Le taux de transformation, rien de plus simple ?

Vous vous dites :

Hé, ho, il pousse un peu, le taux de transformation, on connait.

Oui, sûrement 😉

Le taux de transformation, tout le monde le sait, c’est la part des visiteurs qui deviennent des clients.

C’est donc le nombre d’achats divisé par le nombre de visiteurs. Facile.

Ok.

Mais si pour un magasin physique la notion de visiteur est évidente, c’est beaucoup moins évident en ligne.

Donc, je pose la question : c’est quoi un visiteur ?

Le problème vient que, puisqu’on n’a pas de « déplacement physique », cette notion est en fait flou :

Une même personne qui voit une page, puis une autre page, avec 4h d’intervalles, doit elle être considérée comme un même visiteur ?

Pouvez vous me dire, chez vous, quelle est la définition exacte d’un visiteur ?

Souvent, on se base sur ce que nous dit notre outil d’analytics préféré (google analytics par exemple).

Mais savez vous précisément quels sont les critères qu’utilise Google pour définir un visiteur unique ?

Si vous allez ici, vous aurez toutes les informations…

Si vous avez été voir cette aide fournie par Google, vous saurez que cette question simple, de visiteur unique, est dans la réalité très loin d’être évidente.

Pourquoi je vous parle de tout ça ?

Parce que ça me semble important de comprendre la réalité sur laquelle on construit des outils de mesures, des tableaux de bords.

Et si vous utilisez différents outils, il sera normal d’avoir des résultats différents, parce qu’il y a peu de chance que les différents outils utilisent les mêmes calculs.

13 commentaires

  1. On peut se baser sur le principe 1 page + 1 visualisation du panier pour obtenir la transfo au niveau des internautes qui « bookmarquent » … l’utilisation du panier pour mettre de coté étant fréquente : sans passer par le panier ce sont plus des « passants » …

  2. Et encore, la page Google est simple par rapport aux comptages que fait Médiamétrie 😉
    La notion de VU est variable, et c’est bien un problème car les chiffres ne sont jamais comparables entre deux études.

    Mon approche, basée sur l’expérience personnelle et de nombreux sites (anglophones surtout) :
    ¤ Un visiteur qui ne voit qu’une page n’est même pas un prospect. Les anglophones utilisent même le terme de « suspect » ! C’est aussi ce que Simon Tripnaux appelle un passant, avec raison : il est resté derrière la vitrine !
    ¤ Un visiteur qui revient (pour autant qu’on puisse supposer que ce soit lui, car même IP + même navigateur + même login (NT, pas site) que dans le cookie posé précédemment ne garantit pas la personne physique…) et qui ajoute un objet au panier et/ou visite plusieurs pages peut être considéré comme prospect.
    ¤ Un visiteur qui revient plusieurs fois en une période de temps restreinte (à vous de voir l’échelle selon campagne/produit) est un prospect intéressé, celui-là vous avez intérêt à capter au moins son @ ! (et j’en passe)
    ¤ Un visiteur qui s’identifie est soit un prospect, soit un client (selon que vous avez déjà ou non une commande).

    Reste une question : doit-on considérer comme transformation un followup? 😉 D’après moi il faut d’une part décorréler les deux actes d’achat, mais aussi analyser leur lien. Tout un programme 😀

    À vous de fixer les règles internes à vos entreprises, tout en connaissant les règles publiques afin de pouvoir comparer les chiffres. Orange par exemple ne publie pas les chiffres de la même façon que ByTel, gonflant artificiellement son nombre de lignes… Ah la comm’ !

    Merci François de cette interrogation, ça faisait longtemps que je voulais formaliser ça en public. Et là ce n’est qu’un draft, à défaut de plus de temps !

    Best regards, M.

    1. Merci à toi pour ces infos 😉

      De mon point de vue, le premier problème est que la plupart des utilisateurs n’ont pas conscience de la difficulté derrière ces questions simples …

      1. Si par « utilisateur », tu entends les personnes qui [nous] commandent des mailings ou des prestations annexes, alors oui, absolument !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.