Google Wave – Mes convictions

Suite au déjeuner-débat de la semaine dernière, j’ai maintenant les idées très claires par rapport à Google Wave.

A mon sens, Google Wave représente potentiellement une révolution dans nos outils de communications.

« Potentiellement », parce qu’objectivement, on ne peut jamais être certain qu’un tel service prenne.

On en a parlé lors de notre débat. Une techno peut être bien meilleure que les technos en places et ne pas prendre.

On pourrait prendre l’exemple des bases de données objets ou, sur un autre domaine, du moteur rotatif NSU Wankel. Le moteur est théoriquement mieux que le moteur classique, à piston, mais le gain n’est sans doute pas suffisant par rapport aux investissements industriels réalisés sur le moteur traditionnel…

Donc, Google Wave, c’est un outil de communication, inventé à partir de tout ce qu’on sait faire aujourd’hui.

On peut s’en passer (la preuve, on s’en passe), de même qu’on pourrait se passer de mobile, … Mais bon, une fois qu’on y a gouté…

Là ou c’est d’ailleurs fun, c’est que Google, en réalisant une intégration très fine entre GMail et son Instant Messager maison, réduit la fracture entre cette solution « bricolée » et Google Wave.

Je pense que la question du scénario (a quoi va servir Google Wave) n’est pas une bonne question… Parce que Le scénario, c’est n’importe quel échange entre un groupe de personne. C’est un peu comme si on devait faire un scénario pour décrire l’intérêt du mail, à un fana du Fax. On peut tout faire avec un fax : envoyer une lettre à un groupe de personnes, … Mais le confort d’utilisation est plus grand avec le mail.

Comme bien souvent en informatique, on est en face d’un nouveau système, mais la différence ne se fait pas vraiment au niveau du « quoi » mais plutôt au niveau du « comment ».

Après, j’ai lu des critiques « débiles » sur Google Wave, par des gens qui me semblent tout mélanger.

Google Wave, c’est plusieurs choses en même temps :

  • Une nouvelle norme pour communiquer (donc un nouveau protocole pour remplacer le Mail) ;
  • Une implémentation open source, proposée par Google ;
  • Un service, proposé par Google, pour tester le bazar.

Tout le monde peut donc se recréer son serveur Google Wave, sans rien devoir à Google.

De même, tout le monde peut récupérer l’implémentation open source, pour se créer son propre système Google Wave à moindre coût.

Le service n’est donc là que pour montrer un exemple de mise en oeuvre.

Bon, maintenant, il reste une question pas très claire pour moi :

Existe-t-il dans Google Wave des passerelles « In » et « Out » par rapport au Mail et à l’instant messaging ?

C’est une question clé : pour s’imposer, Google Wave devra composer avec le mail, et pendant pas mal de temps.

Il doit donc être possible d’associer à une discussion une personne qui a juste une adresse mail.

De même, une personne qui a une adresse mail doit pouvoir envoyer un message à quelqu’un utilisant Google Wave.

J’ai pas vu d’info sur ces questions, mais je ne peux pas croire que les gars de ce projet n’aient pas penser à ça…

6 commentaires

  1. Nos avis semblent converger. Je n’ai réellement testé qu’hier soir, mais comme je le dis sur mon blog, un test réel ne sera possible qu’en situation. A date, n’importe qui de censé s’arrêtant à ce qu’il voit dirait : « Wave, ça n’apporte rien ».
    http://www.clement-biger.info/2009/10/14/google-wave-invitation-premieres-impressions/

    Pour le lien Wave-Mail, je pense qu’une extension permettra assez rapidement de gérer cela… Un e-mail envoyé à une adresse X bien configurée ajoutera un message à la Wave concernée, tandis que les réponses à cet expéditeur externe seront retournées par mail.
    Un début de ce lien in-out est déjà présent (mais visiblement pas réellement fonctionnel) avec l’extension « Bloggy », offrant la possibilité de diffuser une wave sur son blog blogger.
    Ce n’était ici que l’export, mais je suppose que l’ajout d’un message via un commentateur « non waver » devrait être envisageable…
    Tellement de possibles qu’il est impossible de dire « ça ne marchera pas » en tout cas :).

  2. [quote]Je pense que la question du scénario (a quoi va servir Google Wave) n’est pas une bonne question… Parce que Le scénario, c’est n’importe quel échange entre un groupe de personne. C’est un peu comme si on devait faire un scénario pour décrire l’intérêt du mail, à un fana du Fax. On peut tout faire avec un fax : envoyer une lettre à un groupe de personnes, … Mais le confort d’utilisation est plus grand avec le mail.[/quote]

    Tout à fait d’accord. Je suis aussi d’accord avec Clément sur le fait qu’une passerelle vers (et surtout depuis) l’email doit être en fait relativement simple à implémenter.

    Néanmoins, je continue de penser que le type de « media » manipulé ira beaucoup plus loin que du simple texte comme avec l’email. On pourra partager et manipuler à plusieurs bien d’autres choses: du jeu en réseau, de l’édition photo, vidéo, de la 3D…

    Imaginons un photoshop Wave: un historique infini, accès à plusieurs personnes en parallèle, annotations dans le temps.
    La question sera là plutôt sur la bande passante pour partager des données super lourdes. Mais comme chacun peut implémenter son réseau Wave, une appli en Intranet peut très bien marcher…

  3. Pour reprendre l’exemple du fax, Wave aura-t-il vraiment besoin de l’email pour s’imposer ? L’email s’est imposé au fax sans aucune concession et les différentes passerelles fax-email sont apparues bien après la généralisation de l’email. Au contraire, dans un échange à l’intérieur d’un groupe – laisser quelqu’un utiliser une technologie antérieure, c’est finalement lui laisser l’occasion de résister au changement – une alternative par laquelle il sera naturellement tenté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.