Archives par mot-clé : lokace

J’ai lu le livre d’Orianne Garcia

Cet article est écrit par Christophe Davy, dirigeant de Brand Online Commerce, qui est “l’invité permanent” de François sur ce blog.

Livre Orianne Garcia

Dans un précédent article, je sortais de la naphtaline l’Annuaire de l’Internet Francophone, ouvrage que j’avais co-réalisé début 1996 et qui est un témoignage unique des premiers temps de l’internet en France. Cet annuaire avait été réalisé à partir de la base données du moteur de recherche francophone Lokace créé par l’un de mes associés de l’époque, Thierry Lunati (il a même été fait chevalier des Arts et Lettres pour cela !).

Ce week-end je me suis plongé dans le livre (*) que vient de sortir Orianne Garcia, jeune femme que toute la France de plus de 20 ans connaît ; au moins grâce à son sourire permanent et communicatif.

Beaucoup de nostalgie à la lecture du bouquin, surtout les années Réaumur (les locaux étaient 19 rue Réaumur à Paris), puisque j’en fus. C’est amusant et rare de pouvoir lire un livre qui raconte une histoire qu’on a eu la chance de vivre de l’intérieur.

Le récit d’Orianne permet de se rendre compte de la folie internet de la fin des années 90, juste avant la première bulle, lorsque tous les patrons d’entreprises “brick and mortar” se pressaient dans les médias pour expliquer que oui, bien sûr, ils ne juraient que par internet depuis leur plus tendre enfance… tout en essayant d’acheter à la va-vite et à prix d’or des sites comme Caramail, Multimania, Nomade ou iFrance !

Le livre d’Orianne est plein d’anecdotes et de rencontres qui vous permettront de vous plonger dans une période (surtout les années 1999 et 2000) où tout était possible. Le choc frontal de deux cultures, les grands industriels du moment face à de petits jeunes portés par la révolution internet. Dans un contexte de recul du chômage, de cagnotte fiscale et de surf sur la victoire en Coupe du Monde de Foot en 98 !

Rappelons-nous, c’était même pendant quelques mois un vrai barnum ! Qui, à mon avis, a culminé au printemps 2000 avec le cas de Vivendi achetant en quelques heures un nom de domaine pour 24 millions de francs (3,6 millions d’euros) au leader des sans-papiers de l’époque. Ca ne s’invente pas, il fallait le vivre pour y croire !

Et puis la vente de Lokace, puis de Caramail, a fait pleuvoir des millions sur des actionnaires habitués à se contenter de très peu ; j’ai pour ma part enduré plusieurs interdits bancaires durant les années Réaumur… avant de profiter in fine de la revente de mes quelques 5% de Caramail.

Bref, je vous conseille le livre d’Orianne qui, comme il est écrit gros et sur pas trop de pages (on est chez Albin Michel, hein…), devrait vous faire passer un bon moment sans trop peser sur votre emploi du temps !

(*) Orianne Garcia “Comment je suis devenue millionnaire grâce au net… sans rien y comprendre”
Albin Michel, 15 euros

Les 15 ans de l’Annuaire de l’Internet Francophone !

Cet article est écrit par Christophe Davy, dirigeant de Brand Online Commerce, qui est “l’invité permanent” de François sur ce blog.

Annuaire de l'internet francophone - couverture

C’est vrai, l’actualité du jour, c’est le lancement du moteur de recherche Bing en version française.

Mais comme aujourd’hui j’ai l’humeur nostalgique, plutôt que de disserter sur les plus et les moins de la nouvelle version de Bing, je vous propose un petit moment Vintage avec un retour 15 ans en arrière, en mars 1996 !

Bien avant Bing, bien avant Google, en mars 1996 donc, sortait un monument trop injustement oublié de l’internet français de l’époque des modems 14,4 k, une bible totalement improbable, un pensum bien touffu, j’ai nommé l’Annuaire de l’Internet Francophone !

C’était un livre, oui. Qui recensait peu ou prou tout ce qui existait en français sur la toile à cette époque-là ! Le contenu de l’Annuaire de l’Internet Francophone provenait du moteur de recherche Lokace, spécialisé dans les contenus en français (et aujourd’hui disparu ; tiens le nom de domaine lokace.fr est à vendre pour 299 €), qui était également une réalisation de l’équipe. Les concurrents de l’époque s’appelaient Altavista, Yahoo! et Nomade…

Sur 300 pages, classées selon un index géant de mots, on pouvait trouver dans l’Annuaire de l’Internet Francophone des milliers d’adresses internet et des centaines de copies d’écran : un état des lieux saisissant de l’internet francophone du début de l’année 1996 !

Annuaire de l'internet francophone - page intérieure

L’annuaire débutait par une petite présentation pédagogique de l’internet ; avec des explications toutes simples, comme il en fallait à l’époque. Morceaux choisis :
– “des documents échangés sur le World Wide Web (on dit aussi “le web” pour aller plus vite)”
-“pour parcourir le web, vous utilisez un logiciel de navigation tel que Netscape Navigator, Microsoft Explorer ou NCSA Mosaic”
– “le navigateur vous affiche un document contenant un certain nombre de termes soulignés : ceux-ci sont ce que l’on appelle des liens”
– “ainsi vous pouvez afficher un document provenant de Chine, et la minute d’après vous retrouver à lire un document d’origine polonaise : surprenant, n’est-ce pas ?”
– “début 1996, on comptait près de 20 millions de documents sur le web”
– “nombreux sont ceux qui rêvent de pouvoir “publier” un jour un de leurs ouvrages : c’est désormais chose possible…”

Il y avait aussi, en fin de livre, le classement des 1er Webs d’or décernés début 1996 par je ne sais plus qui. Dans la catégorie “Culture et Loisirs”, c’est le site du Ministère de la Culture qui avait gagné, avec… 1107 votes !

Au fait, la page d’accueil de la version 1996 du site du Ministère de la Culture, c’était ça :

Homepage culture.fr 1996

L’annuaire (le livre) et Lokace (le moteur de recherche) étaient soutenus à l’époque par la Délégation Générale à la Langue Française. Question chiffres, l’Annuaire de l’Internet Francophone était vendu 149 francs (23 euros), et je me souviens que nous en écoulâmes plus de 3000 en 4 mois !

Bon, ben après ça, il ne me reste plus qu’à vous poser la question qui tue : vous aviez déjà une connexion internet, vous, en mars 1996 ?

NB : Spéciale dédicace aux deux autres auteurs de l’Annuaire de l’Internet Francophone : Thierry Lunati et Stéphane Malochet.