Débat : Google Wave

Le « déjeuner-débat » fait rage ce midi : Google Wave, un truc d’ingénieur ou un nouveau média pour communiquer « plus et mieux » ?

Avec Benjamin, Étienne, Vincent, Sébastien et moi.

Benjamin :

Plusieurs points posent problèmes :

C’est un nouveau monde imperméable : il n’y a pas de passerelle avec les médias de communications classiques (Mail, instant messagerie)

L’outil est trop complexe :

Beaucoup trop de fonctionnalités…

ça aurait peut être été plus malin d’avancer plus par étapes

Encore un « killer de productivité » : on va passer notre temps à regarder les caractères arriver, un par un…

Quel est le réel scénario d’usage ? On ne sait pas quoi en faire

Si pour expliquer, il faut une vidéo d’une heure, c’est pas bon signe

Vincent :

C’est pas parce qu’on comprend pas un truc tout de suite qu’il n’est pas bien. Exemple, les fils de discussion sur GMail, c’était pas hyper clair au début…

Génial de regrouper les différents média : Instant Messaging, Mail, dans la même structure

C’est un protocole, un moyen, pas une fin en soi

Sébastien :

Au niveau technique, c’est bluffant, mais je ne vois pas l’usage

François :

Analogie avec le mail il y a 25 ans : c’était utilisé par le réseau des universitaires, dans une interface Unix.

Personne n’aurait imaginé à l’époque que ça pourrait devenir un média de masse

Maintenant, Google Wave, c’est un protocole ouvert et une solution open source

Benjamin

Quel réel scénario d’usage ?

François

Il n’y a pas de nouveau scénario : c’est de la communication.

On n’est donc pas dans une rupture au niveau des fonctions proposées, mais au niveau de la rupture sur la façon de communiquer

Benjamin

C’est comme les flux RSS, Twitter, ce sont des « trips d’ingénieur » : ça restera confiné à une petite communquté

François

Bonne analogie, effectivement, entre tweeter, RSS et Google Wave

Effectivement, ce sont trois « protocoles », brut de décoffrage.

Il faut le temps pour que ces plateformes trouvent leurs marques, leurs usages.

Le temps que les marketeurs d’approprient ces outils et crée les applications « métier »

Mais si ça se trouve, la rupture n’est pas suffisante, et les « petits plus », la plus grande fluidité apporté par GW ne sera pas suffisant pour changer les usages et basculer sur GW

Vincent

Mais c’est Google : il ont une telle énergie, puissance…

Ils ont vraiment les moyens de lancer ça et de réussir !

Les autres

Oui, enfin, Google, ils ont pas tout réussi…

Question clé : ou sont stocké les données ?

Sébastien, Vincent :

Ce qu’on a compris, c’est qu’on peut se monter son « Wave » chez soi

Donc, les données ne sont pas nécessairement chez Google

La conclusion qui semble se dégager :

Probablement un outil génial en entreprise

consensus pour voir de la valeur pour les outils collaboratifs en entreprise

Pour le grand public : a voir, dois faire ces preuves

Je ferais une synthèse plus personnelle sur Google Wave dans un prochain billet

8 commentaires

  1. Pour moi, Vincent a tout résumé avec « C’est un protocole, un moyen, pas une fin en soi ».

    Les gens qui jouent avec l’appli de démo de Google et qui croient que Wave est un MSN avec les caractères qui arrivent un par un se mettent le doigt dans l’oeil.

    Ce que Google a fait, c’est consruire les énormes fondations d’un encore plus énorme immeuble qui n’est pas encore visible. Ne nous y trompons pas, dans cinq ans, on se demandera comment on travaillait avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *