Patron gestionnaire ou patron irremplaçable ?

J’entends souvent dire que la faiblesse d’Apple, c’est sa trop grande dépendance à son patron, visionnaire et charismatique : Steve Jobs.

Le patron est malade, et voilà que les inquiétudes planent sur Apple… (bon, il y a d’autres sujets d’inquiétudes en ce moment, c’est sûr).

Est-ce anormal ?

De mon point de vue, pas du tout !

Je trouve même que ce qui est étonnant, c’est la situation inverse : le patron peut être malade, tout va continuer…

On est (était ?) tellement rentré dans un monde de « gestion » : le boss doit être remplaçable, tellement neutre…

Mais non, le vrai boss, qui a une vrai vision, une vrai stratégie, et qui sait la transmettre à ses équipes, ce gars là est rarement remplaçable.

Que ce soit juste ou injuste, c’est comme ça qu’à mon sens une entreprise doit être bien gérée.

Toujours à propos de Steve Jobs, je pense qu’il est vraiment intéressant de noter ces forces et ces faiblesses (pour ce que je peux savoir) :

Forces :

  • Vision
  • Analyse stratégique et plan d’action adapté, réaliste et ambitieux
  • Commercial
  • Donner des directions claires en interne et faire « converger » les équipes pour qu’elles travaillent à l’atteinte de l’objectif

Faiblesses :

  • Très cassant avec les équipes…
  • Pas de respect de l’organisation interne : peut demander n’importe quoi à n’importe qui….
  • Rarement à l’écoute des équipes

Bref, plutôt pas un bon manager pour l’interne… Quoi que !

On est tellement persuadé en France (surtout dans les grands groupes je crois) que l’organisation est un élément clé de la réussite…

Ce serait un vrai sujet pour un autre billet…

Je pense que le plus important, c’est que chacun sache ce qu’il doit faire, et connaisse la direction générale, pour se donner à fond.

Comme le dit Hayek (patron de Swatch) : « ce qui m’intéresse, c’est le produit, pas l’organisation »

Donc, en ce qui me concerne, je préfère un patron indispensable avec une vrai vision qu’un patron facile à remplacer, gestionnaire.