Archives par mot-clé : Apple

Pourquoi Apple fait il de si mauvais choix ?

Dans mon billet précédent, je suis allé directement à la conclusion : les ordinateurs Apple sont sur la fin.

Pourquoi suis-je arrivé à cette conclusion ?

Plusieurs raisons :

  • Apple n’a pas mis à jour les ordinateurs de bureaux, iMac ou MacPro, ou Mac Mini
  • Apple a fait des choix problématiques sur le seul ordinateur mis à jour : le Macbook Pro

Les choix problématiques sont :

  • Uniquement des ports USB-C
  • Prix trop élevés
  • Autonomie de la batterie en baisse
  • Encore mois de flexibilité avec le SSD soudé ou avec un nouveau format inconnu

Apple a su dans le passé bouleverser le marché, en faisant des choix audacieux.

Mais ce move là n’est pas raisonnable, il est théorique, débranché de la réalité : le port USB est devenu un standard mondial, utilisé par tous les appareils.

Retirer tous les ports USB, c’est donc nous obliger à acheter une brouette d’adaptateurs : pour le réseau, pour les appareils USB (y compris l’iPhone !), pour toute imprimante, …

Combinez ces différents paramètres : connectivité, autonomie, non évolutivité, et prix : vous comprenez que vous ne pouvez pas acheter cette machine : c’est un mauvais choix.

Ce gars là a fait des tests intéressant, à regarder avant d’acheter un macbook pro !

Alors quoi ? La question qui se pose est : comment Apple peut elle faire de tels erreurs ?

Je vous répondrais : et pourquoi pas 😉 ?

Les entreprises sont dirigés par des personnes, et « nobodies perfect ». Tout le monde peut faire des erreurs, y compris de grosses erreurs.

Et ne vous trompez pas : la taille des équipes n’y change rien. On a vu de très grosses boites faire de bien grosses erreurs.

Mon sentiment est qu’Apple essaye de suivre la direction impulsée par Ste Jobs, mais c’est juste impossible sans Steve Jobs !

Bon après c’est une boite extrêmement riche, ils peuvent analyser la situation, et corriger le tir. Je l’espère d’ailleurs… Mais autre chose que j’ai appris, c’est que quand ça va mal dans les boites, il y a un risque très élevé que les réactions soient très mauvaises. Pour pleins de raisons que je ne détaillerai pas dans ce billet, ça mériterait un autre article 😉

A suivre : au delà du pic des achats liés à la nouveauté tant attendue, on verra comment les ventes vont évoluer, et comment l’offre va évoluer.

Ordinateurs personnels : La théorie des cycles ?

Quelque soit le sujet, quand on suit les choses de près, on a une impression de relative stabilité, mais si on prend un peu de recul, c’est très différent…

Prenons un exemple : le marché des ordinateurs.

Depuis pas mal de temps les choses sont assez stables : il y a les PC et les MAC.

 

Mac versus PC

Mais cette situation est finalement pas si stable que ça. Dans les années 70, a la naissance de la micro informatique, il y avait des dizaines de type d’ordinateurs. Les Comodore, Amstrad, Synclair, … Apple a été le premier a vraiment dominer le marché, puis est arrivé l’IBM PC, rapidement copié par tous les fabriquants…

CPC Comodore

Il y a eu aussi la belle époque des ordinateurs Unix, dont Sun était l’un des piliers.

Il y a eu ensuite le moment ou Apple a perdu son mojo, et le monde s’est retrouvé dominé par les PC.

Et puis Steve Jobs est revenu chez Apple, a remis les équipes au travail. Le résultat a été de donner 20 ans de belle croissance aux ordinateurs MAC, qui ont repris du terrain.

Aujourd’hui, le sentiment partagé par pas mal de monde est que le MAC est plutôt dans un cycle descendant. Apple laisse mourir ses ordinateurs de bureaux, et propose des ordinateurs portables bien trop chers. On sent bien que Apple ne met plus beaucoup d’énergie sur le MAC. Les Macs, bien trop chers, qui n’évoluent plus beaucoup… on voit bien la direction que ça prend. Sans inflexion chez Apple, d’ici 10 ans, le Mac aura disparu.

Qui peut remplacer le Mac ?

Bien sûr certains utilisateurs n’utilisent plus un ordinateur : ils n’en ont pas besoin. Ils sont très heureux avec une tablette ou un smartphone.

Mais pour les autres, le monde va-t-il se réduire aux PC ?

Je pense que le Chromebook a ses chances : tout faire depuis le navigateur est une vrai option et le mode « connecté tout le temps » est de plus en plus une réalité.

Quelles peuvent être les alternatives ? Y-a-t-il de la place pour de nouveaux acteurs ?

Sinon j’imaginerais bien un nouveau constructeur, qui ferait de l’intégration verticale de qualité, avec un OS basé sur une bonne distribution Linux. Il y aurait un gros travail pour délivrer une expérience utilisateur satisfaisante… Crédible ?

Quel futur pour Apple ?

Apple a annoncé plusieurs nouveautés lors de la WWDC, toutes logicielles.

Quelques news. Avec les nouvelles versions des OS des produits, il va être possible de… :

  • Débloquer son mac avec son Apple Watch
  • Payer une commande en ligne, sur son mac, en utilisant le capteur d’empruntes digitales de l’iPhone ;
  • Faire un copier depuis l’iPad et un coller sur le mac.

Vous voyez ? Apple développe des scénarios ou, pour peu qu’on soit « multi équipé Apple », la vie est « meilleure ».

Cela ne crée de la valeur que pour la part des clients « multi équipés ». Quelle part cela représente ? 15% des clients ? Probablement pas beaucoup plus.

Alors, est-ce vraiment une bonne idée de mettre toute cette l’énergie pour un sous ensemble de clients ?

Cela va augmenter la complexité de l’ensemble, et ralentir (encore plus) le rythme d’évolution des différents produits.

Bref, je ne suis pas convaincu… Et vous ?

On nous cache tout : la vérité sur l’histoire entre Apple et le FBI

Donc l’histoire :

Le FBI récupère l’iPhone d’un terroriste, après un attentat.

Ils souhaitent savoir ce qu’il y a dedans, et comme le machin est sécurisé, ils demandent à Apple de « l’ouvrir ». Apple répond « non ».

Les grands de l’internet s’en mêlent, pour soutenir Apple. Motif : respect de la vie privée.

Apple communique à fond sur cette posture, jusqu’à en parler lors de la dernière Keynotes (peut être que ça manquait d’actualité produit diraient les mauvaises langues 😉 ). C’est super bon pour l’image d’Apple dans son rôle favori de rebelle, surtout avec des concurrents comme Google ou Facebook qui doivent avoir beaucoup moins d’états d’âme à transmettre des données aux autorités. Il suffit de se rappeler des discours tellement homogènes au moment de l’affaire Snowden / NSA.

Quelques jours après, le FBI annonce qu’ils annulent leur demande, disant qu’ils ont « ouvert l’iphone » via des hackers.

Bon alors ? Qu’en penser ?

En premier, je dirais que cette histoire sur la vie privée est quand même un peu limite. A part quelques hackers éclairés, toute notre vie numérique est accessible assez facilement, via les services SaaS qu’on utilise, Google en particulier.

Beaucoup de données sont également accessibles via les opérateurs, qui, quand on leur demande « gentiment », donnent ces infos. Les opérateurs ont vraiment accès à beaucoup d’infos : géo localisation dans le temps, appels passés et reçus, SMS, et évidemment trafic Internet entrant et sortant (sauf si on est en Wifi).

Donc, le FBI devait déjà posséder beaucoup d’informations.

Ont ils réellement craqué l’iPhone ? Je n’en sais rien, mais je me pose des questions. Je sens bien que mon idée fait un peu « théorie du complot » mais sur un coup comme ça, on peut imaginer que le FBI ai pu bluffer, pour casser l’image d’Apple, surtout s’ils savaient qu’ils ne pourraient pas obliger Apple a ouvrir l’iPhone.

En laissant croire que finalement ça « s’ouvre de l’extérieur », le discours d’Apple sur le sujet est extrêmement fragilisé.

Donc info ou intox ? On ne le saura sans doute jamais mais a titre perso, je ne parierais pas trop sur la protection de ma vie privée, même si j’ai un iPhone…

 

 

 

L’iPhone, successeur du Palm Psion 5 ?

Depuis des années, je suis à la recherche d’un « ordi mini », successeur du noble Psion 5.

L’iPhone 6 Plus est pas mal, mais il manque un clavier.

J’ai enfin trouvé mon bonheur avec le clavier iLepo :

iphone ordi

Le clavier est vraiment bien fait, et à la différence d’autres modèles, marche avec les différents caractères accentués.

Son seul défaut : il glisse. J’ai donc ajouté à ma config un « sous main », fabriqué à partir d’un protège écran pour Mac.

Le tout est vraiment agréable à utiliser.

Je pense qu’à l’avenir les fabricants d’accessoires vont proposer quelque chose d’intégré, un peu comme ce qui est proposé pour l’iPad Air.

Et à quoi ça sert tout ça ? ça me donne accès à toutes les applications de l’entreprise, en mobilité, avec une utilisation intensive.

Donc, c’est la config utile pour les vacances, ou on ne veut pas amener l’ordinateur et ou on doit bien sûr pouvoir intervenir si besoin.

La différence entre un succès et un échec

Le prétexte, ça sera l’Apple Watch pour parler de ce sujet 😉

Donc, quelles sont les ingrédients pour un succès ? Peut on prédire un échec ?

Dans certains cas, c’est facile : la nouvelle tablette de Microsoft est clairement partie pour être un échec : un produit lourd, cher, qui a l’interface de Windows pour se piloter avec un stylet, tout est là pour échouer.

Si il est souvent facile de prédire l’échec, prévoir le succès est bien plus difficile.

Si on prend un nouveau produit, l’erreur « basique » est de regarder, fonction par fonction, si c’est nouveau ou pas.

Exemple : l’iPhone (à sa sortie en 2007), quoi de nouveau ? On pouvait déjà téléphoner, naviguer sur internet et envoyer des mails depuis un Nokia Communicator.

C’est un ensemble de détails qui ont fait une énorme différence. Pour l’iPhone, c’était un écran tactile multi point, interface vraiment ergonomique, …

Alors, quel va être l’avenir de la Watch ?

Factuellement, elle propose rien de complètement révolutionnaire. Elle affiche l’heure, et propose tout un tas de service plus ou moins communicants, ce que font également les montres Sony, LG ou Samsung.

Je pense pour ma part que ça peut faire un carton, non sur une innovation en rupture, mais sur la qualité globale de l’expérience utilisateur.

C’est bien le savoir faire d’Apple, que de proposer des produits avec une expérience utilisateur bien plus travaillée que ce que propose les concurrents.

Donc, de mon point de vue, la question est vraiment sur cet axe là : l’expérience client sera-t-elle à la hauteur des enjeux : une montre qu’on porte à son poignet, et qui doit donc être encore plus facile à utiliser qu’un smartphone.

Cette question est finalement bien plus importante que l’ajout d’une fonction « innovante » mais in-fine gadget.

Bon, bien sûr, sur un tel produit, il faut aussi qu’il soit « beau », qu’il « séduise ». Là, je ne me risquerais pas à faire le moindre diagnostique : le « beau » est une science tellement particulière…

Enfin, c’est vrai que certains sont déçus, certaines maquettes faisaient plus rêver… Mais bon, il y a le rêve et la réalité

iWatch

 

Apple, la révolution ?

Disons le tout de suite : l’Apple event d’hier soir était un grand cru.

Sur la forme, Tim Cook est enfin (un peu) sorti des sentiers battus, et a changé un peu le plan. Il a également (enfin) fait le coup du « one more thing », pour annoncer l’Apple Watch.

Le public ne s’y est pas trompé, et a accordé à Tim Cook un très bon accueil, allant jusqu’à lui faire une standing ovation.

Les choses étaient un peu moins fun a distance, puisque la diffusion marchait très mal, comme vous avez sans doute pu vous en rendre compte 😉

Mais sinon, que pensez de toutes ces annonces ?

Plusieurs choses :

Comme prévu, l’iPhone 6 est un très bel iPhone, avec « plus » : plus grand, plus plat, plus autonome, plus rapide, … et plus cher.

Qui peut dépenser 800 à 1200 € pour un téléphone ?

Alors, pour contourner ce problème, Apple est finalement rentré dans le rang, en proposant des téléphones payés via les subventions des opérateurs. (bon ok c’est pas complètement nouveau mais ça m’a marqué). Ceci dit, même avec un abonnement de 2 ans, l’iPhone 6 + est quand même à quelques centaines d’euros…

Quand à l’iWatch ? Là, Apple me semble avoir vraiment bien jouer : le savoir faire d’Apple, c’est l’incroyable intégration soft – hard… et c’est ce qu’ils proposent ici. L’ergonomie a été revue complètement pour la montre, et le résultat semble vraiment top. Si le prix d’appel que j’ai vu circuler est vrai (350 $), cela devrait faire un carton… Reste à voir l’autonomie, ça sera un élément fondamental.

Mais pourquoi Apple a-t-il annoncé la Watch alors qu’elle n’est pas prête à être commercialisée ?

Je me posais la question hier soir et la réponse m’est apparu, évidente : pour maîtriser l’effet d’annonce. Il n’y avait pas de réelles fuites sur la montre, et Apple sait maintenant très bien que malgré ses efforts, il est impossible de garder le secret pour un lancement de produit à cette échelle.

Annoncer la iWatch avec 6 mois d’avance permet de complètement maîtriser l’annonce.

Est-ce risqué ? Pas tant que ça, fabriquer un tel produit demande plusieurs années (hard spécifique, software complexe).

Pourquoi lier la Watch à un iPhone ?

Cette deuxième question me semble bien plus importante : pourquoi limiter l’usage de la montre aux possesseurs d’iPhone dernière génération (à partir du 5) ?

On voit bien le côté positif : ça doit booster les ventes d’iPhone : ‘je veux la Watch, donc je choisi un iPhone) ».

Mais ce point positif est contre balancé par un autre aspect : « j’ai un Android, et je vais pas acheter un iPhone juste pour avoir la montre ».

On peut imaginer que la raison est technique, mais je n’en crois rien.

Non, je vais vous dire : je pense qu’il s’agit d’une tactique temporaire. Il va se passer près de 6 mois avant la sortie de la montre Apple. Cette annonce va booster les ventes d’iPhone. Et si la montre se vend bien, Apple devrait retirer cette limite… C’est un peu ce qui c’est passé avec les premiers iPod, qui ne pouvaient marcher que avec un Mac.

Enfin, que penser d’Apple Pay ?

Alors là, je pense que ça peut être énorme. Apple propose quelque chose de nouveau, possible grâce à des éléments spécifiques d’Apple :

  • La capacité de la marque à diffuser dans le monde entier et en très gros volume un équipement
  • La gestion de la sécurité, possible grâce au capteur d’emprunte
  • La capacité d’Apple à négocier avec de très grandes enseignes et les principales banques et organismes de paiement (ce qu’ils ont déjà annoncé hier, avec Disney, Target, …)

Oui, tout cela peut marcher. Bien sûr, ça va prendre du temps, puisque ce paiement n’est possible qu’avec l’iPhone 6.

Alors je reviens à mon premier point : le prix.

Comment vraiment démocratiser ce nouveau moyen de paiement, avec un appareil à 800 € ?

La clé du succès viendra avec un iPhone d’entrée de gamme… qu’on attend toujours.

Et le e-commerce ?

Sympa de voir le ecommerce à l’honneur hier soir 🙂

Apple Pay permet de payer ses achats en ligne en un clic. C’est super, et ça va booster les ventes sur ces terminaux. Pour le coup, ça devrait marcher également pour l’iPhone 5s.

Apple a expliqué hier qu’Apple Pay était également possible depuis la montre : je valide mon achat avec ma montre, sans sortir mon iphone). Je ne sais pas comment, puisque la montre n’est pas équipé de capteur d’empruntes digitales… Mais si c’est vrai, c’est peut être la naissance du w-commerce ?

A suivre 😉

Keynote d’Apple mardi : quelle surprise attendre ?

Apple doit donc annoncer quelques nouveautés mardi prochain.

On attend a coup sûr le nouvel iPhone, plus grand, plus fin.

iphone6

Il est prévu deux modèles, mais il y a tellement de fuite sur le modèle 4,7 pouces et tellement peu sur le modèle plus grand que je me demande si le plus grand sera annoncé dès mardi.

On sait déjà que le nouveau modèle intègrera une puce NFC, qui devrait proposer des options de paiement intéressantes (via des accords avec des boites comme Visa).

La nouvelle version d’iOS déjà annoncée devrait sortir également très vite. Je pense que l’iPhone 6 et le nouvel OS sortiront dès mardi, au moment de la keynote.

Tout ça c’est très bien, et l’iPhone 6 va se vendre vite et bien.

Mais au delà de ces annonces, Apple va-t-il (enfin) nous surprendre ?

On attend l’iWatch, qui pour le coup n’a pas trop fuité… Alors, Tim Cook va-t-il être capable de faire le coup du « One more things » ou vat-t-on rester dans la présentation convenue, fossilisée ?

API et langage de programmation pour tous :)

C’était le Keynote d’Apple hier.

Alors que les « oracles » nous promettaient des nouveautés à coupé le souffle (iPhone, Macbook Air, Apple TV, Montre, …) on a eu droit à un défilé de nouveautés toutes logicielles.

Je trouve ça fascinant une communication mondiale sur des sujets comme les API et un nouveau langage de programmation !

Dans beaucoup d’entreprises, l’informatique reste un fardeau, un « truc » qu’on ne comprend pas, qui coute cher, et qui ne marche jamais.

Avec des boites comme Apple, Facebook, la technologie retrouve ses lettres de noblesses. Les API sont un sujet dont on peut parler.

Les API, c’est d’ailleurs un sujet intéressant, compliqué, mais qui cache d’énormes enjeux, pour Apple, mais pour toute entreprise en fait. J’en ai déjà parlé 😉

Ce qu’apple nous cache… et qui est devant notre nez !

Les Macbook air 13 pouces ont la même surface d’écran que les macbook pros 13.

Je sais bien que parfois, il y a des illusions d’optiques, mais là, ça m’étonnait quand même.

Vous trouvez vraiment que les deux tailles d’écrans sont les mêmes ?

MBA

MBP13

En fait, la taille de l’écran est peut être la même, c’est la taille de l’ordinateur qui n’est pas la même (7% de surface en moins pour le MBP)

Vous me direz : on s’en fout.

Peut être (c’est ce que me dit ma femme en tout cas 😉 ), mais je ne comprends pas pourquoi :

Apple ne communique pas sur un avantage significatif pour le Macbook pro

Aucun journaliste à ma connaissance n’a parlé de ça.

On nous cache tout !