En direct live du Bargento

Ce matin, c’est Bargento.

L’occasion de croiser les équipes Magento, qui viennent de rejoindre la grande famille eBay.

J’essaierais de vous tenir au courant des news en live.

On devrait surtout avoir des news en début d’aprem, par Yoav, le CTO, qui droit faire des annonces sur Magento 2.

Pour l’instant, je suis à la conf d’ouverture. L’équipe dirigente de Magento (Roy et Yoav) nous explique qu’avec eBay, ils ont un partenaire à la hauteur de leurs ambitions…

Enterprise Edition :

Cela reste un élément clé de la stratégie.

Magento devrait continuer à investir sur cette version, qui permet d’adresser les grands clients.

Magento Go :

Lancé il y a quelques mois, déjà pas mal de boutiques en lignes avec cette solution.

Opportunité pour les développeurs :

On peut développer un module, qui peut être utilisé sur toutes les versions : C, E, Go

Yoav présentera la road map en fin d’après midi.

Migration entre les versions :

  • Beaucoup plus de documentation
  • Schémas de migration entre les versions : il y aura des programmes pour monter vers la 2.

Roy et Yoav expliquent qu’ils vont continuer le job, au sein d’eBay.

Philippe (NBS)  : Quel est le prochain objectif ?

Yoav : créer une solution pour l’ensemble des clients

Roy : « je ne me vois nul part ailleurs »

Yoav : nous parle un peu de x-commerce : il doit y avoir de grosses ambitions, pour créer une solution plus ouverte, plus modulaire, qui permet plus d’échanges entre les solutions.

Yohan Ruso, directeur général d’eBay France, arrive sur scène.

eBay est une nouvelle boite :  25% de l’activité d’eBay lié aux ventes aux enchères.

4 forces d’innovation : Mobile, local, social et digital

Le social : c’est évidemment un sujet clé, mais personne n’a trouvé la « potion magique »

Ces 4 forces amènent à un bouleversement, avec de la convergence entre le off et le on.

C’est ce que ebay appelle le commerce 3.0

(eBay a acheté une solution de couponing)

eBay cible, comme Magento, l’ensemble des vendeurs : de l’auto entrepreneur à la grande marque ou enseigne.

Les facteurs de changement : Multi canal, Concurrence globale, millions d’acheteurs et rythme de l’innovation.

Evolution du marché : le mix on-off line offre d’énormes opportunités.

Le coeur de la mission d’eBay : mise en relation entre des acheteurs et des vendeurs. Pas de conflit d’intérêt donc.

Actifs :

  • eBay
  • Paypal
  • Petites annonces
  • GSI
  • Magento
  • Mobile

Objectif : Se connecter avec les consommateurs, ou qu’ils soient (Home, mobile, Télé, …)

Aujourd’hui, de grandes enseignes sont sur eBay. exemple : GrosBill.

Mais également de grands acteurs off-line.

Gros enjeu : fédérer une communauté de développeurs.

25% des ventes sur e-bay passent par des acteurs tiers : Lengow, …

Paypal : 60 000 développeurs.

Magento : 400 000 développeurs.

Mobile : 35 Millions de téléchargement de l’application mobile d’eBay.

  • 600 M$ en 2009
  • 2 Milliard $ en 2010
  • 4 Milliard $ en 2011

L’innovation viendra via les développeurs.

Exemple d’application imaginée : on prend une photo. Le moteur analyse et et reconnait les produits en ligne, et propose des liens vers les produits.

Chiffres sur eBay :

  • 90 Millions de membres actifs
  • Fr : 12 Millions de VU Mensuel
  • Uk : 17,5 Millions de VU
  • Allemagne : 22 Millions de VU

Approche unique pour chaque marchand :

  • Rapidité des ventes
  • Rentabilité : le modèle tarifaire à changé, plus de frais d’insertion, y compris pour les pros. 2x moins cher que les autres marketplaces
  • Visibilité

Exemple de la boutique cache-cache sur e-bay : un vrai shop in the shop, qui respecte complètement l’identité de la marque.

La force d’eBay : international. Cela représente 20% des ventes sur eBay.

A venir :

Investissement massif pour changer l’image d’eBay, et avoir une image « retail ».

Moteur pour aider les internautes à mieux choisir les produits (type searchandising). Autre : moteur de recherche visuel.

Sur x-commerce :

Système d’exploitation pour le commerce, dans le cloud, qui va proposer des outils et des services, pour tous types de marchands.

Plate forme unique, qui va intégrer les développeurs.

Actifs :

  • eBay
  • Paypal
  • Magento
  • GSI
  • Milo : techno pour synchroniser les produits en magasin
  • RedLaser
  • Where : coupons et promotions

Pour en savoir plus : annonce les 12 et 13 octobres, à San Francisco

Retour d’expérience Ventre privée – e-commerce academy

Vente privée à donc lancé son offre de e-commerce délégué. (je suis arrivé en retard à cette conf, pas beaucoup de notes donc)

Cette offre a été montée sur Magento EE, avec l’aide de la e-commerce academy.

Points délicats identifiés :

  • Besoin d’un ESB (ça devrait arriver)
  • Hébergement : faire appel à des hébergeurs pros

Développement de modules spécifiques (ESB par exemple)

Modules développés pour la version Enterprise, à priori pas réutilisable pour d’autres projets.

Pour réutiliser un module, il faut le concevoir comme ça depuis le début.

Echanges avec Yoav et Roy

J’ai pu échanger avec les fondateurs dirigeants de Magento.

Leur message est clair : « gardez confiance, on est là et on le restera ».

Ils ont en particulier insisté sur la partie Community Edition, pour dire que pour eux, la stratégie basée sur l’open source, et la communauté des développeurs est et reste centrale.

Cela devrait même être renforcé par l’acquisition d’eBay, qui a de très fortes ambitions sur ce sujet.

J’ai fait part de mon point de vue : la vision d’eBay est plutôt claire, et l’idée derrière x-xommerce est clairement intéressante (j’y reviendrais). Le challenge est dans l’exécution comme on dit : dans la capacité d’eBay de passer d’une vision à sa réalisation.

X-Commerce

La vision du X-Commerce est la vision d’un bus e-commerce (tient tient, ça me rappelle des choses).

Un bus donc, sur lequel on peut brancher, à la carte, des composants e-commerce : Catalogue, Gestion Clients, Merchandising, Logistique, …

Le client de X-Commerce pourra donc construire son système d’information e-commerce, et interchanger, facilement, les composants choisis.

On pourra donc utiliser Paypal comme brique de paiement, mais on devrait pouvoir choisir d’autres briques.

Même chose pour le coeur e-commerce, ou la solution devrait proposer du Magento ou peut être de l’Intershop (racheté via GSI) mais également toutes solutions qui développerait un connecteur X-Commerce.

Je pense que c’est une excellente vision !

Le risque, on le connait : un bus, ça doit être un accélérateur. Un mauvais bus est une usine à gaz. Et pour eBay, les briques à intégrer sont hétérogènes : Java, PHP.

Ce que m’a dit Yoan (eBay), c’est que eBay mettait une grosse équipe de développement, pour faire de cette vision X-Commerce une réalité. A suivre de très près donc.

Le seul concurrent sérieux, à ma connaissance, sur X-Commerce, c’est la plate forme construite par Amazon.

Mais il existe une différence forte entre les deux acteurs : le conflit d’intérêt.

eBay n’a qu’une mission : mettre en relation acheteurs et vendeurs.

Amazon est plus ambiguë, avec une double (voir plus 😉 ) casquette : Amazon est marchand, et amazon fait aussi le métier de mise en relation…

PHP, Zend on the cloud

On nous parle pour l’instant du « momentum » sur PHP et Zend : c’est du lourd 😉

La communauté des développeurs est juste énorme, et les utilisations sont extrêmement variés.

Solution Zend Cloud :

  • http://www.zend.com/fr/solutions/php-cloud/
  • http://simplecloudapi.org/

Le navigateur va-t-il devenir l’environnement de programmation, et remplacer Eclipse ? Il me semble que c’est un peu ce qu’on nous présente, avec la possibilité de monitorer, profiler, débugger une application PHP « on the cloud ».

Témoignage de NBS :

700 sites hébergés, 20 nouveaux sites par mois

Développement de l’expertise sur plusieurs couches, pour apporter une réponse simple à la question des e-marchands : faire que la boutique soit 100% « up & running »

Part des problèmes : 55% Hébergeur, 45 % applicatif

Intérêt : tracking, profiling sur le site de production. Pas besoin de reproduire le bug. On gagne donc du temps pour traiter un bug.

(a voir si ces fonction de tracking sur production n’impactent pas les performances)

NBS se positionne sur ce marché du cloud, et propose donc cette offre, pour l’hébergement de sites e-commerce Magento.

Fraude en Ligne

Patrick Evars, responsable de la BFMP

Brigade des Fraudes aux Moyens de Paiements

Nous explique l’organisation de la Police (Organigramme).

50 fonctionnaires, dont 11 policiers spécialisés sur Internet

Pas un groupe d’informaticiens, mais on demande d’arrêter des excros, qui ne sont pas des informaticiens non plus.

1200 dossiers en 2010 (enquêtes)

318 : Garde A vue en 2010

« C’est pas beaucoup, mais ce qu’on fait, personne d’autre ne le fera ».

La réalité :

  • On se fait piquer son n° de CB dans un commerce « réel »
  • Le n° est réutilisé en ligne
  • Assez peu d’utilisation de récupération de n° de CB achetés en ligne

220 dossiers traités par le groupe internet

96 gardes à vue, soit à peu près une affaire par semaine.

Dépot de plainte : retard sur le traitement, car la plainte met des mois à remonter (de 3 mois à 1 an de retard !), entre son dépot et la prise en charge par le service

Autre catégorie de dossier : infraction répétée, avec point commun (adresse de livraison commune, n° de tel identique, …)

Cela permet de travailler en flagrant délit (piège à celui qui va chercher le coli)

Celui qui vient chercher le coli n’est pas forcément celui qui a acheté. Celui qui a acheté n’est pas forcément celui qui a volé la CB.

Parfois, on arrive à remonter la filière par cette voie là (image de la pelote, ou on tire la ficelle).

Garde à vue : au bout de 48h, fin de la garde à vue.

Options:

  • Remise en liberté (trop petit, manque de preuve, …)
  • Pas d’investigation complémentaire, les personnes passent en comparution immédiate (tribunal des flagrants délits) : risque de 5 ans de prison
  • Si il manque des informations : la cloture est clore, avec une éventuelle demande d’information complémentaires.

Chiffres : Sur 96 , 90 passent en comparution immédiate, et 30 passent dans le cas 3 (peuvent être en prison préventive)

Remarque perso : super intéressant, mais il me semble que ça fait ressortir le manque de moyens, puisque ce qui est dit, c’est que les seuls plaintes qui peuvent être traitées sont celles directement saisie par l’équipe BFMP, et la BFMP ne peut pas, par manque de moyen, prendre directement les fraudes…

SecuVad

La Fraude

« La fraude croie plus vite que le e-commerce »

« Les fraudeurs sont des commerçants créatifs » :

  • Acheter pour revendre
  • Minimiser le risque de se faire prendre

La fraude peut se cacher partout :

  • Fraude externe, via les clients (victime, auteur ou complice)
    • Victime : Vol de la CB ou vol du n° (passage en caisse, …)
    • Auteur : opposition abusive, Factures contestées
    • Complice : « fraude à la mule »
  • Logisticien : les colis ne se perdent pas. ils arrivent pas là ou ils devraient arriver
    • Pendant les périodes de grande affluence
    • De plus en plus utilisé, parce que c’est plus facile que la fraude à la CB (soudoyer un livreur, …)
  • Fraude interne
    • Call Center ; autoroute pour récupérer les CB
    • Boutiques
    • Fraude au stock,
    • Utilisation d’une carte pro, …

C’est donc bien plus large que la fraude à la CB.

Secuvad :

Association de 2 sté :

  • SPVad
  • IIIAAA

Offre des services très larges :

  • Audit CGU / CGV : très important, puisque c’est le seul contrat entre le client et le vendeur
  • Audit process de vente / livraison
  • Recommandations

Solution

  • Analyse automatique : identifier les comportements à risques
  • Analyse manuelle : passer en revue les commandes qui ont été filtrées

Travail avec la justice pour maximiser les risques financiers et pénal.

4000 procédures judiciaires en cours.

Garantie des impayés, France et international

Recouvrement : via des organismes spécialisés

Présentation d’avocats : savoir ce qu’on peut faire ou pas en marketing online

Présentation par le cabinet Ichay et Mullenex

Marketing Online : ce sont des techniques qui, bien souvent, on appliquaient en « off ». On peut donc utiliser les lois applicables (droit de la publicité, de la consommation) :

  • Mentions obligatoires
  • Ne pas mentir
  • Affichage du prix
  • Attention au mot « gratuit », « solde »
  • Pas de raison d’utiliser la marque d’un concurrent

Exemple avec Smartbox, avec une offre limitée alors que c’était pas précisé.

On est lié par les termes d’une publicité (ça vaut comme un contrat).

Un consommateur informé peut faire appliquer les termes, proposés via une publicité

Jurice prudence « dans l’autre sens » si c’est une « erreur manifeste » (cas 3 suisses avec les télés à 90% de réduction)

Autres cas :

  • Faire de la pub, sur une offre avec très peu de stock (5 billets …)
  • Faire une pub, avec grosse différence entre la promesse (voyage loin) et la réalité (voyage au Havre)

Beaucoup de flou sur les contrats via les plate formes d’affiliation.

  • L’affilié ne peut pas copier une partie du site de l’annonceur, ou faire figurer son logo, si cela n’a pas été consenti par l’annonceur

Marketing Viral :

  • Diffusion de manière viral, d’un buzz
  • Attention : pas de contrôle sur ce que ça va devenir. ça peut facilement se retourner.
  • Autre exemple : demander au contact de donner les 10 emails de ces amis.
  • Comme les amis n’ont pas été opt-in, on fait donc du spam.

En pratique, pour limiter le risque :

  • La communication doit sembler venir du contact : Faire en sorte que les mails semblent provenir de l’amis
  • Ne pas relancer
  • Ne pas stocker

Cas d’une grosse société américaine : elle sera moins stressé si injonction du CNIL qu’une société Française. La CNIL a donné une amande de 200 000 € à Google.

Travail quotidien : « négocier » avec les clients, pour évaluer, entre le risque et le gain attendu.

Sanctions :

  • 750 € par mail non sollicité
  • Manque d’information : 1500 €
  • Collecte de données personnelles sans consentement : 5 ans de prison

Attention à la vente « boule de neige » :

  • Avoir un avantage commercial contre, par exemple, 10 adresses emails « d’amis »

Parle de la demande du CSA : ne pas citer la page Facebook d’une émission.

Protection des données personnelles :

  • Il faut le consentement de l’internaute pour collecter ses données
  • Il doit pouvoir s’opposer aux traitements
  • Il doit pouvoir rectifier, compléter

« La plupart des boites ne respectent pas les règles. Mais c’est plus facile pour la CNIL d’attaquer une boite française qu’une boite internationale »

Abonnement newsletter :

  • Le droit français a choisi l’opt-in
  • La désinscription doit être facile

Fin du bargento pour moi, j’ai d’autres contraintes. J’espère que ce format « live blogging » vous intéresse.

J’ai bien conscience de la limite de l’exercice 😉

 

 

 

 

 

 

 

6 commentaires

  1. Bravo François !!
    On s’y croirait… 😉

    Sérieusement, pour moi qui n’est pas pu suivre les sessions de la matinée et en autre les explications sur le X-Commerce…c’est bien utile !

    A bientôt

  2. Nickel François… je cherchais depuis hier un bon compte rendu sur le bargento donc merci 🙂
    Il ne manque plus qu’un service logistique expédié par eBay et le bus sera au complet 🙂

  3. Merci pour vos commentaires encourageants 😉

    Bon, ceci dit, j’ai eu un gros coup de barre, en fin de journée, donc, je n’ai pas assisté à la dernière conf de Yoav sur Magento 2. Je cherche les infos et vous tiens au courant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.