La tendance du e-commerce « clé en main »

Pour une société qui vend des produits, la question est : doit on développer le e-commerce en interne, ou doit on se décharger de cette activité, auprès d’un prestataire / partenaire ?

Faire en interne

C’est un choix stratégique. Le e-commerce va représenter une part de plus en plus grande du commerce. Internaliser le développement de ce canal, c’est se préparer pour l’avenir.

Mais ce n’est pas un « long fleuve tranquille » : le e-commerce est un métier, il faut bien s’entourer, s’adresser aux bons professionnels, faire les bons choix… En un mot, c’est un canal qu’il faut apprendre à maîtriser, et celà demande des ressources et du temps.

C’est pour ça que ce choix ne marchera bien que si il est validé/porté directement par la direction générale.

Faire faire

Si le partenaire fait du bon boulot, cette solution permet de lancer le canal e-commerce, sans avoir à y consacrer trop de ressources internes, sans avoir à s’organiser, sans avoir à appréhender tous les métiers associés au e-commerce.

Cela peut également être une bonne solution si la direction estime que ce canal est non stratégique, ou si l’organisation de l’entreprise rendrait ce développement trop complexe (ah, les conflits de canaux…).

Les solutions

Plusieurs sociétés se positionnent sur ce créneau. Certaines ont une approche plutôt technique, d’autres ont une approche très marketing.

On peut par exemple citer GSI-Commerce, qui a envirron 85 clients, et réalise plus de 700 millions de $ de revenus !

Donc clairement, c’est un vrai marché, qui répond à un vrai besoin.

Mais ce business est très jeune, et les modèles de prix ne sont pas encore bien établis. En général, il faut compter un paiement initial, pour mettre en oeuvre l’ensemble de la solution, puis une commission sur les ventes.

Dans tous les cas, il est fondamental de choisir le bon partenaire !

9 commentaires

  1. je ne peut que être d’accord avec ce billet 🙂
    par contre la France est à contre courant comme l’indique par exemple ce résumé d’un article paru dans 01 informatique en septembre 2007.

    « Les sites marchands français boudent les éditeurs
    En dépit d’offres matures, les éditeurs de solutions spécifiques au e-commerce
    peinent à s’imposer en France. Seul Mistergooddeal a fait le choix de Microsoft
    Commerce. Une tendance très différente de celle des autres pays européens.
    Les grands sites d’e-commerce préfèrent disposer de leurs propres développeurs et
    garder ainsi une grande souplesse dans le choix des développements et d’une
    grande réactivité par rapport à leurs concurrents. »
    01 informatique (Clapaud Alain) 28/09/2007

    Moi même je me suis vu retoqué par des grands acteurs du e-commerce qui ont pourtant mis plus de 2 ans à mettre en place que l’on proposait clé en main.

  2. De façon général, je suis convaincu qu’il ne faut pas externaliser ce que l’on considère être le cœur de l’entreprise : là où est l’expertise qui fait la différence par rapport à la concurrence.

    Après, chacun voie midi à la porte… Tout le monde a sa façon d’envisager son business.

    Pour moi, il est indispensable (la plus part du temps) de gérer son ecommerce en direct, comme on gère en direct tout la commercialisation.

  3. @Frédéric> Je ne peut que être d’accord avec ce commentaire 😉 !
    Maintenant, on ne parle pas forcément de la même chose. Je parle dans ce billet de solutions pour externaliser à 99% le e-commerce, et je pense que tu parles de solutions logicielles pour couvrir une fonction particulière (le front, le moteur de recherche, …).

    @Olivier> Tu prêcherais pas un peu pour ta paroisse 😉 ?
    Tu as raison dans l’absolu, mais tout cela dépend de tellement de paramètres… Il vaut mieux faire faire que rien faire du tout !

  4. Clairement le choix dépends de la taille de l’entreprise, de son SI, et comme tu le dit en préambule de la volonté de la direction générale.

    A mon avis cette problématique va évoluer fortement dans les années à venir, tant les éditeurs deviennent capables de s’intégrer dans une problématique multi canal.

  5. Attention, faire en interne ne veut pas dire bidouiller un site vite fait mal fait … Les sites de e-commerce maison fleurissent sur le web … où du personnel non qualifié s’improvise webmaster et le résultat est toujours décevant (et moche ;-)).
    Même si pour beaucoup d’entre vous il coule de source d’embaucher du personnel qualifié pour se lancer dans l’aventure, sur le terrain, la réalité est toute autre. On s’imagine que c’est facile … à la portée de n’importe qui … Mais je tiens à souligner que le e-commerce ne s’improvise pas et pour être efficace, quelle que soit la solution choisie, nécéssite de s’entourer de personnes compétentes.

  6. @RMS> Je connaissais pas, faut que je regarde ça…

    @Capitaine> Oui, c’est vrai que la performance des offres est un paramètre, et qu’il va évoluer dans le temps.

    @Carole> Je ne saurais mieux dire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.