L’intelligence artificielle : La fin de l’humanité ?

Le brillant et étonnant Stephen Hawking pense que l’intelligence artificielle pourrait dépasser l’homme.

Stephen Hawking ne détaille pas sa pensée sur ce sujet. Alors, qu’en penser ?

Comment l’intelligence artificielle pourrait elle dépasser l’humanité ?

Il est certain que l’armée travaille à des robots tueurs.

Les nouveaux robots peuvent se déplacer vite, comme Cheeta :

Les robots sont de plus en plus intelligents, et Asimo est l’un des robots qui semble le plus évolué, avec aujourd’hui la capacité à marcher, courir, sauter, sur des terrains accidentés :

Donc il est bien certain que l’intelligence, la puissance physique et l’autonomie des robots sont en croissance rapide.

Alors, l’ordinateur intelligent est il un danger pour l’humanité ?

On peut imaginer plusieurs types d’attaques :

  • Une attaque « structurelle » : les ordinateurs prennent le contrôle de nos infrastructures. Les banques, les réseaux électriques, … toutes nos infrastructures sont gérées par des ordinateurs, plus ou moins inter-connectés par Internet. Une « intelligence artificielle » pourrait développer des virus informatiques, s’introduire dans les différents systèmes, et en prendre le contrôle. Ce scénario a d’ailleurs été creusé par plusieurs films ou jeux vidéos.
  • Une attaque physique : les robots militaires s’émancipent, et se retournent contre leurs créateurs. Là aussi, c’est un thème développé par plusieurs films. L’humanité pourrait être en danger si l’attaque est massive (armée de robots qui s’organisent, se développent, et détruisent l’humanité) ou si elle utilise des moyens globaux (un programme décide de lancer des bombes atomiques).

Ce qu’il faut bien avoir en tête, c’est qu’actuellement, et depuis plus de 60 ans que l’homme travaille sur ce sujet, l’intelligence artificielle n’a pas beaucoup progressé :

La puissance de calcul des ordinateurs a fait des progrès énormes, ce qui fait qu’en appliquant des programmes « mécaniques », on arrive à battre l’homme sur plein de sujets. L’ordinateur est au niveau du champion du monde des échecs, symbole s’il en est de l’intelligence… Mais le programme qui réalise cet exploit n’a rien de comparable avec ce qu’on appelle l’intelligence.

C’est le paradoxe actuel, on utilise la puissance de calcul pour effectuer des tâches de plus en plus complexes, mais on n’a toujours par percé le secret du fonctionnement du cerveau, et des tâches très simples restent inaccessibles aux machines.

Ainsi, à l’heure actuelle, aucun ordinateur ne sait s’adapter, apprendre, comme l’homme sait le faire.

Au fait, c’est quoi l’intelligence artificielle ?

Question simple et réponse pas si simple ;). Alan Turing, l’un des pères de l’informatique, avait inventé un test pour valider un programme intelligent.

On dit que l’homme est intelligent car il sait apprendre et s’adapter à de nouvelles situations. Il sait « intégrer » des données issues de contextes très variés, permettant des raisonnements complexes basés sur des données très incomplètes. Il ne s’agit donc pas de raisonnements parfaitement logiques, mais plutôt d’intuitions, induites à partir d’exemples divers. L’intelligence, telle que définie de manière anthropomorphe, est donc très liée à la capacité à apprendre, et à raisonner à partir de ces apprentissages incomplets. Cela fait bien longtemps qu’on cherche en informatique a simuler de tels systèmes, mais encore une fois, on est aujourd’hui loin du compte. La capacité du cerveau pour analyser une situation, avec extrêmement peu d’informations, reste complètement inégalée.

J’imagine que l’hypothèse de Stephen Hawking, c’est que ces barrières pourraient être franchies dans les années à venir.

Donc, dans cette hypothèse là, la machine serait, par rapport à l’homme :

  • Plus forte et plus rapide physiquement
  • Plus rapide à résoudre un problème complexe
  • Capable d’apprendre et de s’adapter à de nouvelles situations.

Se pose alors la question de la motivation de la machine :

L’homme pour agir est motivé par plusieurs « moteurs » : les motivations élémentaires liées à la survie, de soi (se protéger des agressions externes, se protéger du froid, boire et manger), la survie de l’espèce (la protection de ses proches, la reproduction) et les motivations liées à notre ego (avoir plus de pouvoir, d’argent).

Quelles seraient les motivations profondes de la machine ?

Qu’est-ce qui rendrait une machine dangereuse ?

Bon, d’accord, un robot militaire est dangereux, surtout si on est en face de lui ;).

Donc une machine est déjà dangereuse pour une personne ou un groupe de personnes. Un robot, un programme, peut tuer un ou plusieurs hommes. Mais ce n’est pas le sujet de la réflexion. La réflexion est plus globale, puisqu’on parle ici de la fin de l’humanité.

Donc, pourquoi une machine pourrait développer une telle motivation ?

Se pose donc la question qu’avait traité Isaac Assimov : au delà des programmes d’utilisation de la machine, quelles sont les « lois fondamentales » structurant la machine intelligente ?

Isaac Assimov avait imaginé trois lois :

  1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger.
  2. Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la Première loi.
  3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la Première ou la Deuxième loi.

Mais ces lois ne tiennent pas la route, car les militaires, grands investisseurs dans ces domaines, ne mettront jamais en place de telles protections : un robot militaire doit évidement pouvoir tuer.

C’est marrant (si j’ose dire) car je pensais avant l’écriture de cette réflexion que Stephen Hawkins avait tort, mais au fil de l’écriture de cet article, je suis en train de changer d’avis. On peut très bien imaginer plusieurs scénarios catastrophes.

Je ne pense pas que la catastrophe puisse venir d’une machine avec un égo (« je veux dominer le monde »), mais plutôt de bugs dans le paramétrage de la machine (« pour protéger tel territoire, il faut supprimer telle population »). Si on délègue à une machine la capacité à prendre des décisions clés, alors le risque existe.

Les humains seront ils assez sages pour éviter cet écueil ? ça m’étonnerait ;)

Big Brother : sélectionné et adopté par chacun d’entre nous

Je viens de lire l’annonce d’Amazon pour Echo :

Donc, je vais mettre chez moi une machine, qui va enregistrer tout ce qui se passe chez moi, pour quelques services gratuits.

Sinon, je peux utiliser Google Now :

Ce coup si, c’est mon smartphone qui sait tout.

Si je trouve que c’est pas assez intrusif, je pourrais bientôt porter des Google Glasses…

En fait, pas besoin d’utiliser ces services pour être dans « la matrice » :

Google sait ce que je recherche, quand, ou…

Pour peu que j’utilise GMail, il sait qui m’écrit, et le contenu des mails.

Même type de relation très intime avec Facebook.

Est il raisonnable d’ouvrir sois même la porte de notre vie privée à ces méga entreprises ?

Je ne le pense pas :

Rien ne garanti le bon usage de ces données.

Elles peuvent être détournée, exploités, volées.

C’est probablement le « point noir » majeur de l’évolution actuelle d’Internet. Internet n’était pas conçu pour être autant centralisé… Bien au contraire.

Alors ? Vais-je laisser tomber tous ces services, installer un bon vieux Linux, mettre en place mon serveur de mail ?

Demain…

Elle est ou ton oreillette ? Manuel de survie quand on perd son oreillette bluetooth

Zut, je me rends compte en arrivant au bureau que je n’ai pas mon oreillette bluetooth.

Arrivé le soir chez moi, je la cherche, et ne la trouve pas. Fuck : c’est tout petit ce truc là : comment la retrouver ?

Je cherche sur Internet. Première idée, utiliser une application capable de faire sonner l’oreillette.

Je télécharge l’application… qui me propose de mettre à jour le firmware de l’oreillette avant de pouvoir la chercher !

Bon, autre piste : j’appelle le téléphone couplé avec l’oreillette. ça ne marche pas, car le son de l’oreillette est tellement faible qu’on ne l’entend pas.

Que c’est énervant : mon iphone est bien couplé à l’oreillette, mais impossible de savoir ou elle est.

Enfin, on (avec ma fille Pauline) a eu une idée : Utiliser le micro de l’oreillette. Pauline m’appelle donc, et pauline écoute au téléphone, pendant qu’on gratte un peu partout. Les micros de l’oreillette renvoie le son, plus ou moins fort, en fonction de la distance de l’oreillette.

Bon, on a fini par retrouver ce gadget indispensable ( ;) ) après quand même une bonne heure !

Au fait, elle était dans la poche d’une verste (mais pas celle que je portais). C’est bête hein ?

Une belle journée

Bonne journée hier, vraiment top :

On est sollicité sur de très beaux projets. Je ne peux pas en dire plus (évidemment…), mais ça fait vraiment plaisir de voir qu’on est bien identifié, et que notre positionnement apparait maintenant clairement !

C’est le fruit d’un beau travail, marketing (bravo Caro), commercial (Greg, Johan, Julien) et produit bien sûr !

Donc quand on présente notre solution, notre positionnement, je vois bien que les choses sont maintenant bien claires : nos interlocuteurs comprennent pourquoi on est différent, et tout l’intérêt de notre approche très focus.

Autre sujet de réjouissance : la façon dont la plate forme technique évolue. On devait valider l’introduction d’une nouvelle technologie, permettant d’aller encore plus loin : répondre toujours plus vite, avec plus de clients, en prenant un historique plus long. L’équipe avait bien préparé les choses, et en une demi heure, le choix était fait. Là encore, c’est le fruit d’une belle préparation (bravo JP et Florent).

Enfin, mon passage à e-commerce-connect :

L’interview de Thibault Mollat du Jourdin a été, de mon point de vue, particulièrement intéressante : Thibault a parlé, de manière très ouverte, de son retour d’expérience après plus de 3 ans chez Amazon.

Ce que je retiens, en quelques lignes :

Chez Amazon, l’obsession, c’est la Data :

  • les recrutements se font sur ce critère (la capacité à analyser rapidement de gros volumes de données),
  • chaque lundi, chaque manager reçoit un rapport de 200 pages, et doit l’analyser, avec une réunion d’analyse le lendemain
  • les managers programment eux même les requêtes pour affiner les analyses

La culture est donc : Data / Technique. Etonnant ? ;)

Autre élément qui m’a étonné : Amazon est très attentif au bon respect de la législation. Donc, si Amazon ne fait pas cocher les CGV, et ne demande pas la ressaisie du trigramme de la CB, c’est qu’ils ont le droit.

On devrait récupérer la vidéo rapidement ;)

Aujourd’hui s’annonce pas mal non plus …

 

e-commerce connect : interview de Thibault Mollat du Jourdin, ex d’Amazon

ecommerce connect propose sa deuxième édition, le 15 octobre.thibault

J’y anime une conférence, avec Thibault Mollat du Jourdin, qui a pas mal bossé pour Amazon…

Le sujet : e-commerce et système d’information. Vaste sujet ;)

Si vous voulez tout savoir sur les outils mis en place par Amazon pour optimiser ses ventes, son organisation,

RV Mercredi donc, à 15h

C’est à l’hôtel Hilton Concorde Opéra de Paris. (attention, il faut être inscrit pour pouvoir venir)

A mercredi :)

Bargento, on y sera :)

Le Bargento, c’est presque une vieille histoire maintenant (7 si je compte bien ;) ) !

Bargento 2014

Je pense avoir participé à toutes les éditions, je ne vais donc pas m’arrêter là.

Donc, le Bargento, c’est l’évènement associé à Magento.

C’est donc un évènement e-commerce, et c’est l’occasion de croiser toute la communauté, dont les amis de Smile (co organisateurs), DnD et NBS (à l’initiative de l’évènement), et bien d’autres.

Petite rumeur au passage : si Paypal quitte le giron de eBay, pourquoi Magento n’en ferait pas autant ?

Bref, Target2Sell participe à l’évènement, et j’anime une conférence sur le thème : « proposer un site différent à chaque visiteur »

Donc, RV mardi prochain (7 Oct), au 1/13 Quai de Grenelle, 75015 Paris

La conférence est à 14h30.

Pour s’inscrire c’est par ici.

A mardi :)

Quand on ne veut pas de client

Je souhaitais ouvrir une nouvelle ligne ce week end. Je regarde ce que propose Sosh, et je décide d’y aller.

Mais arrivé sur la première étape, je suis bloqué :

Première étape du processus d'achat Sosh

Pas de bouton « Valider », ou « étape suivante ». Par contre, j’ai pu imprimer, voir les conditions générales de ventes…

Finalement, j’ai ouvert une ligne chez Free ;)

C’est marrant car en relisant ce billet, et en regardant ma copie d’écran, je me rends compte que c’est probablement parce que le mobile choisi n’est plus dispo…

Sur le coup, je ne l’avais pas vu !

Mais alors, pourquoi proposer un m mobile qui n’est pas dispo ?