Aider l’internaute à naviguer dans le catalogue avec Compario

Je le dis bien souvent : il est très important d’aider l’internaute à trouver « le » produit qui correspond à son besoin.

Pour faire ça, le e-commerçant a à sa disposition plusieurs outils :

  • Bien structurer son catalogue, avec des catégories bien identifiées, et logique du point de vue du client ;
  • Intégrer dans le site un moteur de recherche adapté au e-commerce, j’en ai déjà parlé ici par exemple.

Tout ça est très bien, mais pour certains catalogues, ou certains types de produits, cela ne suffit pas.

Le plus simple est de prendre l’exemple du site MilongaMusic qui propose d’acheter en ligne un grand nombre de produits liés à la musique :

Dès qu’on sélectionne une catégorie, on a à notre disposition un outil de navigation très riche et interactif. Exemple pour guitare électrique :

Le client peut alors sélectionner le critère qui lui semble le plus adapté pour choisir le produit qui l’intéresse.

Dans l’exemple ci dessus, l’internaute peut choisir entre Marque, Prix, Pays de fabrication ou forme de la guitare.

L’intérêt de l’outil, c’est que tout est dynamique : si on sélectionne une marque par exemple (je suis très Fender, on se refait pas), tout est mis à jour :

Vous notez à droite : les critères se sont décalés vers la gauche, et un nouveau critère a fait son apparition à droite (en l’occurrence, la position, gaucher ou droitier).

Les quantités par critères prennent bien entendu en compte le fait qu’on est maintenant sur la sélection « Fender ».

Tout cet outil est paramétré directement par le e-commerçant, depuis un back office très simple.

L’idée est bien là : le marchand décide de l’animation de sa boutique, et n’a pas besoin de programmer (et donc de faire appel aux services techniques) pour mettre en œuvre les changements.

Pour les technophiles, il faut savoir que derrière ce moteur se cache une technologie bien connu des habitués de la « business intelligence » (BI pour les initiés) : le cube OLAP.

Un cube est en fait une sorte de vue sur la base de données, vue qui a l’avantage de pouvoir être manipulée dans tous les sens, et très rapidement.

Pour simplifier, on peut donc dire que Compario, c’est les technologies de la BI appliquée au e-commerce.

Comme pour Antidot, Compario est vendu en mode SAAS.

D’ailleurs, je ne cite pas Antidot par hazard dans ce billet, puisque les deux boites ont l’habitudes de travailler ensembles sur des projets.

5 commentaires

  1. Merci pour cet article, vraiment clair, direct, bref… to the point !

    Ce type de système est très fort quand il est combiné avec une recherche libre initiale. Best of both world !

    La page wikipedia sur la recherche facettée donne un résumé des raisons qui pousse à utiliser des système pointus comme celui-ci :
    http://en.wikipedia.org/wiki/Informative_Faceted_Searching_(IFS)
    En bref, il s’agit de dépasser le duo classique Navigation / Recherche plein texte

    Ce qui est techniquement malin chez Compario, en tant que prestataire, c’est qu’ils découplent interface de navigation et moteur de recherche.

    Cela ouvre des possibilités très intéressantes, comme — idée qui me vient — faire des split test en changeant le moteur pour voir si un moteur retourne des résultats plus vendeurs que d’autres.

    Il devient possible de l’autre côté, côté interface, d’améliorer de manière continue sans dépendre du vendeur du moteur.

    PS : d’après toi, François, y a-t-il des cas où Compario n’est pas adéquat ??

  2. Pour avoir passé une petite journée avec F. Denel (Compario) j’ai pu découvrir de manière assez détaillée ce que permet de faire Compario. C’est effectivement très impressionnant et sans aucun doute d’une efficacité plus que redoutable en terme de transformation.
    Reste que : Compario n’est pas quelque chose qu’on vient mettre en plus de l’existant.
    Choisir la solution demande de remettre complètement à plat l’organisation du catalogue et oublier la classification traditionnelle. Même si des passerelles sont envisageables, cela revient (je caricature) à virer le back office existant et recommencer. Donc Compario, c’est super à mettre en oeuvre sur une nouvelle version, une refonte complète…
    En terme de puissance et d’investissement je pense encore que très peu de sites sont en mesure de s’offrir le bébé.
    Milonga par exemple, ça fait quand même + de 20 M€ de CA, c’est pas une toute petite boite…

    Si j’ai dit une bétise Fredéric Denel viendra sans doute compléter…;-)

  3. bonjour olivier,

    merci pour ton commentaire

    il est vrai que dans ton cas, ton fond de catalogue mériterait à l’idéal une refonte en profondeur mais comme tu vas m’envoyer un export complet dans pas longtemps, je vais te démontrer que même en l’état compario peut améliorer drastiquement la navigation et apporter beaucoup de nouvelles fonctionnalités.

    En terme de cout, le niveau d’investissement est variable en fonction de la taille du catalogue et je peut t’assurer que de nombreux acteurs peuvent se permettre l’investissement et le rentabiliser rapidement.

    Les économies en temps d’intégration par rapport à un dev interne sont gigantesques. Tu vas pouvoir tester cela grandeur nature trés trés vite 😉

  4. En e-commerce, proposer le bon produit à l’internaute est crucial en particulier si l’offre produit est large.

    Il ne faut pas oublier que contrairement à un magasin, un site web ne dispose pas de vendeur, il faut donc combler cet inconvénient avec des fonctionnalités d’aide à l’achat.

  5. La solution Compario est très complète et adapté aux exigences des utilisateurs et du e-commerce du présent et du futur. Une bonne navigation passe toujours par une bonne catégorisation. Parler de catégorisation ou arborescence est assez simple pour les pure players online mais un peu plus compliquée pour la grande distribution traditionnelle qui décide de passer au web.

    Il est très difficile de convaincre un chef produit de changer de nomenclature ou arborescence……lol

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.