Pourquoi n’y a-t-il pas d’Amazon Français ?

Mon humble réponse à cet article des Echos qui retrace la vie de quelques gros acteurs du ecommerce Français : Pixmania, Rueducommerce, CDiscount, Oscaro et Priceminister

L’analyse du journaliste, pour faire simple, c’est de dire que les finances n’ont pas suivies.

Peut être… Mais je pense qu’il y a une autre raison : la culture technique.

La force d’Amazon, c’est d’avoir monté un système d’information qui est une machine de guerre.

Le e-commerce, c’est du « techno-marketing ». Bien sûr, il faut savoir trouver les bons produits, savoir acheter, et savoir vendre… Il faut également s’approprier toute la culture spécifique du ecommerce, et ça fait un « gros morceau ».

Il faut intégrer les notions d’acquisition de trafic : SEO, SEM.

Il faut de plus développer une culture de la data : mettre en place les outils pour avoir de la donnée, et faire de l’analyse.

Mais il faut également avoir une vrai vision de l’urbanisme de son système d’information ecommerce…

C’est sur ce dernier point que, je pense, on pêche le plus.

La difficulté, c’est le passage à l’échelle.

Bien sûr, quand on démarre, il ne s’agit pas d’urbanisme. On prend des outils open source, quelques développeurs, et zou, on a un site en ligne.

Mais quand on doit traiter 100, 1000 commandes par jour, c’est une autre histoire.

Et si on veut de la croissance et de l’agilité, sans urbanisme, on est mort. Le système d’information devient une pieuvre incontrôlable, qui tient par « miracle » et que personne n’ose bouger.

ça coute de plus en plus cher à maintenir, les pannes sont de plus en plus fréquentes, et difficile à corriger…

Le problème ? Pas de vision ambitieuse de la plate forme. On bricole ce qui marche, à cout réduit. Ce qui a fait la réussite des débuts donne l’assurance qu’il faut continuer comme ça…

Alors oui, ça a bien un rapport avec les moyens financiers, mais pas uniquement.

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

11 commentaires

  1. Je pense que c’est plutôt un manque d’ambition que de technique.
    On demande à la fnac de se transformer en Amazon au lieu de créer une startup from scratch.
    Cdiscount, RDC et Pix , les 3 « vraies » startups ecommerce du début ont abandonnées la course même si c’est pas le discours officiel.

    1. On n’est donc pas d’accord, c’est l’effet #brexit ? 😉

      Je pense que l’ambition était bien là au contraire.

  2. Je pense que la taille du marché dans lequel tu démarres peut aussi avoir une forte influence.

    Amazon a commencé aux USA (300 millions de personnes) donc si tu réussi à faire ton trou dans ce marché, tu pars avec de grosses « réserves » pour aborder d’autres marchés plus petits (UK, France, Allemagne, etc…).

    Mais quand tu commences en France, il te faudra au contraire passer un gros cap pour essayer de faire ta place sur des marchés plus grands et plus concurrencés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *