Rachat de Sparrow par Google – Bonne ou mauvaise nouvelle ?

Si vous suivez l’actualité du net, vous savez que Google vient de racheter Sparrow, startup Française, qui développe un client mail, particulièrement adapté à GMail.

J’ai lu, ici et là, des choses variées sur le sujet. Voici quelques réflexions, sans connaitre le dossier de l’intérieur (pas d’info secrètes)

  • Google n’avait jusqu’alors pas acheté de boite Française. Il était temps de corriger le tir 😉
  • C’est un avenir « probable » pour une startup de ce type, que de se faire racheter. C’est ce qu’on appelle une « sortie » : c’est une sortie en fait pour les investisseurs, qui revendent leurs actions, à une valeur bien supérieure à la valeur d’achat.
  • Il y a des réactions « énervées » sur le fait d’avoir acheté un logiciel, et d’apprendre qu’il n’évoluera plus : bon, le prix de vente de Sparrow est très bas, le manque à gagner n’est quand même pas catastrophique… Ce point peut être bien plus délicat, quand on achète un logiciel professionnel et chère, et que l’éditeur disparait, par un rachat ou… une faillite
  • Il y a aussi des réactions énervées sur le thème : pourquoi la boite a accepté ce pacte avec le diable : pourquoi ne pas poursuivre le développement, et devenir un leader mondial ? Plusieurs choses à ce propos :
    • On vous proposerait un tel chèque (on parle de 20 M€), vous êtes sûr que vous refuseriez vous ?
    • Les investisseurs, qui financent les startups et prennent des risques, ont leur mot à dire : vous les avez fait entrer, ils sont « dans la maison ». Là aussi, prendre un tel chèque est probablement très tentant. Bon en l’occurrence, Jérémie Berrebi de chez Kima Venture, investisseur donc, a tweeté : « Impossible to build a great and big company when you are looking to sell too fast »… Donc, dans ce cas là, les fondateurs et les investisseurs n’étaient pas complètement en phase…
    • Je comprends qu’on trouve ça dommage, mais si on voulait de vrais sociétés technologiques leader en France, ou plus largement en Europe, il y aurait quelques ajustements à faire, dont, de mon point de vue, un Small Business Act.

Pour dire les choses simplement, je pense que c’est un vrai succès pour cette boite, qui a su développer et distribuer un produit innovant, sur un marché pas si facile que ça : bravo donc !

3 commentaires

  1. Hello François,
    1 remarque : Pour une startup il faut obligatoirement des stratégies de sorties, c’est même un des points du BP qui est souvent challengé. Le rachat en est une, l’introduction en bourse en est une autre, parfois aussi c’est une fusion. Ensuite c’est vrai que la décision n’est pas simple surtout quand il y a des divergence au sein de l’équipe dirigeante qui inclue – comme tu le dis – les investisseurs.

    1 réaction : Pour avoir des Startup qui deviennent des googles ou des Facebook, il faudrait une volonté politique vraie et forte et pas seulement l’intention d’interdire de réaliser des bénéfices si cet argent n’est pas donné aux impots !

  2. @Guillaume, question interessante, qui du culturel ou de la legislation influence l’autre ? La fameuse exception culturelle française est en partie incluse dans nos lois sur l’Audiovisuel, mais les lois ne sont pas t’elles pas créées par les représentants du peuple et donc teintées de la culture (au sens large) de celui-ci ?

    La question est, je pense de créer des conditions favorable au développement de sociétés. L’ administration Française n’est pas un modèle de « vélocité » ni de souplesse … pour l’avoir vécu c’est lourd.

    Culturellement, la France est jacobine, ce qui porte en soit déja pas mal de contradictions ( 🙂 républicains fervents mais bourgeois avides ) mais toujours culturellement la France est aussi d’une longue tradition jésuite et a également un lourd héritage monarchique. Je crois pouvoir dire que globalement on aime bien que les boites soient sous controle de l’état donc de l’administration ce qui pénalise l’agilité mais apporte d’autres bénéfices (protection sociale entre autre), nous peinons en France à trouver un juste milieux agile ET protecteur bref le beurre et l’argent du beurre 🙂 Pas simple !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.