En direct live de l’AG de la Fevad

Et voilà, je suis à l’AG de la Fevad 2011.

Notes, prises au fil de l’eau (sans recul ni analyse donc) :

Première info : les Favory 2011 seront en novembre cette année.

L’un des rôles de la Fevad : répondre aux demandes des consommateurs. 2000 demandes traitées en 2010.

Projet de loi européen sur le e-commerce : gros lobying, aidé par les grands acteurs du e-commerce, Pixmania, …

La loie a évoluée : plus d’obligation de livrer dans 27 pays, plus d’obligation de prendre en charge les frais de retours.

Par contre, obligation d’indiquer si le site marchand prend en charge les frais de retours.

Il faudrait aussi indiquer le cout estimatif des couts de retours, ce qui peut s’avérer compliqué.

A suivre.

Solde : date nationale des soldes (ouf) : le 22 juin. Plus de pb nord sud.

Autres dossiers :

  • protection des données privées. En attente de la CNIL.
  • Distribution sélective
  • Taxe Google : Adopté au sénat, mais pas à l’assemblé nationale… A suivre donc, c’est pas fait
  • Taxe commerce électronique : volonté d’imposer une taxe de 0,5% sur toutes les transactions en ligne. Cette taxe a été supprimée.
  • Copie privée

RV à 17h30 pour la conférence : 2020, la fin du e-commerce.

Election de François Monboisse, à la présidence de la FEVAD 🙂

Etude : 2020 : la fin du e-commerce

Etude réalisée par DG CIS et Malinea

Méthodologie : 54 interviews : 19 experts, 12 Retailers, 14 pur players, 9 VADistes

Les enjeux :

Hier :

  • Enjeux techniques
  • Etre moins cher
  • Priorité à l’acquisition

Aujourd’hui et demain :

  • Enjeux techniques (mais différents : mobile, social, video, …)
  • « Value for money »
  • Fidélisation

Consommateurs :

Hier :

  • Peur (de payer en ligne, …)
  • Choix limité
  • Acte d’achat individuel

Aujourd’hui et demain :

  • Confiant, choix, agile
  • Exigeants & influant
  • Achats collectifs
  • –> Relation plus transparente avec ses clients

Offre :

  • 2 nouveaux sites par minutes
  • Choix énorme
  • –> Effort clé pour se différentier : en quoi je suis différent des autres sites ? Par quoi ? Le service, l’image, la proximité, par le ton…

Multi canal :

  • Multi écrans
  • Multi canaux : ordinateur, mobile, magasin,
  • –> Travailler la cohérence sur tous les canaux

–> Enormément de chantiers en cours, un peu toujours sur les mêmes sujets :

  • L’offre
  • Le ton et l’image
  • Multi canal
  • Techno

Sujets polémiques :

Facebook : Quel est le réel impact des réseaux sociaux sur le e-commerce ?

Exemple avec Amazon et FB Connect, qui permet d’avoir une page personnalisée, sur amazon, en fonction des gouts de « mes amis ».

Autre exemple avec buy.com et Facebook connect, qui permet d’avoir une expérience plus sociale du e-commerce

Mais : confiance ? …

Sujet qui n’est pas dans le rapport : Vidéo.

La vidéo représente 40% du trafic en 2011, et représentera 90% du trafic en 2015 (oui, mais la question, ça serait : quel part de navigation entre du contenu non video et video ?)

Le futur :

  • Technologie :
    • HTML 5, web sémantique
    • Multi média : 3D, video, Internet des objets
    • Réalité augmenté
    • Géoloc
  • –> Avènement du commerce connecté : plus de différence entre le commerce physique et le e-commerce, on va vers une expérience globale
  • Revoir les organisation pour être mieux centré sur le client

Table ronde

Du consommateur au « consonaute » :

Le mobile est une tendance lourde, c’est plus un débat.

(je n’aimerais pas être à leur place, mais pour l’instant, c’est un peu creux 😉 )

« ça ne changera rien car tout à déjà changé »

Citation de Claude Levy Strauss : Echange de bien, échange de paroles, échange de corps

(j’ai pas compris la suite, mais ça à l’air intelligent 😉 )

Importance de la parole, de la qualité de la relation, pour internet et le e-commerce.

Lien entre le e-commerce et le commerce : le mobile, l’immédiateté.

Importance de la confiance : ça a bien évolué, ça pourrait aller bien plus loin, si la confiance

Importance du foisonnement, porté par les petits acteurs du e-commerce

« Le sur choix est angoissant »

« Le choix, ça rend certains patients fou : ils veulent a tout prix faire le meilleur choix »

« Achats compulsifs : attention aux excès, aux limites »

« Plus de liberté, plus de stress »

« On est un animal mimétique : si un voisin ce gratte ne nez, on fait pareil. »

« Le plus grand supplice, ça serait d’être tout seul au paradi »

« on est un animal social, obsédé par le risque de rater le dernier train social »

Débat : évolution du e-commerce vu par les leaders du e-commerce

Avec Flore du Benchmark, Jacques Antoine, Rachel, Jean Emile, Marc Simoncini

Belle table ronde 🙂

Qui seront les e-commerçants dans 10 ans :

Oxatis : un client sur 5 envisage d’ouvrir un magasin physique

Rachel : importance du multi canal.

Les sites internet de Sephora : premier magasin mondial.

En france, 2ème magasin, juste derrière celui des champs.

Il y aura toujours des pur player dans 15 ans (Amazon par exemple).

Promesse dans 15 ans :

L’offre ! Avoir une offre bien plus large en ligne (pas de limite physique.

Jean Emile :

Attention aux généralités. Voyage ? Bien de la maison ?

Jacques antoine :

le ecommerce existe depuis 15 ans. Le commerce depuis 100 000 ans.

Le e-commerce : 7 milliards d’individus dans mon magasin.

Amazon : le plus grand magasin du monde.

Difficile de « copier »…

Le n° 2 : sears.

Le client, il veut acheter des produits, sans se déplacer, tous les jours, tout le temps,
Mais il veut aussi aller dans des magasins.

Les magasins doivent évoluer aussi.

Importance de la confiance, de l’émotion.

Importance des marques (ça me rappelle un dirigeant d’Orange qui parlais de la disparition des marques 😉 )

Armani : augmente l’émotion, avec des pizzas et des pâtes

Idem pour les hotels qui vendent des CD. L’important, c’est que quand on écoute le CD, on pense à la marque.

Les marques ont besoin de ce rôle : se faire désirer.

Jean Emile : (sur l’importance des marques)

On peut être une marque en étant distributeur (il pense à qui ? 😉 )

Très peu de marques leader (Apple, …)

Les marques leaders peuvent aller directement vers les consommateurs. C’est une vrai opportunité pour elles.

Mais ça sera pas le cas de tout le monde, les autres devront passer par des distributeurs spécialisés.

Jacques Antoine :

Pas d’accord, les marques vont vendre en direct. C’est un mouvement qui existe depuis longtemps.

Jean Emile :

Vrai pour le textile, …

Rachel :

Pour la beauté, importance d’avoir des sites multi marques, (panier avec des produits de marque différentes)

Les marques font plus des sites d’images.

Flore : nouvelles opportunités ?

Marc :

Brevet avec Meetic de l’expérience et de l’émotion 😉

Beaucoup d’opportunités encore sur Internet

Exemple avec l’optique.

Marché de 5,5 milliards €

Contrôlé par très peu d’acteurs qui font 65% de marge.

ça doit voler en éclat sur Internet. Mais : difficulté à vendre de tels produits en ligne.

On peut vendre à des prix web et ouvrir des points physiques

Jean Emile :

Encore des bastions à prendre avec 65% de marge.

Mais, attention au pouvoir des lobys

Les niches non touchés sont celles ou on n’a pas eu le droit d’aller.

Exemple avec la vente de voiture : il s’en vend des milliers en ligne.

On peut vendre tout en ligne.

Flore : quelle place pour l’innovation ?

Rachel : innovation sur l’offre, la « shopping experience »

Il faut travailler ça en ligne : l’émotion

Flore : nationalité des sites marchands.

Les sites se font rachetés, restera-t-il des sites français ?

Jacques Antoine :

Pierre (PKM) a vendu parce qu’il veut être chanteur. ( 😉 )

Difficulté à ouvrir les pays : chaque pays, c’est l’ouverture d’une startup.

Rien d’unifié en Europe… A comparer au 350 m de clients US…

Le jeu est donc inégal.

On a pleins de savoir faire, mais on a du mal à les sortir de France…

Les vrais entrepreneurs recréent, après une vente.

Rachat de Price Minister ? Ce n’est plus une boite française.

Google : force financière, cela leur donne une longueur d’avance… Mais ça peut changer.

Jean Emile (racheté par une boite uk) :

Il faut être réaliste sur la place de la France dans le monde.

Normal qu’une boite française ne soit pas leader mondial.

Mais ça peut arriver…

Tout ce qui est disruptif en France est bloqué par des lois.

En France, un Google serait bloqué par des lois.

Les politiques devraient aller en silicon valley

Marc :

On est le dernier pays ou on peut réussir.

La légifération ne suit pas les évolutions.

Google : le patron de Google explique la Google TV : le patron de TF1 : protégé par le CSA

Google : je m’en fou, je vais émettre depuis l’italie…

Les chinois vont arriver, avec des innovations très fortes.

Flore : Quelle place de Google dans les 10 ans ?

Jacques Antoine :

Google est une boite fantastique.

Les marques ne devraient pas payer Google, mais investir sur la marque.

J’ai des concurrents, qui achètent mon nom : je ne vous aime plus, parce que je trouve que c’est pas normal

Pas un centime de Vente privée à Google.

Rachel :

Pas normal d’investir des millions sur une marque, récupéré par un « petit malin » qui récupère cette notoriété.

Marc :

Je rêverais que Google soit plus gros.

30 millions investi par an avec Meetic (l’un des plus gros investisseur Adwords).

Je rêverais de pouvoir mettre 100 M €

Facebook n’est pas un remplaçant….

On aimerais dépenser plus sur Google, et moins sur la télé (5 à 6 fois moins bon)

La pub revient à la tv car il n’y a pas assez d’espace en ligne

On peut pas comparer amazon, avec des vrais barrières à l’entrée, et Facebook, avec des barrières à l’entrée virtuelle.

Je doute que Facebook soit là dans 10 ans.

Jean Emile :

Google construit aussi des barrières à l’entrée, avec 100% de marge brut

Google c’est pas un phénomène de mode.

Jacques antoine :

Différence de point de vue entre nous.

Dior ne devrait pas avoir à investir, la marque se suffit a elle même.

Jean Emile :

Une marque qui démarre a besoin de Google pour démarrer.

Jacques Antoine :

Demande de couper les budgets google dans tous les pays, on verra à Noël ce que ça donne.

Marc :

On peut créer une marque en se servant de Google. (Meetic, Amazon)

Flore : Evolutions technologiques à venir

Jean Emile :

Arrivée de la fibre.

La fibre va tout révolutionner. On va pouvoir aller bien plus loin au niveau de la shopping experience.

On sera connecté partout, rapidement, avec de la video

Fin du débat 🙂

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.