Budget pour lancer une boutique

Après ce premier billet, sur le coût d’une boutique, pas mal de commentaires mettaient l’accent sur le fait que, pour se lancer, il faut beaucoup plus qu’une boutique.

Et c’est une bonne remarque 😉 !

Bon, faut quand même relativiser, en fonction du projet de chacun.

Comme je le dis souvent, il n’y a pas qu’un seul type de e-commerce.

Par exemple, il y a ce que j’appelle le « e-commerce du dimanche ». Rien de péjoratif, cela couvre les sites gérés par des personnes ayant une activité principale autre, et s’occupant d’un site « comme ça », en plus.
Souvent, c’est avant tout lié à une passion.
Pour ce type de e-commerce, l’investissement initial doit être et rester très faible.

Maintenant, il arrive qu’une telle activité décolle réellement. La chance, un bon travail méthodique, un vrai marché de niche… Tout cela peut permettre, avec un investissement initial très très faible, de lancer une vrai activité.

Mais revenons à notre sujet : que doit on prendre en compte, dans un budget initial e-commerce ?

Voici une petite liste :

  • Etude marketing / stratégique
  • Réalisation de la boutique
  • Achat du stock
  • Shooting des produits
  • Budget marketing initial

Etude marketing / stratégique

Si on veut faire les choses bien, il est plus que raisonnable de faire une étude avant de se lancer :

  • Le secteur sur lequel on veut se lancer est il adapté au e-commerce : les produits sont ils facile a envoyer ? …
  • Quels sont les concurrents ?
  • La marge sur les produits permet-elle de faire vivre une boite ?

Sur Internet, la concurrence n’est pas la même que dans le monde physique. Ici, l’étude de la concurrence doit partir de Google : je me mets à la place d’un client, et je tappe dans Google les recherches que je ferais si je cherchais les produits que je souhaite vendre.

Dans une telle étude, il faut également se poser la question de la cible (quels sont les clients qui doivent acheter les produits), et du service que l’on compte apporter.

C’est également le bon moment pour se poser la question de ce qu’on va faire et ce qu’on va faire faire. Va-t-on externaliser la logistique ? Qui va répondre aux clients quand ils appellent ? Qui va développer la boutique ? …

Puisqu’on parle budget, soit on prend son temps pour faire ça en interne, soit on fait appel à une boite spécialisée.

Si on souhaite se faire accompagner pour cette phase, on peut avancer de plusieurs façons : on peut « tenir le crayon » et demander à la boite qui vous accompagne de vous « coatcher ». C’est le mode le plus économique… Mais égaleemnt le plus chronophage.

L’autre façon de faire est de faire faire l’étude. Cela coute plus cher, mais vous prendra moins de temps.

Dans le premier scénario, le coût du « coatching » varie entre 2 000 et 5 000 € (encore d’autres variables : international ou pas, multi secteur ou pas, …).

Dans le deuxième scénario, l’étude marketing / stratégique coute entre 10 000 € et 15 000 €. Ce type d’étude s’adresse plutôt à des entreprises existantes, souhaitant ajouter le e-commerce à leurs réseaux de distribution.

Pour Rue coquette, j’ai bien sûr réalisé moi même cette étude, puisque c’est mon métier.

Stock

Tout les sites e-commerce n’ont pas de stock.

Par exemple, si vous souhaitez proposer une place de marché, vous n’avez pas à acheter les produits.

Autre exemple, vous faite du « drop shipping » : vous ne stockez pas les produits, vous les achetez quand les clients passent commande.

Mais pour les autres, il faut prévoir un stock. Bien souvent, ce stock peut représenter une part significative de l’investissement initial !

Shooting des produits

Pour bien vendre, il faut de beaux visuels. Et de belles photos, ça coûte cher !

C’est donc un poste à ne pas oublier.

Le prix des photos est très très variable (encore !) : allez vous le faire en interne ou le faire faire ?

Si on doit faire les photos en interne, il va faloir s’équiper.

Si on fait faire les photos, il faut trouver un photographe, et une boite pour retraiter les photos.

Pour Rue Coquette, je voulais « m’essayer » au truc. J’ai donc investi dans un appareil photo « moyen de gamme », et j’ai fabriqué un petit studio photo.

En l’occurence, le budget investissement pour ce poste a tourné autour de 2000 €… Sans compter le temps passé ;).

Mais, pour rester sur l’exemple de Rue Coquette, j’aurais un résultat bien plus qualitatif en faisant appel à un pro, qui prendrait des photos avec des bijoux portés… Mais dans ce cas, le budget ne serait pas du tout le même…

Quand on lance une boutique, il faut faire des choix. J’ai fait celui là : penser qu’il était possible de démarrer sans avoir à faire des shooting de bijoux portés.

Bon, je parle du shooting, mais à ne pas oublier : il va falloir également créer une fiche produit par produit : réaliser un descriptif, qui donne envie d’acheter le produit, et qui permettra de bien monter en référencement naturel.

Budget marketing initial

Mes amis d’Oxatis le disent très bien : « la mauvaise nouvelle, quand on ouvre sa boutique, c’est qu’il ne se passe rien ».

Pour vendre, il va falloir du trafic.

On peut faire venir les clients de plusieurs façons : publicité sur Google (adwords), référencement naturel, emailing, affiliation, …

Seul le référencement naturel est gratuit. Il va donc falloir investir, payer pour acheter du trafic.

C’est là encore un poste de dépense important, fondamental, à ne pas oublier avant de se lancer !

Pour ce poste, impossible de donner des chiffres, c’est trop variable : votre marque existe-t-elle déjà ou est-ce une création ? Quelle est l’objectif de croissance ? ….

Ce qu’on peut dire, c’est qu’au démarrage, c’est plutôt « dur » : le taux de transformation n’est pas très bon, parce que les internautes ne vous connaissent pas… Il faut donc un peu de temps pour créer la confiance.

Ensuite, les choses doivent s’améliorer : la boutique a une base de clients, les internautes commencent à connaitre la boutique, qui a une réputation, …

Autres postes

Il reste d’autres postes de dépenses…
Exemple : Il faut rédiger les éléments juridiques du site (Conditions générales de ventes)….

Mais surtout, si le projet doit démarrer avec une équipe, il faut prévoir les charges pour payer ces équipes.

En synthèse

Pour lancer une activité e-commerce, dans un cadre professionnel, il faut un budget d’investissement non négligeable. Quand on fait la somme de tous les postes évoqués, on arrive facilement à un budget entre 50 000 et 100 000 €.

Attention, je ne dis pas qu’on peut rien faire avec moins… Il y a toujours moyen de faire à moyens très très légers, mais, moins on investi, plus ça prend du temps, et plus il faut donner de son temps.

Araok réalise très régulièrement des business plans e-commerce.

D’après notre expérience, un projet e-commerce demande quelques années avant d’être rentable. Pas 10, mais pas 1 non plus ;).

Mais bon, rien de révolutionnaire finalement : quand on lance un commerce physique, il faut bien investir avant que ça marche vraiment, et il faut bien prévoir un minimum de 18 mois de trésorerie pour « tenir » avant que la boutique ne tourne bien.

Sur Internet, c’est pas si différent en fait à ce niveau ;).

15 commentaires

  1. > Seul le référencement naturel est gratuit

    Oui, gratuit comme le shooting (temps d’apprentissage + de shooting), comme la rédaction des fiches, comme la configuration de la boutique, comme…

    Bref, pas si « gratuit » que ça…

    1. Rien a ajouter : tu as raison !

      Mais bon, ce n’est pas le même coût que Adwords par exemple, ou tu payes au clic.

  2. Adwords, c’est quand même le truc à tuer le e-commerce : par effet naturel, étant donné que le coût est basé sur la concurrence sur les expressions, plus il y aura de concurrence, plus le coût monte… et il montera jusqu’au point de rupture des moins « riches » jusqu’à ce qu’au final il ne se trouve plus que les quelques « gros » dans chaque secteur.

    Il serait grand temps que la France, qui est le pays le plus Google dépendant, commence à chercher ailleurs que dans le sacrosaint Adwords un moyen efficace de drainer du flux de visiteur vers les sites…

  3. « D’après notre expérience, un projet e-commerce demande quelques années avant d’être rentable. Pas 10, mais pas 1 non plus »

    Je dirai 5 ans si on part vraiment de rien et qu’on a de bons produits.
    (stats perso. sur cas concrets) …

    « Mais bon, rien de révolutionnaire finalement : quand on lance un commerce physique, il faut bien investir avant que ça marche vraiment, et il faut bien prévoir un minimum de 18 mois de trésorerie pour « tenir » avant que la boutique ne tourne bien. »

    Ben oui l’Ecommerce c’est du commerce … en plus compliqué.
    Pour le client c’est plus facile de changer de site pour comparer les prix que de changer
    de rue ou de trottoir !

    @François (Rentashop)
    « Adwords, c’est quand même le truc à tuer le e-commerce : ….dans chaque secteur. »
    Absolument. soit la moitié de la marge va dans la poche de Google soit on fait pas de marge.
    C’est Google qui a tout compris finalement…

  4. Sur le point de la rentabilité, 5 ans ça fait un peu long quand même… je tendrais vers 3 ou 4 ans… mais on voit de tout, j’en ai même vu un être rentable avant d’être sorti, et j’ai quelques exemples surprenants dans notre clientèle (surprenant : un site qui se rentabilise avant même d’être complètement indexé par les moteurs de recherche, ça existe).

    Je dis souvent qu’il faut 3 mois pour redescendre sur terre, qu’au bout de 6 on commence à comprendre. Qu’au bout d’un an on est devenu un e-commerçant et qu’au bout de 2 on peut espérer se payer, en vivre au bout de 3, et faire des bénéfices au bout de 4. Mais c’est plus un clin d’oeil qu’autre chose, quelque chose qui correspond à 80% des cas, pour les autres tout est toujours possible.

  5. Oui, globalement je suis d’accord avec vous sur ces chiffres et dans l’évolution « de l’état d’esprit » du Ecommercant. Çà peu varier un peu en fonction du contexte.
    Bref : faut pas partir battu d’avance, mais il ne faut pas rêver non plus.

  6. D’accord avec ton analyse.
    Une personne pourrait diminuer ces coups si elle n’est pas presse par le temps.
    Referencement manuel, social network….
    Mais bon on dit aussi que le temps c’est de l’argent…

  7. Article intéressant. Pour le budget marketing, les 3 premiers mois lorsqu’on est sur du marketing plus mass market, est ce qu’il n’est pas préférable quand même de mettre plus de 60% du budget sur le display et l’adwords, avec une proportion un peu moindre et progressive sur l’affiliation et sur le social media ?

  8. Bonsoir,
    j’ ai une super idée pour ouvrir une boutique
    Pas une boutique de vêtements mais comme si c’ était le cas.
    J’ ai trouvé un investisseur potentiel.
    Combien au minimum je dois prévoir au total pour tout lancer dès le début jusqu’ à l’ ouverture svp ?
    Quelqu’ un peut me donner une éstimation ?
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *