Archives de catégorie : Apple

Siri – Le cadeau d’adieu d’Apple à Steve Jobs ?

J’ai testé, comme beaucoup Siri, puis j’ai arrêté rapidement de m’en servir. A mon sens, le produit n’est pas prêt.

Et ce n’est pas dans la stratégie d’Apple que de sortir des fonctions en mode Beta (Apple n’a pas la même culture que Google).

Alors, pourquoi Apple a sorti le Siri ?

Mon hypothèse est que c’est le dernier cadeau d’Apple à Steve Jobs.

Steve Jobs rêvait de cette fonction depuis bien longtemps.

Les ingénieurs d’Apple ont voulu lui montrer que ce rêve était devenu réalité, et qu’il pouvait « partir en paix ».

Lengow, solution de création de sites mobiles ? ;)

Le métier de Lengow, c’est de prendre votre catalogue, et de le publier, sur des moteurs de shopping.

Bon, Mickael a une stratégie simple d’innovation : comme il y a d’autres acteurs sur le marché, il pense que la meilleure façon d’avancer est d’innover, en permanence.

Et puis, une fois qu’on a les données du catalogue, on peut faire pleins de trucs ;).

D’ou la nouveauté proposée par Lengow : permettre aux marchands de créer un site spécifique pour les mobiles et les tablettes.

Voici quelques copies d’écrans :

Pour le paiement, Lengow propose de passer par Paypal, ce qui permet d’avoir un paiement plutôt bien adapté sur mobile, et de ne pas avoir a faire trop de développements complexes.

Tealeaf – Solution pour améliorer l’expérience client

Tealeaf est une solution de CEM.

CEM ? C’est quoi ça ?

Cela veut dire : Customer Experience Management.

Concrètement, il s’agit d’outils qui aident à améliorer l’expérience des utilisateurs.

Sur ce créneau, Tealeaf propose une solution intéressante.

Quand on conçoit un site e-commerce (ou un service web en fait), on cherche bien sûr (enfin j’espère 😉 ) à proposer des choses simples, intuitives.

Mais la réalité est souvent différente, et on l’a tous expérimenté.

Pourquoi ? Parce que :

  • Les chemins que peut prendre le client sont très variés. Difficile de tout prévoir (on est en face d’une explosion combinatoire) ;
  • Les sites évoluent, et au fil des évolutions, on ne se rend pas forcément compte d’incohérences qui apparaissent ;
  • On doit aller vite, et on ne prend pas toujours le temps de bien analyser l’ensemble des conséquences d’une mise à jour ;
  • On est dans une boite ou « un chef a décidé que »…
  • Simplement ce n’est pas évident de se mettre à la place des clients, des utilisateurs. Ce qui peut nous sembler évident, quand on conçoit un système, peut s’avérer pas du tout évident pour l’utilisateur.
Bref, les raisons, qui font qu’un site n’est pas si performant que ça sont nombreuses.
L’analytics, et les tableaux de bord permettent de constater « les fuites ».
Tealeaf propose une approche différente :
Cette solution enregistre et indexe chaque parcours de chaque utilisateur, sur le site à analyser.
Ces données permettent de créer des tableaux de bords, mais, surtout, on peut rejouer, côté serveur, chaque parcours, un par un.
Exemple concret :
Grace aux tableaux de bords, on voit que pour un produit particulier, le taux d’abandon est particulièrement important.
On peut alors extraire chaque enregistrement, des internautes ayant abandonné leur achat, pour analyser, et voir d’ou vient le problème (un problème javascript par exemple).
Pour vendre son produit, Tealeaf à une approche très orienté ROI (Retour sur investissement). C’est effectivement adapté, parce qu’une erreur corrigée permet de vendre plus. Sur les gros sites, une erreur qui touche un petit pourcentage de client se traduit par une perte importante de chiffre d’affaires… Et, on le sait, les petites erreurs s’accumulent…
Quelques infos sur Tealeaf  :
La solution est issu d’un essaimage SAP.
La société est basée à San Francisco, et existe depuis 1999 (quand même !).
Si vous voulez en savoir plus, contactez Patrick Chancelier (pchancelier@tealeaf.com) : il a pris la direction commerciale de la région « south EMEA » comme disent les boites US ;).

L’avenir de Siri passera par les API

Siri, le nouveau service vocal, intégré à l’iPhone, est pour l’instant en beta.

Ce qui limite fortement l’usage, ce sont les services intégrés.

Logiquement, Apple devrait proposer aux développeurs de pouvoir enrichir Siri avec de nouveaux services.

A suivre de très près car alors, cela permettrait d’étendre Siri à … beaucoup de choses, et donc rendre le service bien plus riche, intéressant.

