La Fevad communique les chiffres du premier semestre 2009 – C’est bon !

J’étais invité ce matin à la présentation de l’étude de la Fevad sur le e-commerce, pour le premier semestre 2009.

Globalement, dans un contexte général de récession (-2,5%), le e-commerce est toujours en croissance :

  • Croissance de 7% de l’activité, plutôt tiré par le B2C (décroissance du B2B) ;
  • Croissance de 28% des transactions électroniques (110 millions de transaction sur le semestre) ;
  • Baisse du panier moyen (qui passe à 89 €) ;
  • 56 000 sites en ligne !
  • + 2,5 Milliard € de chiffre d’affaires supplémentaire !

L’analyse de la Fevad, c’est que la croissance globale de l’activité e-commerce est tiré par trois vecteurs complémentaires :

  • Croissance à périmètre constant 6% : les clients existants ont un panier légèrement plus faible, mais reviennent plus souvent ;
  • Croissance du nombre de site 55% : l’offre est plus large et plus riche ;
  • Croissance du nombre d’internautes 23% : plus de client !

On devrait donc atteindre 25 Milliard € en 2009, et probablement 30 en 2010.

Quand on pense à toutes les marques, toutes les enseignes qui ne sont pas encore en ligne, ou celles qui y sont avec « les deux pieds dans le même sabot », ça permet de se faire une idée du potentiel de croissance…

Suite aux présentation, il y a eu une discussion sur la dualité pur-player / marques historiques.

Stéphane Treppoz, patron de Sarrenza a en effet lancé la polémique, en expliquant que les pur-players gagnaient des parts de marché par rapport aux acteurs traditionnels.

Sur le secteur de la vente de chaussures en ligne, il est clair que les acteurs historiques ont laissé la place libre sur Internet…

Quelle est la solidité de ces prises de part de marché ? Bonne question…

Il est clair que les marques ont un avantage clé, j’en parlais ici.

Mais lancer l’activité e-commerce, bien la structurer, cela prend du temps.

Il faut du temps pour s’organiser en interne, pour apprendre ce métier, pour reprendre des parts de marché ‘sémantique’ (regagner l’espace sémantique lié aux produits, laissé à la concurrence)…

Temps utilisé par les pur-player pour gagner des parts de marché, et devenir eux même des marques…

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *