C’est quoi ta couleur ?

On n’a pas tous le même caractère.

Nos motivations aux uns et aux autres sont différentes.

Nos peurs aussi.

Bref, toutes ces différences, cela nous rends complémentaires, mais cela fait qu’on ne se comprend pas toujours, chez soi, et au travail.

Il existe une méthode, dite « la méthode des couleurs », qui vise à mieux se connaitre, mieux analyser ses interlocuteurs, et améliorer ainsi sa relation avec les autres.

C’est en particulier basé sur les études de Jung (types psychologiques)

Cette méthode vise a définir qui on est, sur deux axes :

  • Introverti – Extraverti sur l’axe horisontal
  • Relation – Pensée sur l’axe vertical (« je privilégie la relation ou la pensée ? »)

Cela donne ça :

En bas, vous privilégiez les relations, l’humain. En haut, vous privilégiez la pensée, la réflexion analytique.

A gauche, vous êtes introverti. A droite, extraverti.

J’ai passé un test, qui, normalement, permet de mesurer ou je me situe là dedans (méthode arc en ciel).

C’est assez étonnant, comment à partir de peu de questions le système permet de définir vos couleurs dominantes, dans deux contextes : personnel et professionnel.

Bon, ceux qui me connaissent ne seront pas surpris : je suis « rouge », très rouge même !

Et vous, vous êtes quoi 😉 ?

 

3 commentaires

  1. Je me suis amusé, par le passé et notamment à l’issue d’un bilan de compétence à la limite de l’escroquerie – mais pris en charge par le FONGECIF, ce qui me conduit à penser que ce qui est obligatoire et / ou financer par l’état attire les escros comme la lumière les moustiques un soir d’été (je m’égare) – à regarder comment ces modèles étaient montés.

    En fait la qualité du test peut se mesurer simplement à l’étendue de l’usage qui en est fait.
    Ex: J’ai souvent fait au travers de formation d’entreprise des tests dits de « teambuilding » où comment mettre ensemble les personnes qui pour un projet donné, vont obtenir le meilleur résultat – étant à l’époque dans une boite US, le test était construit sur un échantillon de personnes américaines, et cela ne collait pas super. Lors de ce « sacré » bilan, la base était France sur une population APEC, je m’y suis retrouvé.
    En fait suivant la taille de l’échantillon de calibrage et la cible de cet échantillon, le test est plus où moins pertinent.
    Ayant cherché à mieux comprendre (certains tests servent pour l’évolution professionnelle, mieux vaut donc savoir comment ils marchent 🙂 ) J’ai rencontré des psycologues qui ont confirmé ma première analyse et qui m’ont indiqué introduire des facteurs de correction en fonction de la personne « testée » ex, test US avec 1 ouvrier Qualifié mâle en France, alors facteurs de correction… ma question a été: « Comment sont établis les facteurs de correction ? » –

    « C’est l’expérience » … m’a t’il été majoritairement répondu ! et la je l’avoue, j’ai eu très peur et j’ai cessé ces tests !

  2. C’est mon entreprise qui m’a fait passer ce test. Pour ma part je suis majoritairement bleu et dans ma vie et dans ma vie perso.
    Mais aussi Jaune, ce qui m’a beaucoup surprise.
    Je me demandais comment refaire ce test aujourd’hui, car je pense avoir beaucoup évolué 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *