L’émotion, le vrai enjeu du e-commerce ?

J’étais à l’AG de la Fevad :

Bravo et merci à toute l’équipe, qui fait un super boulot !

Cet évènement, c’est l’un des moments fort, pour se retrouver entre pro, et échanger, refaire le monde.

L’un des thèmes de la soirée était : le e-commerce en 2020 !

Nouveaux challenges technos, avenir des marques, Opportunités à venir, Google, Facebook…

Si le e-commerce a 15 ans, comment sera-t-il dans 15 ans ? Difficile à dire.

Mais ce qui m’a marqué LE mot qui est ressorti comme une évidence, c’est EMOTION.

Oui, je pense qu’effectivement, l’enjeu majeur est bien résumé par ce mot : émotion.

L’émotion, c’est la clé d’une relation, d’une proximité très forte avec chaque client.

L’émotion, c’est bien ce que cherche tous les « marketeurs ».

Cela permet de bien résumer les challenges à venir : la proximité, avec les produits et les gens, la richesse des relations, des échanges.

5 commentaires

  1. houla… ça commence à me faire peur…

    Quand un marketeur te parle d’émotion, ça se traduit par des chiffres, des courbes, des camemberts et des indices de satisfaction. Moi j’appelle ça le début de la fin.

    Plus sérieusement : toute projection à plus de 5 ans dans des univers aussi mouvants que le nôtre me semble être une joyeuse plaisanterie. En 2025/2030 la pyramide des âges en Chine sera semblable à cette de l’Europe (un continent de « vieux »), rien que ça change énormément la donne. En 2020 les USA devraient, en toute logique, vivre LA récession de leur histoire, j’en passe et des meilleures, alors parler du ecommerce en 2020 et d’émotion, pardonne-moi François, avec tout le respect que je te dois, ça me fait quand même doucement rigoler 😉

    La vraie question, à mon sens, et on s’écarte peut-être un peu du sujet est : « est-ce qu’en 2020 les états auront réussi à brider le web, à le contrôler, à n’en faire qu’un espace de consommation froid et marketé ? »

  2. @François> Je te comprends, ça fait trop marketing 😉

    Tu as aussi raison quand tu dis que c’est mission impossible de savoir ce que sera le e-commerce et plus généralement le web dans 15 ans.

    Mais je trouve l’exercice sympa 😉

    Maintenant, la question que tu poses est une vrai bonne question : le web restera-t-il avec la liberté actuelle, ou sera-t-il bien plus contrôlé par les états ?

  3. Je vote sur un contrôle des états (type l’histoire du far-west) même si j’y suis relativement opposé.
    Sauf à l’apparition de partis politique pro-internet et bien sur crédibles sur les autres secteurs économiques.

  4. Bon, j’ai fait déraper le sujet, désolé 🙁

    Je ne pense pas qu’un contrôle des états (ou de qui que ce soit d’autre) sur Internet soit un bien, effectivement. Ce que je note, c’est l’évolution des professions qui s’est opérée ces dernières années, la professionnalisation du e-commerce… l’apparition des réseaux sociaux n’y est pas pour rien : le pékin moyen est désormais un internaute. Tout le monde maîtrise à peu près ce qu’il fait sur le web, la peur (générée à l’époque par nos propres gouvernants, entre autres) de laisser ses coordonnées bancaires sur un site n’est plus qu’un souvenir, par exemple.

    L’acheteur en ligne est devenu, lui aussi, un spécialiste : il sait comment chercher et comment trouver la bonne affaire. Bref, le « webmaster » en pull jacquard qui bidouille sur des vieux pc éventrés sur sa table est relégué à sa place de dinosaure, attention les men in black prennent leur place 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.