Je ne suis pas certain que cela va arriver car :

  • Il peut y avoir des freins techniques : pour qu’un tel service marche, il faut limiter le nombre d’entrées possible. Sinon, il peut y avoir un risque d’ambiguïté entre les services, et cela pourrait dégrader globalement la qualité des réponses.
  • Pour les développeurs, ça pourrait être un moyen de s’interposer entre Siri et les services d’Apple. Apple prendrait le risque que ces propres applications soient moins utilisées, au profit d’applications tierces.
Le deuxième point est au coeur de la « double contrainte » d’Apple. L’ouverture donne un grand dynamisme, mais en même temps Apple cherche à mettre en avant ses propres applications…
Ces articles abordent le même sujet finalement : comment étendre le service de SIRI :

Premier contact avec l’iPhone 4S et Siri

Je viens de recevoir l’iPhone 4S.

La fonction que je voulais tester est SIRI bien sûr.

Bon, ça fonctionne plutôt bien mais :

  • Les services sont encore très limités. A voir si il sera possible d’étendre ces services, via une API. 
  • Dans bien des cas, il ne comprend pas bien, et l’usage devient vite énervant.
  • Il a besoin d’une connection, et quand on est en Edge, les temps de réponses sont très mauvais.

Moi : Je voudrais acheter un livre à la Fnac

Siri : je ne peux pas vous aider à vendre ou acheter des actions

Moi : Je voudrais prendre le train demain entre Rennes et Paris

Siri : Je ne pense pas pouvoir vous donner le cours de la valeur boursière AU – AngloGold Ashanti pour demain (???)

Moi : Je voudrais prendre l’avion entre Rennes et Marseille, demain

Siri : A bon ? (???)

Bref, sorti des 10 scénarios de bases (envoyer un message, programmer une alarme ou une alerte, la météo, les cours de bourses, recherche sur le web), ça rame pas mal.

A suivre donc, le système est plutôt pas mal au niveau reconnaissance, reste donc à l’enrichir avec beaucoup plus de scénarios.

A propos de la présentation d’Apple hier

J’ai pris le temps de voir la vidéo de présentation du nouvel iPhone par Apple.

Au niveau de l’iPhone 4S lui même, je pense qu’Apple a plutôt fait du bon boulot, si le mobile est à la hauteur de ce qui est annoncé. Je suis en particulier très impatient de tester la fonction vocale, et voir si on pourrait en faire des choses pour le e-commerce ;).

Ce qui m’a marqué, c’est le côté un peu « plat » de la présentation.

Oui, ils ont bien employés les mots « numéro 1 », fabuleux, extraordinaire, …

Mais j’ai trouvé qu’il n »y avait pas l’imagination, le fun qu’on avait avec Steve Jobs.

D’ailleurs, j’ai trouvé ça bizarre qu’ils ne fassent aucune allusion à l’ancien patron.

Bref, il y avait tous les ingrédients, mais il manquait le « tour de main ».

Les réactions de la salle étaient d’ailleurs bien terne…

En fait, ils ont fait exactement comme le faisait Steve Jobs. Je pense que ce n’est pas une bonne idée. Chacun doit trouver sa façon de faire.

J’espère qu’ils trouveront leurs marques, et qu’ils sauront faire plus brillant les prochaines fois, sinon, ça va devenir ennuyeux !

UPDATE 6/10, à 6h :

Steve Jobs est mort cette nuit.

Cette Keynote prend une autre couleur avec cette info, c’est sûr.

 

 

Apple – Secret story

Incroyable, incroyable cette capacité à garder le secret sur un lancement mondial.

Faire un truc en secret, quand on est « petit », c’est pas très compliqué.

Mais là, il s’agit de lancer un (des ?) nouveau produit, dans le monde entier. Cela implique de grosses usines pour produire à des millions d’exemplaires des téléphones, à négocier avec les opérateurs, à préparer la distribution sur les différents points de ventes, …

Et jusqu’à ce soir, personne ne sait vraiment ce qui va être annoncé.

A seulement 2j de l’annonce, il y en a encore qui parle d’un iphone 5 avec un form factor différent (voir les fuites sur les nouvelles housse).

Depuis que je suis la saga Apple – iPhone, c’est la première fois je crois que le secret est aussi bien gardé.

Comment ont ils fait ? Ils ont probablement lancé de fausses infos pour brouiller les pistes.

Ils peuvent, par exemple, construire un modèle « fake » avec un le bon hardware mais le mauvais form factor. Avantage : ça brouille les pistes.

Bon, les choses semblent quand même converger vers un iphone « 4S », c’est à dire reprenant la forme de l’iPhone 4 mais avec un « intérieur boosté ».

On saura donc mercredi, a quoi ressemble l’iPhone 4S, s’il a bien 64 Gb de mémoire, un processeur de nouvelle génération, un capteur video de 8 mpixels…

Et surtout, on attend avec impatience la démo du nouveau service vocal.

Pourra-t-on dire :

« acheter sur Amazon le dernier livre de Guy Kawasaki » ?

 

Apple croque une partie des revenus des opérateurs. Pour longtemps ?

Comme vous le savez sans doute, Apple a réussi un tour de force extraordinaire, en réussissant à « manger une part du gâteau » des revenus des opérateurs mobiles, liés aux services.

Nokia, Motorolla n’y ont jamais réussi !

Ce deal est à mon avis difficile à imaginer dans la durée.

Il impose trop de contraintes à Apple, des contraintes trop éloignées de son modèle habituel…

Apple doit en effet, pour perreniser un tel contrat commercial, garantir que les intérêts des opérateurs sont bien respectés.

Comment apporter de tels garanties ?

Exemple : l’iPhone a une API permettant de développer des applications.

Et si un acteur propose une application permettant de téléphoner gratuitement avec l’iPhone, via un accès Wifi ?

C’est clairement une agression pour les opérateurs, mais un vrai gain pour les utilisateurs, et donc les clients directs d’Apple.

Que va faire Apple ? Entrer dans une logique de protection de ses « gros » clients, et bien verrouiller l’iPhone, au risque de mécontenter les utilisateurs, ou avoir une attitude plus ambiguë, en mettant en œuvre des protections pour préserver les intérêts des opérateurs, mais sans y mettre tout son coeur…

Je penche pour la deuxième option, parce que la chaîne de valeur n’est pas complètement vertueuse (les intérêts d’Apple et des opérateurs ne sont pas les mêmes), et parce que je crois qu’Apple est résolument orienté utilisateur.

Simplicité = choix ! L’exemple d’Apple

La simplicité est l’un de mes sujets favori, vous le savez !

Je suis complètement convaincu que pour réussir, il faut faire des choix.Logo Apple

Un e-commerçant doit faire des choix. Il se bat dans un environnement extrêmement concurrentiel. Pour de démarquer, il faut être le meilleur. Et comme on ne peut pas être bon partout…

Je vous propose de regarder ce que fait Apple en la matière.

Rappelons qu’Apple a de nombreuses activités, entre la vente de logiciels serveurs, de serveurs, le support qui doit gérer l’historique des produits, …

Comment le site Web d’Apple est-il structuré pour présenter simplement toutes ces activités ?

Accueil du site Apple

Cette page d’accueil est vraiment remarquable pour plusieurs raisons.

Premièrement, 90% de l’espace est occupé pour mettre en valeur le nouveau produit d’Apple (le MacBook Air en l’occurrence).

Cette mise en avant est orientée sur l’image avec une grande photo du produit, et juste une phrase.

Deuxièmement, cette page contient très peu de liens, et ouvre donc sur peu d’actions : la barre d’entête du site ne contient que 7 boutons plus un champ de recherche : 3 boutons produits (Mac, iPod et iPhone), 2 boutons support, un bouton accueil et un bouton pour aller dans l’espace marchand.

Le champ de recherche est particulièrement intéressant :

Champ de recherche du site Apple

Plusieurs éléments remarquables :

  • L’affichage des résultats se fait en temps réel, au fil de la saisie (fonction Ajax) ;
  • Les résultats sont présentés de manière particulièrement claire, avec des chapitres (Produits, Espace Marchand, …), et chaque élément est présenté avec une petite image.
  • Le système n’affiche pas tous les résultats : juste une sélection, bien lisible.

En dessous de la très grande publicité pour le MacBook Air, une ligne de news, puis 4 espaces de publicité :

Imagettes en bas du site Apple

Trois images sur 4 pour mettre en avant les nouveaux produits d’Apple…

Enfin, le pied de page :

Pied de page du site Apple

Au delà des inévitables liens obligatoires, ce pied de page est le seul endroit ou l’on pourra trouver des informations très utiles, comme le site-map, seul sésame pour accéder à certains services Apple (comme l’espace Serveur) ou le sélecteur de pays (tout en bas).

Ce site est optimisé pour s’afficher sur un écran 1024 de large. Choix raisonnable, mais qui écarte 8 à 9% des Internautes ayant un écran 800*600 (et oui, ça existe encore 😉 ).

Pour conclure

Le site d’Apple met en scène une stratégie particulièrement claire :

  • Mettre en avant les nouveaux produits (Macbook Air, iPhone, iPod) ;
  • Vendre les produits en direct (espace marchand accessible depuis la page d’accueil, et lien « acheter » sur les fiches produits).