Google Adwords : fin de la protection des marques en France !

Cet article est écrit par Christophe Davy, dirigeant de Brand Online Commerce, qui est « l’invité permanent » de François sur ce blog.

Google trade markSous le sobre titre Changement pour les marques en Europe, le Directeur de la stratégie commerciale Google France, Sébastien Badault, vient d’annoncer que dès le 14 septembre prochain, plus aucune marque ne sera protégée en France pour ce qui est de l’achat de mots-clés dans Google Adwords.

Il s’agit là de l’application d’une mesure déjà en place dans certains pays européens depuis 2008/2009 (notamment le Royaume-Uni et l’Irlande) et aux USA et au Canada depuis 2004 ; Google tient d’ailleurs à jour la liste complète des zones géographiques dans lesquelles il « n’enquête pas sur l’utilisation des marques en tant que mots-clés ».

Concrètement, n’importe qui pourra désormais acheter les mots-clés « dior », « chanel » ou « hermes » sur Google Adwords en France.

Alors, les marques doivent-elles avoir peur de ce changement en France pour leur image ? Risque-t-on de voir sur certaines marques une forte augmentation des coûts au clic ? Les boutiques officielles des marques risquent-elles de perdre du business au profit de revendeurs achetant le mot-clé de la marque ?

L’avenir proche nous le dira. Ce qui est certain dès aujourd’hui, c’est que le business de Google ne s’en portera que mieux à court terme…

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

12 commentaires

  1. J’ai bien peur que les grandes marques vont y perdre au change. Avec la protection de marque qui saute on va assister à une augmentation du CPC à cause de l’entrée sur certains mots clés des concurrents, revendeurs … D’autant plus que les CPC de sur les mots clés protégés par les marques sont généralement peu onéreux.

    Au final cette décision devrait profiter à Google étant donné que tout le monde paiera plus cher ses clics !

  2. @Daniel
    A ma connaissance, il n’y a pas de blocage en amont au niveau de Google Adwords.
    Lorsqu’une marque demande à Google de « faire le ménage » pour le mot-clé correspondant son nom, Google le fait. Mais au bout de quelques semaines, il y a toujours quelques annonces qui pointent leur nez sur le mot-clé. Et il faut alors redemander à Google de faire le ménage.
    Demain (i.e. après le 14 septembre en France), ce sera la même chose, sauf que la marque devra argumenter pourquoi elle souhaite interdire tel annonceur d’utiliser le mot-clé à son nom. Et Google sera souverain pour accéder ou pas à sa requête.

  3. Je crois que ce n’est pas à Google de décider uniltéralement de ce point. Oui ca va leur faire beaucoup (mais alors beaucoup) plus de revenus mais une marque reste la propriété d’une société et son usage son privilège.

    Qu’un tiers puisse utiliser cette marque et/ou ce nom d’enseigne pour géréner un revenu, ca m’étonnerai que ca ne donne pas lieu à des procès, qui seront probablement perdus.

    Je n’ai pas le droit de mettre chanel sur le fronton de ma société ou de mon magasin, je ne vois pas en quoi google serait exonéré de cela et pourquoi il pourrait utiliser à loisir tous les noms de marques pour générer des revenus adwords ?

  4. Tu te trompes Philippe. C’est justement parce que Google a gagné des procès contre des marques du luxe récemment qu’ils se permettent maintenant d’ouvrir le systeme

    Une marque est un outil pour vendre. si j’ai un stock de parfum Chanel il n’y a pas de raison que je ne puisse pas utiliser le mot Chanel auprès de mes clients pour le vendre.

    @Christophe: Je doute que Google n’ai pas mis quelques filtres en amont pour détecter les marques sensibles. ça existe déjà pour certains mots clefs litigieux (ex: avertisseur radar » est bloqué en amont)

  5. hummm ok, je vois le principe… C’est très risqué comme décision de justice, il y a eu un appel ou c’est plié définitivement ? Ca a fait juris prudence ? Tu as un lien où l’on peut lire la décision de justice, si elle a été rendue publique ?

    Je pense à cela car, dans un autre secteur, j’ai été victime d’un squattage d’adwords sur le mot clef Bargento, qui est une marque déposée. Quand tu tapais bargento dans google, mes concurrents mettaient des adwords pour capter le trafic. En l’occurence ce concurrent pouvait difficilement se prévaloir d’écouler des places pour Bargento et donc justifier de l’emploi de cette marque, si ?

    Ca devient très facile de prendre tous les noms de marque de tes concurrents ou de ceux que tu veux squatter et d’acheter des mots clefs dessus… Vuitton peut acheter des mots sur Chanel par exemple.

    Au final, c’est Google qui va se baffrer avec la lutte sur les bid des adwords et les marques qui vont se faire squatter. La qualité de service de Google aussi va baisser quelque part car la pollution visuel des publicités sur des mots clefs non ciblés risque de se multiplier j’imagine.

  6. @Daniel
    Google a certainement des filtres pour les marques avec lesquelles il a des démêlés juridiques ; en gros, les marques des grands groupes.
    Mais pour toutes les autres marques, la grande majorité, c’est à elles de se faire connaître et de faire valoir leurs droits.

  7. ca va etre la guerre oui ! et c’est qur que GG va se remplir les poches pour changer…. Mais une question me taraude, pourra-t-on acheter le mot google ?? A la guerre comme a la guerre non ?

  8. Il faut voir comment Google va gérer tout ça. Car si c’est la guerre, il y a risque que les internautes soient déçus lors de leurs clics. Il ne faut pas oublier que de nombreux internautes passent par Google plutôt que par la barre d’adresse pour saisir le site qu’ils veulent visiter. Que vont ils penser si ils arrivent sur un site n’ayant rien à voir? Là, point de salut! C’est GG qui va en faire les frais.

  9. Ce n’est pas parce que Google autorise l’achat de mot clé reproduisant les marques qu’il ne faudra pas rendre des comptes aux sociétés lésées.
    En essayant d’utiliser le mot clé chanel, Google laissera faire, mais il serait étonnant qu’il en soit de même pour Chanel.
    Il gagnerons dans une procédure contre l’utilisateur, ll en serait de même en passant une pub avec le mot Chanel dans n’importe quelle revue ou autre médias.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *