La dure vie des éditeurs d’applications sur Apple

Vous prenez un produit : le Mac par exemple.

Vous repérez un service pas ou mal couvert : le calendrier, la prise de note, …

Vous sentez l’opportunité et zou, vous développez le service.

Au début, si votre service est bon, et que vous savez faire un minimum de buzz, ça va se développer.

Les exemples sont nombreux, de petits éditeurs malins, développant des services complémentaires

Exemples :

  • SizeUp pour la gestion de l’espace des fenêtres (splitter l’écran en 2 ou 4 fenêtres, bords à bords)
  • QuickSilver pour lancer rapidement une application
  • DropBox pour partager un espace disque entre plusieurs personnes ou plusieurs ordinateurs ou smartphones
  • Evernote pour prendre des notes, sur Mac ou Smartphone
  • iStat menus pour afficher dans la bare de menus l’état de l’ordinateur (CPU, réseau, …)

La vie est difficile car Apple bouge vite

  • Quicksilver n’a plus grand intérêt depuis le développement de SpotLight
  • SizeUp doit se faire du soucis avec l’arrivée de la dernière release, qui semble embarquer un service équivalent
  • Pareil pour Evernote

En fait, c’est une course : une fois qu’un petit éditeur a trouvé une niche, il a intérêt à avancer vite, très vite, pour proposer un service tellement complet / aboutit / … que les utilisateurs restent fidèles.

C’est ce qu’à su faire DropBox, en allant bien au delà de l’espace disque partagé.

Mais sur un qui a su évoluer vite et bien, combien restent sur le carreau ?

PS : je parle d’Apple, ça serait bien sûr la même chose sur les autres plate formes, Microsoft ou Google.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.