Le temps des dinosaures

Donc, le web est dominé par de très grosses bestioles.

Google, Facebook, Apple, Amazon.

Google, en premier, qui règne en maître absolu sur la recherche, qui est devenu le passage obligé « avant » votre site.

Google, qui décide qui sera visible et qui ne le sera pas sur son moteur de recherche, et qui change les règles du jeux, sans préparation possible.

Facebook, qui a su attirer tant et tant d’utilisateurs, que c’est devenu un web à lui tout seul, un monde presque autonome, avec la personne, les amis de la personne, l’espace personnel, l’espace partagé, les images, les applications, la messagerie, … Facebook qui décide de fermer un compte sans préavis, sans discussion.

Apple, qui, avec sa politique d’intégration verticale absolue, propose un monde si fermé : as tu branché ton iphone sur ton mac, et récupéré les achats faits sur itunes ? Tu pourras toujours lire le ebook sur l’ipad ;).

Apple qui décide quelle application a droit de vie ou de mort, sans discussion.

Amazon enfin, qui, en plus d’être le leader mondial du e-commerce, s’étend tout azimuth : toujours plus de rayons, toujours plus de marchands sur la place de marché, toujours plus de services… Et maintenant, une intégration verticale avec le Kindle. Amazon, qui a, par exemple, supprimé un ebook à distance, sur tous les Kindle des gens qui avaient téléchargé ce livre…

Vous voyez le point commun : ce sont des acteurs globaux, qui dominent complètement le web, et qui sont dans une situation de pouvoir incroyable. En particulier, ces boites ont toutes un rôle de censure inacceptable et bien trop dangereux.

En parlant de dinosaure, il y a un espoir, espoir que le web évolue différemment, avec une moins grande concentration.

Mais c’est pas gagné !

D’un côté, je pense que ces boites peuvent « rater un virage » et se faire dégager.

Mais cela risque d’être un « remplacement » d’un mastodonte  par un autre…  En sachant que, ce qui est marquant dans notre monde web, c’est la vitesse a laquelle on peut devenir un leader mondial (Facebook est l’exemple le plus frappant), mais ça sera la même vitesse pour la fin !

Qu’en pensez vous ?

(c’est cet article qui m’a inspiré)

8 commentaires

  1. comme tu le dis ça se fait et défait assez vite, ce qui a changé dans le web c’est la circulation de l’information, et ça change pas mal de choses. bien sur il y aura toujours des mastodontes ça fait parti du processus d’évolution naturel, mais comme les brontosaures, ça finit par s’éteindre au profit de plus petit mammiferes et le cycle recommence.

  2. C’est une de mes parraboles preferees : le jour ou un enorme objet celeste a percute la terre, ce sont les dinosaures geants qui ont morfle pendant que nos insignifiants ancetres resistaient. Lehman Brothers en est un excellent exemple

  3. Oui, comme tu le dis ce n’est pas gagné. Il y a maintenant une réelle inertie qui fait que ces quatre là seront difficilement déboulonnables.

    Le plus faible reste cependant Facebook du fait de sa jeunesse et de son modèle économique qu’il faudra m’expliquer…

  4. Le web dans un garage est effectivement derrière nous.

    Coté e.commerce il restera sans doute des artisans très spécialisés positionnés sur des marchés de niches délaissés par les « gros ». Pour ce qui est du reste : recherche, information, médias sociaux (..), les choses sont bien verrouillées et peu de chances que sa bouge.
    Ca me fait penser à une expression utilisée dans le secteur bancaire actuellement : « too big to fail » …Amazon, Facebook, Google, Apple semblent elles aussi des sociétés too big to fail mais est-ce finalement une bonne chose ?

  5. « Qu’en pensez vous ? »

    J’en pense que ton billet montre une grosse confusion entre le Web, l’Internet, les applications, infra, etc.

    En gros je ne vois pas trop en quoi Apple domine le -Web-, bien au contraire d’ailleurs, car justement son « intégration verticale absolue » lui permet de proposer ses offres en le contournant. L’achat d’un livre, musique, journal sur iTunes ne n’utilise pas la techno du Web, les applications iPhone, iPad ce n’est pas du Web …etc.

    Alors effectivement Apple a joué un rôle important dans le -Web- ces derniers temps via leur moteur HTML «WebKit» (dérivé de KHTML) : Le succès de iPhone,iPad et le fait que WebKit soit sous licence libre (donc repris par Android & Co ) a permis d’accélérer grandement la propagation de l’HTML5.

    Mais, même si ça peut paraitre comme pinailleur, la confusion WEB et Internet (http://linuxfr.org/wiki/Web-Ou-Internet) est fondamental dans cet exercice d’analyse.

    Prenons juste un de tes exemples :
    « Google, en premier, qui règne en maître absolu sur la recherche, qui est devenu le passage obligé « avant » votre site. »
    C’est totalement juste à l’instant « T » et je pense comme beaucoup qu’il restera encore longtemps leader de la recherche … à travers le WEB ! et c’est là que l’on voit que l’Internet ce n’est pas que le WEB car je suis persuadé que la majorité (en volume) de nos requêtes dans un futur T+1 ne passera pas à travers une interface WEB. Je conseille la lecture des ces articles pour mieux comprendre comment cela risque de se produire :

    http://www.forbes.com/sites/ericjackson/2011/10/28/why-siri-is-a-google-killer/
    http://www.forbes.com/sites/ericjackson/2011/11/04/more-proof-that-siri-is-intended-to-be-a-google-killer/

    « En particulier, ces boites ont toutes un rôle de censure inacceptable et bien trop dangereux. » Je te rejoins complètement sur ce point. Le cartel pétrolier de Rockefeller avait du obliger le renforcement et l’application de la loi antitrust , il serait temps que nos politiques prennent conscience de l’importance légiférer sur l’utilisation des -nos- données stocké sur le « nuage ».

  6. Très franchement j’aimerais croire que Loic ai raison et que des alternatives viennent changer la donne que décrit – fort bien de mon point de vue – François. Sans vouloir souffler sur des braises, ou rentrer dans un débat d’experts, je crains que la différence entre WEB et Internet ne soit valable que pour des « techniciens », des puristes. Je ne pense pas que les millons de personnes qui se connectent sur Facebook via leur iPad la fasse cette différence. Et c’est justement la le danger. Nous parlons d’un monde « numérique » que l’on utilise un protocole ou un autre, une interface ou une autre ne change pas grand chose, celui qui maîtrise l’acces à la donnée reste le maitre et dans les exemples de François c’est très bien illustré.
    Que ce soient des dinnosaures, j’y crois peu. Le nerf de la guerre c’est souvent l’argent et aussi parfois le carisme ou le leadership d’un Homme (sans sexisme) qui croit en son idée. C’est le cas de Job, typiquement. Maintenant pour que quelquechose de gros tombe sur leur environment … oui mais ce sera l’équivalent et ca pourrait bien venir de la Chine (ben oui encore elle !) En effet c’est la Chine qui bouscule Google, Amazon et autres et ce simplement simplement parce qu’ils développent leur propres « Tyronosaurus » et celui la il pourrait bien en « bouffer » quelques un …

  7. @Jean Michel> Merci 😉

    Effectivement, le terme « dinosaure » sous entend plusieurs choses : « gros qui dominent » et « gros qui peut mourir d’un coup »

    Toute la question est là : je pense que ces boitent peuvent se faire challenger très rapidement, mais est-ce que les challengeurs seront de petites startups agiles ? C’est pas sûr 😉

  8. @Jean-Michel> Je dirais même plus : aujourd’hui le grand public va qui sur Facebook, qui sur Google. Le « Web » n’a plus vraiment de sens, et son principal outil, le navigateur, s’est totalement fondu dans le petit E bleu, l’icône orange, etc.

    Quand je dis « va sur le Web » ou « lance ton navigateur Web » on me regarde souvent avec des yeux ronds. Sans parler des noms de domaine/URL. La position dominantes de certains acteurs trouve alors en partie son explication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *