Discussion passionnée sur les méthodes de recrutement de Google

Encore une discussion passionnée un midi, chez Araok !

Le sujet : le recrutement chez Google.

C’est parti de Benjamin, qui nous a raconté l’histoire d’un gars qu’il connait, qui a passé pas mal d’entretiens, pour finalement être « boulé » avec comme raison ses résultats scolaires, pas au top.

La question qu’on c’est posé est surtout la suivante :

Est-ce une bonne idée de ne recruter que « des premiers de la classe » ?

Certains défendent l’idée qu’effectivement, un très bon élève a développé des qualités, qui lui permettront de particulièrement bien s’adapter à l’entreprise.

D’autres (dont moi, je dois dire), pensent plutôt que :

  • C’est bizarre de s’intéresser aux résultats scolaires, au delà d’une certaine expérience. Il me semble que ce qu’à fait la personne après ces études fini par être plus important que son adaptation au système scolaire.
  • C’est prendre le risque d’avoir des profils un peu « homogène ».

Bon, je n’aurais jamais été recruté chez Google ;).

11 commentaires

  1. Bonsoir,

    Pour avoir fait le processus complet de recrutement chez Google il y a maintenant 3 années, pour un poste en Irlande avec passage à Mountain View, j’ai trouvé l’approche très anglo-saxonne. On s’intéresse d’abord à ce que vous avez fait et comment vous pourriez apporter de la valeur dans la structure pour le poste proposé. Le reste de toute façon n’a pas de prise si vos interlocuteurs n’ont jamais mis les pieds en France, d’ailleurs on ne parle même pas de l’école.

    Les résultats scolaires et l’école que vous avez fait serait plutôt une approche bien de chez nous, non ? Je n’approuve pas spécialement, mais ce système s’entretient de façon remarquable dès que les structures sont grosses et à fortiori que des « diplomés » sont dans la place.

    Je pense que les expériences sont de loin les plus enrichissantes, même si un niveau scolaire doit à priori permettre de positionner le curseur. Je n’exige pas le même niveau d’un ingénieur que d’un technicien, ensuite la motivation et l’implication devront faire la différence.

    Bonne fin d’année, Alex.

  2. Alex a bien résumé ce que je pense aussi. En France, on regarde trop le diplôme et ce que vous avez fait comme école. On sait très bien pourtant qu’au bout de quelques années de carrière, c’est l’expérience, uniquement l’expérience qui compte

  3. Je pense que les deux sont importants.
    En cas de recrutement d’un nouveau diplômé, il est évident que les résultats scolaires aient leur importance.
    Mais, plus les années passent, plus l’expérience pro doit effacer l’École faite ou les résultats.

  4. C’était quoi le poste auquel ton ami à postuler ? Si c’était un poste senior c’est vrai que c’est complètement idiot de filtrer sur les résultats scolaires

  5. J’ai eu un parcours assez atypique, je vous explique en quelques mots (lignes). Je suis belge et qui dit belgique dit 2 langues nationales, pas facile :

    Mes parents choisissent de me mettre a l’école en primaire et maternelle en néerlandais.
    En secondaire je passe en français (science-math) : je recommence 2 années, la première fois pour mon niveau de français, la seconde fois parce que je m’endormais en cours…

    Bref je fini 2 années en prépa à l’architecture.
    Après avoir fini les secondaire, je me lance dans un régendat en éducation physique, ben ouep basketeur haut niveau en jeune, ce choix me semble idéal, il l’aurait p-e été un an plus tard, j’arrete après 6 mois, manque de motivation.

    et comme il faut travailler, je me retrouve à bosser au palais des beaux arts de bxl comme vendeur, pas super mais bon heureusement que je suis bilingue.

    Entretemps je déménagé de bxl vers namur, mon contrat CDD se termine, me revoilà dans la galère, trouver un job avec comme seule arme un diplôme secondaire (BAC chez vous il me semble)…

    Hourra, je trouve un poste … comme garçon de salle au lunch garden … je suis de nouveau engagé avec un CDD (contrat durée déterminée).
    Honnêtement qui a envie de faire « carrière comme garçon de salle » ? pas moi !

    Pendant cette année je m’inscris en cours du soir en mécanique moto, j’adore la moto, mais pas assez pour faire 120km par jour sur ma bécanne sous la neige et la pluie.
    Encore un coup dans l’eau.

    A 4 mois de la fin de mon CDD je m’inscris a l’école industrielle de namur pour suivre les cours du soir webmaster-webdesigner : premier succès après près de 5 ans d’échecs …
    Je suis impatient tous les jours pour aller faire le bon élève sur les bancs pendant 4 heures chaque soir …

    mon contrat arrive à son terme, je me retrouve encore une fois dans la même situation que les fois précédentes…
    mais avec une élément supplémentaire, je sais enfin ce qui me plait !

    Je prend alors la décision de reprendre mes études, pour faire un Baccalauréat en infographie orientation web-multimédia.

    Pas facile de reprendre les cours après 3an 1/2 dans la vie active…

    Soit j’ai fini mon baccalauréat en 3 an, pas une année de ratée, et un grande dis pour mon travail de fin d’étude.

    Et la je bosse dans une société de grande distribution belge, après 2 ans je suis Chef de projet e-business.

    Ce qu’il faut retenir de tout ca:
    1) il faut trouver ce qu’on aime faire, c’est facile à dire, mais c’est pas si simple.
    2) L’expérience à bien plus de valeur qu’un bout de papier.
    3) il faut savoir se remettre en question et admettre ses échecs, c’est vrai dans tous les domaines. Et encore une fois ce sont des valeurs qui ne se trouvent pas sur un diplôme.

    Je profite de l’occasion pour remercier les gens qui me font confiance.

    Ps : votre blog et celui d’olivier sont terribles ! merci

  6. Cet article me rappelle étrangement une histoire…la mienne.

    Il y a un peu plus d’1 an, j’ai postulé chez Google France; après un 1er entretien téléphonique avec les RH qui s’est bien passé, on m’a demandé mes notes de fin d’étude, qui remontent à l’an 2000… On m’avait déjà demandé une copie de mon diplôme, mais de mes notes jamais encore!
    Miraculeusement, j’ai réussi à remettre la main dessus. Quelques jours plus tard, on m’a expliqué que mon profil ne correspondait pas. Peut-être aucun rapport avec les notes transmises, mais le pourquoi de cette requête reste pour moi bien mystérieux…

  7. J’aurais jamais été recruté non plus.

    Mais c’est un problème très français. En France, on me propose des salaires de misère à des postes décevants, sans doute basés sur ma scolarité.
    Aux USA, on me propose des postes de dirigeants très bien payés, sans doute basés sur 13 ans d’expérience.

    Là ou je trouve ça amusant, c’est quand une société me propose un poste minable en France et que le DRH aux USA m’appelle pour me proposer un super poste ! (vécu 3 fois)

    Après, on se demande pourquoi on quitte la France …

  8. @Jeremy_Benmoussa: Sans indiscrétion, quel est ton cursus scolaire ?

    En ce qui concerne Google, sont-ils au point de s’intéresser aux notes avant le Bac ? jusqu’où remontent-ils ?
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.