Quelques notes sur la bio de Steve Jobs

J’ai lu, il y a quelque temps maintenant, la bio de Steve Jobs.

Voici, dans le désordre, ce qui m’a marqué :

Je savais que Steve Jobs avait mauvais caractère, qu’il était capable de s’emporter en réunion.

J’ai découvert qu’il était carrément caractériel, capable de pleurer, d’humilier, de crier… Bref, un gars bien loin de toutes idées de « management positif ».

Cela fait se poser la question de la mesure de la qualité, de la performance d’un manager. Comme je l’ai déjà dit, il me semble que le critère clé, c’est la réussite de la boite. Si on s’en tient à ce seul critère, Steve Jobs à 10/10. Pourtant, c’est probablement quelqu’un pour qui je n’aurais pas pu travailler…

Autre point : la « tactique » qu’il a utilisé, pour reprendre les reines d’Apple m’a impressionné :

Apple rachète NeXT, pour sortir un nouvel OS.

Steve Jobs commence par prendre un role plutôt light, mais place des hommes à lui aux postes clés.

Il jette négligemment des peaux de bananes sous les pates du PDG de l’époque, de manière à bien convaincre les administrateurs, que l’actuel PDG était nul.

Quand le conseil d’administration s’en convainc, et le dégage, Steve Jobs commence par sembler non intéressé par le poste de PDG… Il laisse les administrateurs venir « pleurer » pour qu’il accepte ce rôle.

Quand il se dit prêt à un essai, il soumet une première décision au board. Comme celui ci tergiverse, il leur demande simplement de … partir : il demande un changement de l’ensemble du board !

Sa tactique est donc parfaitement clair : il a appris, de son éviction d’Apple, quelques années plus tôt : pour pouvoir manœuvrer, il a besoin d’avoir un contrôle sur les équipes, mais également d’avoir des hommes de confiances au board.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Un commentaire

  1. Oui cette bio est vraiment éclairante.

    – le recrutement de Jobs chez Atari à 22 ans. Il pue et demande à être reçu par le Boss. Il est embauché. Un culot énorme.

    – il est payé au mérite : il doit diminuer le nombre de puces dans la carte qu’il fait fabriquer à Wozniack. Mais il ne dit pas à ce dernier qu’il a une com. Déjà le sens du Business et de la manipulation.

    – avec Pixar, déjà le sens du détail avec les escaliers qu’il fait construire. Cela deviendra les fameux escaliers des Apple Store. Un sens de la perfection incroyable.

    Personne ne croyait que l’ère Post PC était vraiment d’actualité. Lui, avec l’iPad l’a réalisé. Après l’avoir fait dans l’Internet Mobile avec l’iPhone. Dans la musique avec l’iPod (la présentation de l’iPod est son meilleur show à mon sens). La vision de cet homme et de ses équipes qu’il poussait à bout est juste énorme.

    Après, je crains que tous les moyens étaient bons pour arriver à ses fins. Cela restera comme sa « part d’ombre ».

    /Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *