’un fil d’Ariane.

Au passage on peut choisir la silhouette ou la couleur

Vous l’aurez compris, Google pousse ses pions loin dans le shopping.

Si “googler” veut encore dire aujourd’hui “rechercher sur le web”, je prends le pari de dire que ça n’aura plus du tout ce sens dans quelques années 🙂

 

 

Nouveauté facebook : le bouton “Promote”

Cet article est écrit par Antoine d’Arifat, DG de Brand Online Commerce, invité de François sur ce blog.

La news est passée un peu inaperçue en France. Normal, le boton “Promote” a été lancé d’abord aux US. C’est l’équipe de notre filiale américaine qui nous en a parlé ce matin comme d’une évidence.

Le bouton “Promote” permet de booster la visibilité des posts de votre page. Ce bouton apparaît directement sur la gauche du bouton “Publier”. Vous pouvez choisir de promouvoir votre publication dès sa mise en ligne ou à postériori. Vous définissez un budget global. Facebook vous indiquera une estimation du nombre de personnes qui seront “atteintes”.

Voici comment cela se présente lors d’une nouvelle publication

On retrouve la même possibilité sur des publications déjà en ligne ici

Bien entendu on ne peut pas promouvoir des news qui ne seraient plus très “fraiches”. Cela serait nuisible à la pertinence des fils d’actualités de vos fans. La possibilité de promouvoir son post n’est disponible que pendant 3 jours.

Cet nouvelle possibilité permet de donner un coup de “boost” à une publication en particulier qui va apparaître en bonne place dans le fil d’actualité des fans de votre page. Ce qui est très différent de la possibilité de promouvoir un post par de la publicité. Cette deuxième option existe déjà mais transfère le lien vers la news du coté droit de la page au milieu des publicités. Cette zone est par nature beaucoup moins regardée par la communauté des utilisateurs facebook.

Comme souvent pour facebook, cette nouvelle possibilité de promotion de contenu de pages va vers une surexposition des fans des pages à leurs publications. Cela va dans le sens des marketeurs. Mais cela va aussi avoir un impact négatif sur l’acquisition et la rétention de fans. Ils vont être en moyenne plus durs à convaincre car sûrs d’être surexposés. Ils coûteront plus cher à acquérir. Peu à peu les fils d’actualité des membres ressembleront de plus en plus à leurs boîtes mails, envahies par des mails promotionnels dont les cadences s’emballent d’année en année.

Bref, vous l’aurez compris, cette nouvelle possibilité de mettre en avant du contenu de vos pages arrive. Ne ratez pas l’occasion d’être parmi les premiers à l’utiliser. Mais soyez vigilants de ne pas en abuser au risque de perdre une partie de votre communauté de fans.

En attendant que cette option soit disponible en France voici quelques infos pour vous y préparer.

https://www.facebook.com/help/promote

 

Infographie des principaux acteurs des Réseaux Sociaux

Cet article est écrit par Antoine d’Arifat, DG de Brand Online Commerce, invité de François sur ce blog.

J’aime beaucoup ces cartes qui tentent de répertorier au mieux les acteurs des secteurs économiques. Elles sont encore plus intéressantes quand l’exercice porte sur un marché récent comme c’est le cas ici.

Je vous propose cette carte réalisée par LUMA Partners et relayée par Business Insider. Il s’agit d’une vision américaine du paysage des acteurs. Une version française ou européenne serait la bienvenue car quelques acteurs importants n’y figurent pas.

 

 

En peu de temps, les Réseaux Sociaux sont devenus un secteur à part de l’internet avec une grande diversité d’acteurs et de métiers. La concurrence y est rude. Il est très probable que la moitié de ces acteurs auront disparu dans quelques années. Mais d’autres seront apparus avec des nouvelles offres produit. Tout va aller très vite car le tempo s’accélère d’année en année du fait du très grand appétit des leaders et de leurs considérables moyens financiers.

 

Tour des sites 1h avant les Soldes

Cet article est écrit par Antoine d’Arifat, DG de Brand Online Commerce, invité de François sur ce blog.

Dans la vie d’un e-commerçant les grosses bascules sont courantes :
– des bascules techniques : changement de version ou pire changement de plateforme,
– des bascules commerciales : arrivée de la nouvelle collection ou démarrage des soldes.
Cette dernière est très délicate car elle se trouve juste avant un pic de business très important.

Face à cette échéance chacun joue de sa stratégie, de ses moyens et du respect de la réglementation. La réglementation stipule une ouverture des soldes à 8h du matin.
Je vous propose un parcours de captures d’écran faites entre 7h et 8h du matin le premier jour des soldes.

Voici une première série d’acteurs qui ont opté pour une ouverture un peu avant 8h avec une page d’accueil orienté soldes. Ce sont un peu des “mauvais élèves” car ils n’ont pas attendu le top départ pour se lancer.
Dans ce domaine, La Redoute a bien fait les choses et propose même des facilités de paiement sur 3 mois. Imparable.

Chez Verbaudet et Cyrillus on n’a pas perdu de temps non plus. Le dispositif est bien en place. A priori il pourrait s’agir d’une politique globale du groupe Redcats.
Les Soldes c’est parti aussi chez Etam.
Coté Zara c’est plus sobre mais les soldes sont bien là un peu avant l’heure.
On est aussi à l’attaque chez Sarenza.
Contrairement à Spartoo qui a joué les “bons élèves”.

Coté “bons élèves” on distingue deux catégories : ceux qui ont opté pour une page d’attente interdisant l’accès au site et ceux qui ont fait la bascule “à chaud” après 8h.

Voici quelques exemples de ceux qui ont opté pour un gel du site avec juste une page d’attente.
Petit Bateau. On est dans l’esprit de la marque mais on peut regretter que la page ne soit pas plus orientée soldes.
Célio. Belle exécution avec un minuteur qui fait tout de suite monter la tension. Ici les soldes sont un évènement.
Naf Naf. C’est plus sobre mais l’heure d’ouverture est au moins indiquée.

C’est le Rush des SOLD3S chez les 3Suisses ! La jolie page d’attente nous dit que des clientes font déjà leur shopping. Difficile de savoir si c’est vrai ou pas puisque j’ai eu le droit à cette page toute la matinée.

Chez Promod on a le droit à une page internationale qui ne dit pas la même chose en fonction de la langue.

Beaucoup d’acteurs ont fait des bascules “à chaud” :  Sequoia Paris à basculé à 8h pile, Lacoste vers 8h20…

Je ne vous ai pas fait de copie d’écran, l’intérêt est moindre dans ce cas de figure. Par bascules “à chaud”, comprenez des bascules en plein pic d’affluence. C’est risqué mais respectueux de la réglementation.

Il reste quelques autres catégories d’acteurs :

– ceux qui ont lancé les soldes avant l’heure mais ont gardé une home neutre comme Bonpoint,– ceux qui ont basculé plus tard dans la journée comme Kipling qui proposait un code promo avec -25% de remise jusqu’au 11/1 le matin des soldes,
– enfin ceux pour qui les soldes ne sont pas prioritaires comme Longchamp. Ce n’était pas le cas pour les précédentes saisons. Mais quand il ne reste que quelques pièces car la collection s’est bien vendue, cela a du sens.

En conclusion, basculer en mode solde n’est pas une mince affaire et chacun se voit obligé de prendre des risques avec le plus souvent des impacts financiers importants.
Un seul conseil, n’ajoutez pas trop, à la pression naturelle, de grosses opérations marketing qui ferait exploser le trafic. Les mauvaises surprises sont souvent à la clé.