Critère de qualité – La robustesse

Quand un site e-commerce grossit, que le site représente plusieurs millions d’euros, la qualité du site prend de plus en plus d’importance.

Ce n’est pas le cas au début, au lancement d’un site e-commerce.

Mettre la barre trop haut, au lancement d’un site n’est pas forcément une bonne idée, parce que la qualité à un prix…

Pour faire simple, au démarrage, il vaut mieux privilégier le e-marketing, et accepter de prendre certains risques au niveau de la qualité de la solution.

La qualité se mesure par plusieurs critères.

Le critère que je propose de creuser un petit peu ce soir, c’est la robustesse.

C’est quoi la robustesse ?

La robustesse, en informatique, c’est la capacité qu’à une solution informatique à se comporter le mieux possible, même quand « le monde s’écroule ».

Concrètement, cela veut dire, pour un site e-commerce, que le site doit continuer à fonctionner même si des incidents surviennent, à différents endroits (un serveur qui s’arrête, un service tiers qui ne répond plus, …).

Bien sûr, on ne peut pas demander à ce que le service continue « comme si de rien n’était » alors que des services clés ne répondent plus. Mais on peut demander à ce que la dégradation du service soit contrôlée et progressive.

Exemple : le lien avec la logistique tombe, et le site Front office n’a plus les infos de stock.

On peut tout à fait imaginer que le Front ai une sorte de cache, et qu’il puisse continuer à effectuer des ventes, en s’appuyant sur le stock géré en cache.

Autre exemple : sur pecheur.com, il y a deux systèmes de paiement CB, indépendants. C’est une solution (simple pour le coup) pour permettre de vendre à tout instant, même si l’une des plateformes de paiement tombe.

Pour un service Web, la robustesse, c’est également bien se comporter quand le site doit supporter une charge trop importante.

Exemple de stratégie : au lieu de ne plus rien répondre, le site peut s’adapter à la montée en charge, en se délestant de certaines fonctions (merchandising par exemple) pas complètement indispensables.

C’est toujours mieux que de laisser tous les clients attendre devant une page qui s’affiche à la mode des années 80.

C’est finalement assez cher de concevoir une solution vraiment robuste. Il faut doubler les serveurs, mettre en place des processus pour gérer les différents cas de panne, concevoir une architecture avec des composants assez indépendants, faire des tests, …

Mais c’est clairement indispensable et rentable pour un gros site, ou il est carrément impensable que le service s’arrête.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

3 commentaires

  1. L’architecture technique est la fondation de tout système de commerce en ligne. Construite un site sans ces fondations est une erreur.
    A quoi sert de dépenser des fortunes en marketing si le site n’est pas disponible, lent ou incapable de répondre à une forte montée en charge (soldes, période de noël, promotions, campagne de e-mailing, etc.) ?
    Chez Oxatis, nous sur-dimensionnons systématiquement nos équipements (EMC, Fibre Optique, redondance bases de données, etc.).
    S’appuyer sur une plateforme éprouvée permet de se libérer totalement de la contrainte technique et de consacrer ses efforts au développement et au suivi de son activité.
    C’est aussi vrai au début que par la suite, pour un petit ou un grand site !
    L’avantage d’une plateforme est de pouvoir mutualiser les ressources et ainsi investir dans des équipements que très peu de sites peuvent s’offrir.
    De plus, une plateforme a la capacité de suivre l’activité sur un très grand nombre de marchands et de pouvoir détecter et réagir rapidement face à un problème extérieur (Interface bancaire qui ne répond plus, etc.)

    Marc Heurtaut (CTO Oxatis)

  2. @Marc> Bonjour Marc et merci pour ces infos.

    Bon, tu as raison de « challenger » un peu mes propos.

    Disons que hors certains SAAS, il est très difficile de commencer avec un fort niveau d’exigence sur la robustesse.

  3. Bonjour ,

    Il est indispensable d’avoir une plate-forme bien dimensionnée et même sur-dimensionnée dans certains cas pour répondre aux critères de haute disponibilité et scalabilité V/H, et là je partage l’avis de Marc afin de favoriser les efforts sur les fonctionnalités et les services par la prise en compte de la robustesse comme facteur dans la conception de la solution.

    Très bon article. Merci et bon continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *