Windows 7 mobile ou le pari de la déstructuration des applications

Sur l’iphone, et autres iPad, Androïd, iPod, …, le paradigme est assez simple : on n’est plus dans le monde multi fenêtré. Une fois qu’on a choisi une application, elle occupe tout l’écran.

Pour ma part, je trouve que c’est un vrai progrès… D’ailleurs, cette interface, sur l’iPad, est un choix fort : vu la taille de l’écran, on aurai très bien pu imaginer un système multi fenêtré.

Toujours sur ce sujet, intéressant de voir que, pour la sortie de la prochaine version de l’OS d’Apple, l’une des nouveauté est la gestion plus poussée du mode plein écran pour les applications.

Bref, tout ça pour dire : il y a un vrai courant pour aller vers des applications en mode plein écran.

Microsoft, qui c’est rendu compte, avec la sortie de l’iPhone, a quel point ils avaient du retard, a pris le pari de remettre ce paradigme en cause.

L’idée, c’est donc de ne pas avoir des interfaces centrées sur une application, mais de proposer une navigation par « thématiques », thématiques alimentées par plusieurs applications.

L’idée est bien « disruptive ».

Quelques exemples :

L’agenda, peut être alimenté par plusieurs applications.

Pareil pour le navigateur audio : alimenté par le player natif, ou par des applications du type spotify.

On peut imaginer de tels usages, pour les applications de type réseaux sociaux bien sûr…

Alors, c’est une bonne idée ?

Ben… Je dois dire que je ne suis pas convaincu…

Je trouve que c’est trop compliqué.

D’ailleurs, quand on y réfléchi, il n’est pas si facile de trouver des bons exemples.

Et vous, vous pensez que cette idée va se développer ?

2 commentaires

  1. Merci pour ce sujet de réflexion… Cela me fait penser aux logiciels d’agrégation et de gestion de réseaux sociaux (style Seesmic).

    Le point positif est de pouvoir centraliser les flux d’informations dans le but d’avoir une vision globale et de gagner du temps lors de la consultation.

    Les points négatifs sont :

    > La limitation de l’affichage des fonctionnalités proposées par chacunes des applications, qui incitera les éditeurs à développer en priorité les fonctionnalités supportée par l’OS. Cela tendra à limiter les divergences entre les applications, et finalement donner moins de richesse à l’utilisateur.

    > Et s’il existe aussi dans l’OS la possibilité d’afficher uniquement une application, il en résultera une double consultation des flux (dans l’agrégateur et directement dans l’application) qui finalement feront perdre beaucoup de temps.

  2. Je suis bien content de voir que je ne suis pas le seul à ne pas trop aimer le choix fait par Microsoft.

    D’ailleurs, je trouve que leurs pubs sont assez incompréhensibles, même pour quelqu’un comme moi qui suis technophile et dont c’est le métier de travailler sur les SI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *