Réussir sa startup – David contre Goliath

Pourquoi une startup peut battre de grosses sociétés ?

Comment est il possible qu’une petite boite puisse réussir là ou une grande boite échoue ?

L’entreprise bien établie a tout : argent, équipes, marque, réseaux commerciaux en place, …

La jeune entreprise n’a pas grand chose : peu d’argent, petite équipe, une marque inconnue, et un réseau de distribution inexistant, ou embryonnaire.

Alors, pourquoi la petite entreprise peut réussir ?

Par quelle magie peut on réussir alors qu’on n’a aucune chance de son côté ?

En fait, plusieurs facteurs peuvent jouer en faveur de « David ».

Un premier facteur est une meilleure adaptation à l’environnement.

Cela veut dire que la petite boite a beau être bien plus petite, elle est (ou doit être) bien plus adapté à l’environnement que la grosse boite.

Ce que j’essaie de dire, c’est qu’une startup a (éventuellement) une chance de réussir seulement si son secteur est en rupture, quelque soit la rupture : technologique, commerciale, …

La grosse entreprise est un peu comme un gros navire. elle peut changer de direction, mais ça demande du temps, beaucoup d’énergie, et un rupture, c’est toujours un challenge pour une grosse boite.

Le deuxième facteur est donc le temps : « David » doit aller vite, et sa « légèreté » doit l’y aider.

Enfin, le troisième facteur est la focalisation : la grosse entreprise, avec le temps, c’est diversifié, sur plusieurs axes : produits, canaux de distributions, …

La petite entreprise au contraire doit être hyper spécialisée.

Trois facteurs donc :

  • Une rupture
  • Une petite entreprise fragile, mais mieux adapté à la rupture que sa « grande soeur »
  • Un timing serré, qui donne un avantage à la petite boite

 

5 commentaires

  1. Merci de nous prouver qu’une startup a toutes ses chances face à une grosse boite, François.
    Grâce à mon expérience d’entrepreneur chez http://www.justeatemps.com et de business angel chez http://www.business-angel-france.com, je compléterai vos arguments en soulignant que :
    – dans une startup, on a la niaque.
    – dans une startup, les tergiversations politiques et autres conflits d’intérêt ne sont pas de mise.
    Enfin, je terminerai en constatant que la mode dans les grosses boites est de lancer des startups internes. Un exemple : http://www.lesdeuxvaches.com au sein de Danone.
    Cordialement.
    Patrick

  2. @Flexman> Très bonne remarque

    Oui, il faut une rupture, mais pas nécessairement une rupture au niveau des produits.

    Une rupture dans le mode de distribution est une vrai rupture ! Probablement l’une des plus difficile à gérer pour les entreprises d’ailleurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.