Flashback mars 2006 : La Fraise dépasse les 100 K€ mensuels !

Cet article est écrit par Christophe Davy, dirigeant de Brand Online Commerce, qui est « l’invité permanent » de François sur ce blog.

La Fraise - visuel

Les vacances d’été, c’est la période des bêtisiers, du ski nautique mais aussi des flashbacks nostalgiques.

Je ne sais pas pourquoi, aujourd’hui, j’ai eu envie de retourner sur la boutique La Fraise pour voir ce qu’elle devenait. Je n’y ai pas mis les pieds depuis facile M+2 après le départ de Patrice Cassard, et j’ai eu comme une impression de vintage rien qu’en repensant à ce site.

[Disclaimer] Je ne connais pas Patrice Cassard, je ne l’ai jamais rencontré, ni eu au téléphone, ni même pas mail, par chat ou par hasard, et d’ailleurs une partie de moi-même pense que la théorie du complot qui consiste à dire que Patrice Cassard n’a jamais existé est peut-être fondée. En outre, je n’ai jamais acheté sur La Fraise (mais je lisais et relisais le blog à l’époque) ni sur son site actuel Archiduchesse (pour cela, faudrait qu’il propose des chaussettes hautes noires, je ne porte que celles-là, et c’est pas gagné, alors que chez Dino & Dino ils vont en faire à la rentrée… – mais bon, nous nous égarons). Bref, ce que je voulais dire, c’est que je ne suis pas un grand cassardiste. [End Of Disclaimer]

Donc, sur La Fraise, en 2011, il y a toujours des tee-shirts créés par des designers, notés par les internautes, et achetés par des gens. Difficile de juger la qualité des créas proposées, et encore plus difficile de savoir si le business fonctionne. En revanche, il y a visiblement beaucoup moins d’interactivité avec les internautes qu’à l’époque Cassard, où chaque créa était commentée par des dizaines, voire des centaines d’internautes. Aujourd’hui, les compteurs sont à 6, 3, 3, 1, 1, 1, 3, 5, 2…

Et puis sur le blog c’est pareil, le nombre de commentaires a franchement diminué par rapport à la belle époque. D’ailleurs, pour me le prouver, j’ai parcouru les archives du blog jusqu’à tomber sur ce post ahurissant du 30 mars 2006 (238 commentaires s’il vous plait) intitulé : Le Bilan : “Jusque là, tout va bien”.

La Fraise - C.A. 2005 2006(source : blog.lafraise.com)

Ce jour-là, Patrice Cassard présente ses résultats et annonce qu’il a dépassé le seuil des 100 K€ de chiffre d’affaires au mois de mars 2006 ! Rendez-vous compte : ils sont seulement trois gus, on est au printemps 2006 (il y a plus de 5 ans, une éternité sur l’échelle du temps e-commerce !) et on parle de pauvres tee-shirts vendus aux alentours de 23 euros !

Ce résultat est à faire baver tous les petits e-commerçants d’aujourd’hui, qui peinent à faire leurs 10 ventes par mois ! Et pas qu’eux : un paquet de sites de e-commerçants lancés bien avant La Fraise, et qui ont pourtant une bonne petite notoriété, ne font toujours pas 100 K€ par mois de chiffre d’affaires, croyez-moi !

La Fraise, en mars 2006, c’était 4500 tee-shirt vendus et 16.000 visiteurs uniques par jour ! Et un marketing de génie, le  social commerce avant l’heure, avec une dose de crowd sourcing, beaucoup de pouvoir donné aux clients, et aussi les posts tantôt euphoriques tantôt déprimés de Patrice Cassard qui ont fait son succès et lui ont permis de rester en permanence au contact de ses lecteurs et de ses clients.

Comme quoi, on l’avait oublié, mais le e-commerce avant Groupon, c’était rock’n roll !

9 commentaires

  1. Il en devient presque propriétaire du concept et pas beaucoup d’entreprises arrive à rivaliser sur ce concept du « je vous dit tout et on devient presque pote sans jamais se voire et pourtant vous achetez chez moi ». Il a inventé le social marketing encore plus fort que la bande de pote dans un bar. Les blog n’existaient presque pas, facebook encore moins (je parle de la création de la fraise pas de 2006) et malgré tout il a fait un buzz énorme sur son talent simple de faire partager sans retenu sa passion. Une référence que l’on étudie dans les écoles maintenant.

  2. Le cas « Lafraise » est un « case studies » dont on ne se lasse pas.

    Cette manière qu’a Patrice Cassard pour humaniser son discours et nous emmener avec lui à ou il le veut c’est quand même quelque chose !

    Pierre

  3. héhéhé excellent post

    Effectivement le cas Lafraise est très intéressant.
    Mais il ne faut pas oublier que le business plan est strictement le même que threadless qui existait bien avant. Patrice Cassard n’a rien inventé, il a en revanche parfaitement su développer les choses avec sa petite touche café du commerce à la cool en restant lui même. Très fort.

    Dommage qu’aujourd’hui Patrice Cassard soit devenu un cliché de quarantenaire bobo qui livre sans pudeur des comments dignes de confession intime sur sa vie de famille (qui appréciera…)

    J’aimais beaucoup le suivre mais la ça me rend très mal a l’aise…

  4. Merci Christophe pour ce chouette moment de nostalgie (pour moi aussi). Je fais partie aujourd’hui de ceux qui ne les font pas (les 100.000€ /mois de CA) même si il nous reste encore quelques mois pour y parvenir, puisque ça ne fait pas tout à fait 3 ans qu’Archiduchesse existe … : )

    Et en fait SI … on fait des chaussettes hautes (mi-bas), c’est les Deluxe, elles sont en première page du site et existent en 48 couleurs, dont le noir !

    Le Nuancier > Je comprends que ça te mette mal à l’aise. Quelques turbulences en ce moment (ou depuis un moment) un passage à vide pas très facile à vivre, qui ne donne rien de bien créatif. Mais ce n’en est pas moins « la vie », la mienne en tout cas.

  5. @Patrice
    Ah, il y a débat sur les mi-bas !
    Sur ton site Archiduchesse, les chaussettes de ville sont présentées comme étant des chaussettes « tige haute demi-mollet ».
    Et pour moi, ce ne sont pas des chaussettes hautes qui vont jusqu’à titiller le genou : sur les photos elles montent effectivement un peu, mais pas assez… 🙂
    Ou alors, je n’ai pas vu celles dont tu parles !?!

  6. La success story de Patrice et Lafraise fait clairement toujours des émules!
    Pour preuve le nombre de sites utilisant cette méthode de crowdsourcing avec un concours de graphisme pour teeshirt se sont décuplés sur la toile (rueduteeshirt, monsieur poulet, avomarks, decate, look zippy et j’en passe!), peu ont connu le succès de LaFraise.

    Et même si l’aspect « green » de monsieur poulet ou la communauté de rueduteeshirt sont intéressantes, tous n’ont pas réutilisé ce qui semble être l’ingrédient secret… à savoir la coolness et la transparence du blog de Patrice Cassard.
    (Même le blog de Lafraise est devenu assez inintéressant malgré toute leur bonne volonté…)

  7. Très bon billet. Très bon Patrice également 😉 Qui savait apporter de l’audience hors Google 😉 Avec un ton Cassardien inimitable.

    /Olivier, Altics

  8. Merci François de nous faire l’honneur de citer Dino & Dino.

    C’est exact, vous avez bien suivi, nous allons proposer d’ici 15 jours des nouveaux modèles de chaussettes classiques, dont un modèle haut, à l’italienne, très doux.

    Bonjour à Hugo Bentz au passage, qui nous a récemment donné un coup de projecteur : http://interview-ecommerce.blogspot.com/2011/08/dino-and-dino-chaussette-premium.html

    Quant au sujet de l’article, on ne peut que reconnaître que Patrice est un bon !

  9. Thanks for your article. I would love to say that the very first thing you will need to accomplish is to see if you really need repairing credit. To do that you need to get your hands on a duplicate of your credit report. That should not be difficult, considering that the government makes it necessary that you are allowed to acquire one free copy of your credit report every year. You just have to ask the right people today. You can either look at website with the Federal Trade Commission as well as contact one of the main credit agencies right away.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *