Magento / Prestashop : quelques chiffres

C’est une assez bonne façon de comparer les solutions : comparer quelques éléments de volumétrie.

Magento Prestashop
Nombre de tables en base de données 229 135
Nombre de fichiers PHP 5 840 977
Volume des fichiers PHP 44,4 Mo 7,9 Mo
Fichiers de configurations XML 773 0
Volume des fichiers XML 14 Mo 0
Nombre de fichiers de templates 0 155

Cela confirme bien que Prestashop est bien plus léger que Magento.

Au niveau des tables, la différence n’est pas énorme (moins d’un facteur 2).

Par contre, au niveau du code, il n’y a pas photo, avec plus de 5 fois plus de code pour Magento.

Cela veut dire plus de source d’erreurs, besoin de plus de ressources pour exécuter Magento, plus de temps, plus de complexité.

Alors ?

Alors, pour choisir, il faut prendre le temps de bien analyser la situation du projet.

Quand le projet le justifie, Magento est une très bonne solution.

Mais si vous avez peu de moyens, si vous n’avez pas une forte maîtrise technique, alors oubliez Magento et faites une belle boutique, avec Prestashop.

Heu, d’ailleurs, si vous n’avez pas de ressource technique, les solutions type Oxatis, Powerboutique, 42Stores, RentAShop sans oublier Wizishop… sont de très bonnes solutions pour démarrer sans perdre trop d’argent au lancement.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

35 commentaires

  1. Pourquoi « nombre de fichiers de templates » à 0 pour Magento… ?
    Zend prend quand même 16mo (et 1846 fichiers) à lui tout seul 😉 Sinon les fichiers du core ne pèsent en réalité « que » 13mo.

  2. Merci François. Ceci étant s’il est vrai que l’on peut faire de très belles boutiques Oxatis avec peu de ressources techniques, et surtout des boutiques très efficaces en terme d’intégration dans le backoffice de l’entreprise, lorsque l’on a la chance d’avoir de la ressource technique, en interne ou en externe avec nos 300 revendeurs certifiés, on peut faire des choses encore plus belles et personnalisées en utilisant nos Web Services sur la gamme Open Enterprise
    Marc

  3. @Matthieu> Merci pour ces éléments de précisions.
    A voir comment mettre à jour mon tableau.

    @Marc> Bonjour Marc
    Oui, on peut faire plus que « démarrer pour pas cher » avec Oxatis. Tu as raison de le préciser. (mes billets courts sont toujours un peu réducteurs…)

  4. Attention, la comparaison n’est pas du tout objective. Le nombre de tables ne reflete en rien la lourdeur / complexité de l’application. De la même manière, Magento se base sur Zend Framework, d’où la quantité importante de code sources.

    « Quand le projet le justifie, Magento est une très bonne solution. » Justement, il serait intéréssant de voir quand le projet le justifie…

    Il faudrait faire une comparaison des fonctionnalités offertes et du TCO (Total Cost of Ownership).

  5. Bonjour,

    En effet il serait bien de préciser que ces chiffres ne reflète pas la qualité d’une technologie.

    Etant développeur web, je peux vous assurer que Prestashop a été codé avec les pieds.

    Contrairement à Magento qui exploite toute la puissance d’un framework (donc moins de bugs), et qui possède une mise en cache des pages.

    Je gère actuellement plusieurs sites en production sous Prestashop, et je peux vous assurer que si l’on ne modifie pas le code source, Prestashop explose la charge CPU avec seulement 1000 produits et 15 visiteurs.

    Je conseille fortement Magento, qui est nettement plus sérieux, plus propre, et plus sécurisé.

    Pierre.

  6. Comme le dit si bien François: « il faut prendre le temps de bien analyser la situation du projet ».
    J’ai eu une discussion il y a peu avec un « pro » Magento qui ne laissait aucune place aux autres solutions sans chercher à analyser le besoin. Car c’est là le plus important: savoir ce qui correspond au projet.
    Pour un « petit » e-commerce le CA prévisionnel n’est pas le même que pour une grosse boutique et les investissements sont donc en rapport. Je suis donc de l’avis de François pour le choix de la solution.

  7. @Maxime> Heu, si quand même, c’est un indicateur. A prendre avec d’autres indicateurs bien sûr !

    @Pierre> Tu as raison quand tu dis que la qualité du code est un facteur. sinon, tu as le droit de ne pas aimer prestashop, mais je ne pense que c’est une solution plutôt bien structurée.

    @Manu> Oui, non au dogmes !

  8. Prestashop sied bien pour de petit projet de ecommerce, magento c’est pour les grosse boutique style tf1 boutique. Prestashop est beaucoup plus facile à mettre en place.Quand à la performance du code de Prestashop, le choix du MVC facilite pas mal la maintenance.

  9. Un peu comme @Maxime je pense que ces paramètres sont assez « superflus » pour juger de la puissance/qualité d’un CMS eCommerce… On aurait également pu indiquer que Magento nécessite 32M (même si la plupart des serveurs mettent à disposition une telle capacité, il vaut certainement mieux avoir une « marge »). Un consultant « anciennement prof » de SQL m’a dit sur le sujet que ce n’est pas le nombre de table ou leur taille qui fait qu’elles sont ou non performantes, c’est la façon dont on les utilise et la façon dont elles sont construite (schéma, optimisations, etc..), etc…

    Sinon pour avoir fait le choix entre les deux assez récément (j’ai choisit Magento), Prestashop est assez « bancal » sur certains points et nécéssitent des « hack » de son core pour des fonctionnalités de base… (ex : l’interface permet de placer le module où l’on veut dans les hook, mais en réalité il n’est possible de les placer que dans certaines zones (celles définis dans le php du module) j’avais proposé un « feature » résté sans réponse à ce jour) et ce n’est qu’un exemple.
    Pour Magento comme vous le dite il est assez lourd, et assez compliqué à prendre en main ! Que ce soit pour un dev ou un graphiste (intégrateur). Mais l’ensemble est propre et jusqu’à aujourd’hui je n’ai pas eu à faire de hack donc c’est une bonne chose.
    On peut aussi ajouter que la communauté Magento est « logiquement » (CMS américain oblige) plus grande et plus « fournie » que celle de Prestashop.

  10. Bjr,

    Proposant les 2 solutions, je n’ai toujours pas compris pourquoi vous pensez que Prestashop, c’est pour les ‘petits’, et Magento, pour les ‘gros’.
    Mis à part les couts d’hébergement, plus importants sur Magento, pour moi, il n’y a pas de différence aussi tranchée. c’est au final le besoin du client qui défini la solution à proposer. C’est clair que si le marchand veut du multiboutique, propose des produits complèxes, ou cherche une grande richesse au niveau marketing, Magento sera mieux adapté. Mais ça ne caractérise pas pour autant un ‘Gros’ projet. a la limite, ça va caractériser une plus grande maturité du client du client vis à vis de la réalité du e-commerce, rien de plus.

    Après, ce qui est sur, c’est que Magento, au niveau développement, c’est un autre niveau de complexité que Prestashop, et à ce titre, il peut difficilement être maitrisé par une agence ou un freelance qui en fait un ou 2 par an. Celui là, peut être s’orientera plus vers Prestashop, qui est plus facile à manipuler par un developpeur. Et globalement, oui, ce type d’agence ou ces freelances ont plutôt tendance à intervenir sur des petits projets. C’est peut être pour ça qu’il y à cette segmentation de principe qui est faite.

    Mais je ne pense pas que ça soit aussi tranché que ça.

  11. @Magento :
    Les coût d’hébergement sont plus élevés pour Prestashop, étant donné qu’il ne possède pas de mise en cache. A chaque requête Smarty recompile tous les templates.

    Je ne comprend pas que ce problème de cache ne vous fasse pas sursauter, c’est la base de la stabilité d’un site ! Les forums et bugtrackers de Prestashop sont blindés de sujets critiques sans réponse depuis plusieurs mois/années.

    Pour info les index sur les tables Prestashop ont été ajoutés à la dernière mise à jours. Vous imaginez le scandale ?

    Malheureusement les clients veulent du Prestashop, car l’interface est sexy et c’est « open source »…. mais dans la pratique il faut appliquer des hacks un peu partout pour que le Prestashop devienne exploitable.

  12. @pierre

    Les couts d’hebergement plus élevés sur Prestasop, vraiment, je pense pas : on heberge les 2, et on voit à la fois l’espace disque et la charge serveur, bon, Magento, c’est plus lourd, ya pas photo. ceci dit, je n’adhère pas non plus (decidemment, j’adhère à rien 🙂 ) au discours que j’entends des prospects comme quoi il faudrait impérativement un dédié sur Magento…

    Je suis pas un pro Prestashop, comme je l’ai dit, on vend les 2 plateformes, mais Magento a aussi quelques points un peu bizarre. Exemple, Magento stocke les logs en base, mais sans manip, à aucun moment les logs ne sont purgés. résultat, au bout de quelques temps, le marchand se retrouve avec des tables de logs de 700 Mo, et bien plus, qui surchargent la base et provoquent de gros ralentissements. Ok, il suffit de parametrer le cron qui va bien, mais c’est quand même curieux que par défaut, l’outil soit configuré pour exploser au bout d’un certain temps :).

    Et pour linterface Prestashop, sexy, je sais pas, je suis toujours resté flacide devant le back office… Je dirais qu’elle est plus intuitive que celle de Magento, mais bon, c’est assez normal, je pense, vu que c’est bien moins puissant. C’est sur que pour le néophyte, créer un produit sur Magento, ça peut paraitre compliqué. Mais quand on a compris la logique, quelle merveille ! C’est pour ça que je parlais de Maturité du marchand plus que de gros ou petit projet.

  13. Quel beau débat : Qui risque encore de durer pas mal de temps 🙂 Chacun voit midi à sa porte… Pour reprendre une pub connue qui passe à la TV aux grandes heures d’écoute : « Dans le E-commerce, ce qui est important, ce n’est pas la solution que vous prenez, mais ce que vous en faites » (Spéciale dédicace à Patrick Bruel 🙂 ).

    Chaque solution est intéressante pour des besoins différents mais surtout en fonction de l’expertise de l’agence avec laquelle on va travailler : Presta serait mal codé, Magento serait trop lourd, Powerboutique pas assez souple, etc. Mais chaque acteur exploitant sa solution fétiche vous dira quoi qu’il arrive le contraire. On voit ainsi de petit bijoux sur chacune des technos et plateformes, car il y’a derrière des personnes pointues qui ont vraiment approfondi leur sujet.

    Le seul réel critère indicateur (pour réellement alimenter le débat et ne pas faire trop de philosophie 🙂 ) est le besoin du E-commercant : Magento est très puissant mais, comme évoqué plus haut, plus dur de prise en main, pour des personnes non initiées.
    Dans le cas où le E-commercant a des souhaits de liberté et souhaite prendre petit à petit la main sur son shop et internaliser un webmaster pour faire vivre le site, l’utilisation de Smarty dans Prestashop donne (Selon moi, c’est un avis, hein 😉 ) une souplesse et une facilité d’accès intéressante. Je rejoins également Francois pour avoir vu des E-commercants commencer ainsi, des solutions hébergées comme Powerboutique ou Shopify (Je ne connais pas Oxatis ou RentaShop mais vais tacher de combler cette lacune 🙂 ) permettent de mettre un premier pied dans le E-commerce sans se lancer dans une croisade à la plus belle boutique sur la meilleure des solutions et pour tester son marché.

    C’est tout… Pour le moment… 🙂

  14. En ne se plaçant que du point de vue ressources humaines, il est aussi bien difficile de trouver des pointures Magento « libres de suite et à coût raisonnable » au niveau développement mais aussi SEO ou intégration ! La solution étant fraîche, peu d’experts de dispo à la ronde (d’après expérience !).

    Sinon sur le débat entre le poids plume supposé (prestashop) et le poids lourd avéré (magento) mieux vaut lorgner sur le besoin ou non de fonctionnalités complexes pour votre site marchand (magnifiques outils marketing configurables dans le BO magento!)

    Dernier conseil : demandez à votre hébergeur si il a déjà hébergé du magento pour ne pas avoir de mauvaise surprise à la dernière minute comme un certain france.fr 😉

  15. @garifuna

    Des experts, si si, il y en a 🙂
    Des Magento, on en a fait plus de 30, et on connait ‘un peu’ le seo sur la plateforme. Après, ‘libre tout de suite’, bah quand on a une certaine compétence (disons pas expertise, ça fait prétentieux), non, on n’est pas ‘disponible tout de suite’, sauf en cas de report soudain de projet client qui laisse une équipe dispo.
    Et ceux qui sont ‘disponibles tout de suite’, ce sont justement ceux qui montent les prix, pour avoir moins de charge de travail et offrir plus de disponibilité.

    Donc, espérer avoir une expertise, pas cher, et dispo dans la minute, ça me parait vraiment utopique, et ç’est pas lié à Magento, c’est comme ça dans tous les métiers, il me semble.

  16. C’est bien beau les considérations techniques mais où est le client dans tout ça? Et la facilité pour naviguer dans la boutique et commander? Il y a encore beaucoup d’internautes qui débutent sur le web et ne comprennent rien dans les « grosses » boutiques. N’oublions jamais que la meilleure solution du monde ne sert à rien sans clients.

  17. @Manu> Oui, qui dirait le contraire ?

    Mais bon, il y a bien un moment ou il faut faire des choix, et la technique est l’un des critères pour choisir une plate forme.

  18. Bonsoir,

    Je pense qu’il n’y a pas de comparaison a faire, nous somme face à 2 outils pour des usages bien distincts…

    Comparons ce qui peut l’être 🙂

    Mais pour conclure il est certain que prestashop consomme moins de ressources serveur.

  19. @Pierre Dans les config de smarty avec Prestashop on peu choisir ou non de compiler les template smarty à chaque fois… ce qui a eu pour effet de reduire le temps de chargement de mes pages par 4 héhé… 🙂

  20. Merci pour l’astuce, ce qu’il serait intéressant de faire, c’est simuler un traffic de 200 visiteurs simultanés sur Magento et Prestashop.

    Car jusqu’à présent j’ai vu très peu de gros shop sur Prestashop.

  21. Lecteur régulier du blog de François, je suis assez déçu par le contenu de cet article « listing » : données erronées, analyse superficielle… heureusement, les lecteurs complètent tout ces manques grâce aux commentaires : merci à eux ! 🙂

  22. @Narno, sur ce genre de blog il y a les posts de fonds et les posts superficiels destinés au référencement.

    Je pense que ce post est avant tout destiné au référencement, puisque le sujet « prestashop et magento » est à la mode 😉 il y a donc un gain de trafic potentiel à saisir 🙂

  23. En même temps, mesurer la lourdeur d’un site au poids des scripts …
    (même s’il y a souvent un rapport entre les deux, il peut être très éloigné)

  24. Bonjour

    Je suis un peu surpris de lire certaines choses ici, notamment sur les performances de Prestashop qui seraient « mauvaises ». Un simple VDS permet de faire tourner 4 à 5 boutiques de taille raisonnable (de 600 à +3000 produits) avec des trafics raisonnables également (pour un total de 4 à 6000 VU/jour), et accompagnées de 4 blogs WordPress.

    Développer une boutique induit un minimum de connaissances en termes d’optimisation. Au niveau vitesse de chargement on arrive assez rapidement à quelque chose de très bon, si tant est que l’on sort des sempiternels templates par défauts.

    Concernant les « grosses » boutiques, j’ai pour ma part travaillé en SEO sur des sites avec +15000 produits, et ai vu tourner des boutiques avec +40000 références… Le tout sur Prestashop 🙂

    En ce qui concerne le back-office et sa gestion : l’outil ultime est sans aucun doute StoreCommander ! Dès que l’on dépasse la centaine de produits à administrer, il devient indispensable.

  25. C’est un point noir de Magento, les sites avec de gros catalogues. Dès qu’on veut utiliser massivement les attributs et ‘jouer’ avec, les perfs s’effondrent sous le trafic. On a sorti 2 boutiques à 40 et 90 000 références, et faut un gros travail d’optimisation pour pas avoir besoin d’hébergement de fou.

    Et là, on bosse sur un Magento avec … 2 000 000 de références, et clairement, on doit externaliser certains traitements pour rester cohérents.

    Je pense que Prestashop est plus léger, au niveau base de données, donc plus simple à manipuler sur de gros catalogue. Après, la richesse fonctionnelle de Magento reste incomparable…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *