13 commentaires

  1. pour rebondir…

    — non, ça c’est une ficelle un peu grosse —

    Ton post est un peu une méthode coué.
    Mais vu que la dernière personne « enjouée » à qui j’ai mentionné le nom m’a répondu « Haaa HOUai, la méthode xxx, j’connais, mais j’regarde pas l’emmission, mais elle est super »
    ??!!

    Je sais pas pour quoi, mais ça me déprime.

    A part ça: touche pas à ma marge!

  2. Croissance du e-commerce et… gros avantage à ceux qui vont continuer à investir en marketing plutôt que de réduire leurs investissements en attendant de meilleurs jours.

  3. Il est encore un peu tôt pour valider cette équation miracle. La crise est telle qu’elle bouscule tous les repères établis. Cependant, sur le terrain, je constate une réelle effervescence pour le e-commerce qui permet, dans certains cas, de réduire les frais d’exploitation et de structure. Le succès du salon E-Commerce 2008 à Paris cette semaine l’a bien montré.

    Mais le métier d’e-commerçant est très particulier, beaucoup s’y casseront les dents par manque de préparation de leur projet (je le vois encore trop souvent). De plus, au rythme actuel de mise en ligne de nouveaux sites, la saturation pointe son nez sur certains secteurs. En 2009, le nombre de sites devrait continuer à augmenter mais avec un taux de croissance plus faible.

    Pas de miracle à attendre, mais il reste encore un beau potentiel parce que le consommateur en redemande !

  4. Crise
    => Baisse du pouvoir d’achat
    => Recherche d’économies
    => Achat sur Internet à la recherche des meilleures affaires
    => Croissance du e-commerce & Marges réduites

    si on poursuit ta logique, ca donne :

    => les commercants traditionnels ne peuvent plus suivre,
    => les commerces classiques ferment un a un
    => les centres villes deviennent de plus en plus déserts, les villes de plus en plus déprimantes et les gens de plus en plus déprimés
    => depression
    => crise

    Super programme !

  5. D’ac o d’ac comme dirait l’acteur d’un film connu (qui commence par un agrume).

    Mais au delà, du microcosme de l’eCommerce, je prédis le retour de Keynes 😉

    A suivre

    /Olivier
    « économiste »

  6. en attendant,ce we, je voulais acheter un casque Bose. j’étais dans le rayon de la Fnac, je l’avais en main et une petite voix m’a dit… c’est la crise. Va voir sur Internet si tu ne peux pas le trouver moins cher…

    Résultat en ce lundi matin…
    1. je n’ai pas acheté mon casque et repris le métro avec mes écouteurs vieillots
    2. j’ai toujours pas fait ma recherche sur Internet…

    C’est vraiment la crise ?

  7. La France a une mentalité de pessimisme (voire « loser »), n’est ce pas cela le plus triste ???… Allez bordel, un peu plus d’enthousiasme !!!!
    Ok la croissance est en baisse pour le e-commerce, mais elle est toujours positive, et c’est ca le plus important !!!
    A vous lire on dirait que c’est la fin du e-commerce (et du commerce en général), sauf pour les oranges car on aura tous ca pour Noel…
    Allez, je retourne à mes ventes ;o)))
    Bonne continuation…

  8. Moi je dirais plutôt :

    Crise =>
    Baisse du pouvoir d’achat =>
    Recherche d’économies =>
    Limitation des dépenses accordées aux loisirs et produits non vitaux =>
    Déclin du e-commerce qui propose à 75% des biens de consommation durables

    Je vois la situation comme ça

  9. Je rajouterais une (longue) ligne à l’équation :

    => avec la crise, de plus en plus d’entrepreneurs indépendants (facilités par le nouveau statut qui arrive), vont se lancer dans le e-commerce, espérant y récolter quelques €€. Et ces nouveaux entrants, inexpérimentés, se lançant à l’aveuglette ne feront que tirer le marché vers le bas en pratiquant des faibles marges. Au final, ils se casseront les dents mais le mal sera fait. C’est déja ce qui se passe actuellement d’ailleurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *