Derrière l’agilité, la brutalité

On loue souvent l’agilité d’une entreprise, sa capacité à changer de modèle, rapidement.

Apple a commencé par encourager le développement de distributeurs.

Ce sont des boites indépendantes, qui ont choisi de distribuer les produits d’Apple.

Comme Apple a un égo un peu sur dimensionné, il fallait plutôt montrer pâte blanche pour faire partie du club des revendeurs, et ne pas trop vendre autre chose.

Mais voilà, le vent à tourné.

Apple a décidé d’ouvrir ses propres magasins.

Du point de vue d’Apple, c’est objectivement une très belle évolution : agile, intelligente, efficace.

Pour les revendeurs historiques, c’est la panique.

J’imagine que cette évolution est vécue comme une véritable trahison : le fournisseur d’hier devient le concurrent implacable d’aujourd’hui, et en plus, le fournisseur partial, qui favorise les boutiques maisons.

La vie industrielle est cruelle et injuste !

5 commentaires

  1. Il faudra tout de même qu’Apple nous explique en quoi son réseau traditionnel de revendeurs nuit à la commercialisation de ses produits ou à ses marges, indépendamment de la nouvelle stratégie des « stores ».

  2. Outre un ego « sur dimmensionné » principalement du à SJ, la pomme est également paranoiaque et a un complexe de supériorité qu’il va avec – Je suis le maitre du Monde, tout le monde veut ma place, je dois donc être au coeur de tout et tout controler »

    Ailleurs on y verrait les germes d’une dictature, ici c’est « branché » de faire référence à Apple comme modèle.

    Les produits sont top, mais ce qu’il y a sous le drap l’est moins, a commencé par la mentalité des dirigeants actuel qui doivent s’accrocher à l’aura de SJ.

  3. L’Oréal a fait un coup pas très éloigné aux coiffeurs. Après leurs avoir fait vendre leur shampooing, ils ont tout fait référencer en supermarché; le boulot de promotion était fini !

  4. Tout le génie d’Apple est d’arriver à vendre des produits de bonne qualité en les faisant passer pour supérieur à ce qu’ils sont tout en créant une communauté d' »hyper fan » qui sont prêt à passer une nuit dehors pour avoir le dernier produit créé dans leur labos.

    Ils sont forts mais ils prennent le risque de se mettre leur revendeurs à dos, ça ne se feras pas du jour au lendemain, mais petit à petit.

    Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.