Les forces du mal ?

Gros titre du monde ce WE : Les ordinateurs vous surveillent.

En cause : les « méchants » cookies, et la capacité des programmes de vous « tracker » sur la toile.

Ce qui me met mal à l’aise sur le sujet, c’est l’amalgame qui est fait entre une solution technique (le cookie) et le problème, réel, du respect de la vie privée.

Bon, vous êtes contre les cookies ? Bloquez les, vous pourrez jeter votre ordinateur 😉 : impossible de rien faire sur aucun site !

En effet, les cookies sont une réponse technique à un problème du protocole sous jacent au Web, le HTTP.

Les cookies ne sont pas des « méchants » programmes fait pour vous pister, mais une solution technique pour compléter le protocol HTTP, qui est de base « stateless ».

Les cookies permettent par exemple à un site de faire le lien entre les pages que vous consultez. Vous ajoutez un produit au panier. Vous voulez avoir un panier à jour sur toutes les pages ? Merci les cookies !

Les cookies sont donc utilisés pour rendre le web dynamique.
Ils sont utilisés par les moteurs pour vous identifier, par les applications web.
Comme les applications web sont de plus en plus composées par l’agrégation de plusieurs composants SAAS, chaque composant SAAS peut déposer ses propres cookies.

Exemple : vous avez besoin de mesurer le trafic sur votre site. Vous utilisez Google Analytics. Google Analytics va déposer ses propres cookies sur votre site.

Ces deux usages sont juste des outils techniques permettant de faire fonctionner le web.

bien sûr, il y a des usages plus discutables, mais l’amalgame n’aide pas à la compréhension. Quand on résonne, on peut montrer n’importe quoi à partir de quelque chose de faux !

Alors, ce catastrophisme fait il plus vendre les journaux ? de tels articles n’aident pas à comprendre quels sont les réels enjeux.

Je pense pour ma part que :

Il faut arrêter de parler des cookies, mais parler du problème de fond (le traitement des données personnelles par exemple)

Le vrai point critique est l’extrême concentration du web. Le pouvoir d’un Google ou d’un Facebook est un vrai sujet…

 

32 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *