UPS va acquérir TNT

Cet article est écrit par Augustin GUELDRY, fondateur de COLICOACH Conseil livraison et logistique e-commerce et du blog Livrezfacile.

 UPS poursuit son action pour prendre possession de TNT avec une nouvelle offre de rachat qui vise à convaincre les actionnaires de l’intérêt de la transaction.

Le calendrier de cette offre n’est pas le fruit du hasard :

– TNT annonce des résultats pour 2011 décevants avec une perte de 270 millions d’Euros pour un C.A global de 7,25 milliards d’Euros.

– Le contexte économique global marque le pas, notamment en Europe avec une baisse du fret, et favorise une concentration des acteurs au niveau mondial.

– TNT est le plus petit des 4 acteurs mondiaux (DHL, Fedex, UPS et TNT) et à ce titre une cible de choix.

Pourquoi UPS a des chances de réussir ce rachat :

– TNT est partiellement affaibli par ses pertes. « Sans compter qu’il est, depuis quelques mois, sous la pression de deux fonds activistes, le gestionnaire de fortune canadien Alberta Investment Management Corporation (AIMCo) et le fonds d’investissement américain, Jana Partners, deux actionnaires minoritaires détenant chacun 5% du capital de l’entreprise ». Source wk-transport-logistique.fr 

– Il n’y a probablement pas de place pour 4 grands acteurs mondiaux sur ce marché.

– Il n’y a pour le moment de contre-offre officielle d’un autre acteur.

Augustin GUELDRY Fondateur COLICOACH

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

4 commentaires

  1. Operation de consolidation classique – voir dans la banque ou dans l’industrie – le plus fort (je parle pas de taille, mais d’agilité et de gestion du risque) « bouffe » le plus faible … (mital, AXA, etc)

    Par contre cette consolidation au niveau « mondial » ne règle, me semble t’il, pas la problématique du « dernier kilomètre » et de la nécessaire Qualité de Service a y associer.

    Il me semble – mon humble avis – que c’est presque plus facile d’affréter un A380 pour ces geants, que d’assurer à un quidam au fin fond d’un village de l’Oise que son colis est en route, qu’il sera livrer entre 10h et 11h le mercredi 29 Février, en parfait état et que si un des points n’est pas satisfait, le client se verra dédommagé d’une manière ou d’une autre au meilleur de son intéret …

  2. C’est vrai que ça ne les rendra pas forcément meilleurs, mais rationalisera peut être un peu les prix, puisque la plupart du temps ils sous-traitent entre eux les livraisons à l’international.

  3. Le dernier kilomètre reste effectivement encore un challenge pour de nombreux transporteurs mais le secteur est jeune et se structure progressivement. L’écart qui subsiste entre l’attente légitime de service des destinataires et le service proposé vient, à mes yeux, de parvenir à trouver un modèle économique tenable dans la durée. On contate en effet que les destinataires ont de fortes attentes de service mais conservent comme facteur prioritaire le faible coût de la livraison. L’équation faible coût et haut niveau de service nécessite des adaptations : De nombreuses réflexions ou test sont en cours sur ce plan chez plusieurs transporteurs… attendons de voir ce qui va sortir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *