Les joies et les peines de la livraison

J’étais tout à l’heure avec Romain, d’Ysance.

Romain me parlait de ses déboires liés à la livraison. Voici son histoire donc.

Romain a acheté un produit sur un site en ligne.

Sur le site marchand, il n’y a pas de champ pour expliquer comment bien effectuer la livraison, et en particulier, pas de champ pour donner les différents codes d’accès, numéro de bâtiment, …

Au moment de la livraison, que croyez vous qu’il arriva ? Le transporteur est bien passé, n’a pas trouvé les infos pour effectuer la livraison, et est reparti, sans se poser plus de question.

Devise Shadok : Plus ça rate, plus ça risque de réussir...

Romain fini par récupérer son produit.

Malheur : le produit ne marche pas. Romain contacte le site, et rentre alors dans un processus de réexpédition vers le marchand.

Là, le transporteur lui demande d’être chez lui une demi journée !

En fait, on est surement en face de transporteurs et de marchands qui pensent que les clients ne travaillent pas ?

En fait, beaucoup des problèmes viennent des objectifs des contrats entre les marchands et les transporteurs. Si les objectifs ne sont pas bon, on arrive à ce genre de résultat…

Le pire, c’est que la plupart des clients sont prêt à payer plus cher pour un meilleur service.

3 commentaires

  1. Résumer ce probleme aux contrats est loin d’être la réalité

    Contrairement au site internet, la livraison n’est pas un automatisme. Il y a de l’humain et donc des ajustements continuels.

    C’est un métier tres difficile…

  2. @Daniel> Bonjour Daniel. Oui oui, tu as bien sûr raison. Mais il s’agit de relations entre deux entreprises, et ce qui établie ces relations, c’est bien matérialisé par un contrat. Déjà, si les objectifs sont bons, c »est une bonne base…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.