Séparer le catalogue physique du catalogue merchandising

Comment classer les produits des boutiques ?

Intuitivement, on classe facilement les produits avec une arborescence  :

Exemple, pour le rayon des appareils photos numériques :

  • Appareils photos numériques >
    • Bridge
    • Reflex
      • Amateur
      • Semi pro
      • Pro
    • Tout terrain

La première idée qui vient à l’esprit est de créer une telle hiérarchie dans le moteur e-commerce, et de faire un mapping direct entre cette hiérarchie et les menus de navigation présenté à l’utilisateur.

En fait, en faisant ça, on mélange deux choses :

  • Comment on organise notre catalogue, comment les données sont structurées
  • Comment on présente les choses à l’internaute

La structuration physique est quelque chose de plutôt stable.

La façon de présenter les choses est bien plus vivante : on va, au fil du temps, avoir de nouvelles idées pour créer de nouvelles entrer, présenter les choses différemment.

Bref, mélanger les deux choses n’est pas une bonne idée.

Cette séparation permettra de bien simplifier la vie pour pleins de choses : lien avec les moteurs de shopping par exemple.

Pourtant, les solutions e-commerce “classiques” ne font pas nativement cette distinction.

Mais en général, si on a les idées à peu près claires, on peut créer les différentes arborescences.

Il faut juste y penser au début et ne pas mélanger les choses !

3 commentaires

  1. Ou alors on utilise un outil de PIM dont c’est le métier et qui permettra en plus de gérer en plus de la structuration physique des arbos différentes en fonction du canal de vente!

  2. Je rejoins @Frederic, même si le PIM est peut être “grosse artillerie”. N’importe quel soft de eCommerce digne de ce nom, permet la création de “sales Catalogue” ou de “vues” du catalogue maitre. C’est ainsi que l’on gère facilement les catalogues événementiels (Nouvel An Chinois … Pâques, ou le mois du blanc, la semaine du poisson …)

  3. Effectivement, c’est très important, il y’a d’une part les produits, leur vie, leur stock et d’une autre part la vente, la présentation et la “mise en rayon”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *