L’algo de Google mis à mal avec les nouveaux contenus du Web

Le coeur de la valeur de Google, c’est la qualité des réponses quand on fait une recherche.

Et l’idée, génial à l’époque, c’est de monter la valeur d’une page en fonction du nombre et de la qualité des pages qui pointent vers cette page.

Donc, on peut dire que pour Google, une nouvelle page a nécessairement une valeur faible.

Ensuite, dans le temps, la page va « se bonifier » en récoltant des liens entrants.

Tout cela a plutôt bien marché pendant pas mal d’années.

Mais voilà, le Web devient un média de plus en plus « temps réel ». La meilleure illustration est Twitter.

J’ai lu plusieurs infos indiquant que Google allait ajouter Twitter à ses résultats de recherche.

gootwee

Pour Google, c’est une question vitale. Ils ne peuvent pas ignorer ces contenus, qui ont notamment permis d’avoir des informations sur des évènements majeurs dans le monde, avant même qu’ils soient repris par les médias traditionnels.

Mais au delà de Twitter, c’est toute la logique de l’algo de Google qui est ébranlé par cette évolution du « Web temps réel », puisque pour ces informations, la valeur ne peut pas être lié à son « enracinement web ».

15 commentaires

  1. François > c’est twitter et non tweeter 😉

    Le web en temps réel comme dirait Loic (Le Meur – puisque c’est le thème de la conférence du Web 09 en décembre à Paris) est à la mode et correspond en effet à un vrai usage.

    /Olivier, Fondateur
    Altics

  2. @faucher2001

    C’est surtout déjà mis en place dans Google Labs ( apparemment c’est priorité aux etats-unis, comme d’hab…).

    Pour l’instant ils ont fait le choix de mettre 2 zones différentes dans la page de résultats, les résultats liés à mes amis et amis d’amis (via twiter, mes blogs, et Facebook) apparaissant tout en bas de la page de résultats, dans un bloc distinct..

    @francois
    Mon petit doigt me dit que tu parles de TweetdeCk 😉

  3. bonjour,
    contrairement a bcp de personne, je ne pense pas que le web en tant réel soit une bonne chose.
    Voir moult polémiques concernant le manque de recul sur les évènements journalistiques, le manque de fiabilité ….
    Si aujourd’hui twitter est indexé par google pour ces resultats comment prendre du recul entre l’information « réel » et vérifié et l’information spontanée sans fondement !

    A mon avis cela va a l’encontre de la philosophie primaire d’internet, i-e analyser, débattre et comprendre un fait une actualité sans prendre partie sur un instant T….

  4. @yann

    A noter que l’intégration de Twitter et Facebook dans les résultats de recherche, n’a pas pour unique objectif de rendre l’indexation des résultats plus réactive…

    Google est en train d’intégrer le graph social aux recherches…
    J’entends par là que tu accèdes plus facilement aux pages liées aux profils de tes contacts Facebook et Twitter, que ce soit du contenu temps réel, ou du contenu qui date…

  5. Bonjour François,

    L’algo de Google prend effectivement en compte l’ancienneté des pages et les backlinks, même si ce n’est – comme l’a rappelé Matt Cuts la semaine dernière – qu’une des nombreuses données prises en compte.

    En revanche, tu sembles oublier un indicateur très important pris en compte par Google qui est ce qu’on appelle la « prime de fraîcheur », qui donne du bonus aux pages les plus récentes sur des sujets, justement dans le but de prendre en compte les nouveautés. Cette prime de fraîcheur m’a – par exemple – permis de me retrouver en première page de Google sur la requête appartement Paris pendant les 3-4 jours après la publication d’un article sur le sujet, et ce devant des poids lourds comme logic immo ou se loger, avant de retomber dans les limbes du classement après pondération de la page.

  6. @Frédéric> Oui, bien sur, l’algo de google prend en compte pleins de paramètres, et effectivement, tu as une prime à la nouveauté, mais bon, il n’en reste pas moins vrai que l’évolution actuelle, d’un Web temps réel, bouscule le web.

    @Yann> Je suis pragmatique, et en l’occurence, je porte pas de jugement de valeur, bien ou mal. Mon point, c’est de dire que cette évolution, vers du contenu de plus en plus « frais » a beaucoup d’impact.

    Pour le référencement naturel des pages produits, on peut imaginer ajouter de l’information temps réel pour « exciter » google ?

  7. je ne pense pas que cela pose problème.
    de ce que j’ai compris, l’algo donne une prime à la fraicheur + une prime à l’ancienneté et à la popularité du site (qui impactera la page nouvelle qui la contient).
    ex : quand un blog comme presse citron parle d’un sujet il ne faut pas longtemps pour qu’il se retrouve en première page sur celui-ci. Fraîcheur de la page + notoriété du site = fort positionnement sur les SERP

  8. Google sait identifier les sites d’actualités (voir Google News), donner un bonus de fraicheur aux infos chaudes (voir Google Trends) et les requêtes d’internautes qui ciblent ce type d’informations (rechercher infos sur indice « QDF »).

    L’origine du problème de Google avec Twitter/FB est double :

    1- détecter ce qui buzze sur Twitter/Facebook. Le décés de M. Jackson à démontré la grande supériorité de Twitter sur Google dans la présentation d’un évènement. L’info avait fait plusieurs fois le tour de la terre via Twitter que l’algo de Google se réveillait à peine.

    2- la nature des infos twitter/FB : un tweet n’est pas une page web. Comment y accéder ? Comment le présenter dans les SERPs. Ca ne peut être proposé au même titre qu’une page web.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.