Le chaînon manquant pour une analyse complète du e-commerce

D’un côté, des outils comme Google Analytics nous permettent d’analyser pas mal de choses, de la source des visiteurs jusqu’à la commande :

D’un autre côté, l’ensemble des systèmes d’informations donnent une vue sur la suite du processus :

Le chaînon manquant, c’est qu’il est loin d’être facile de relier les deux univers.

D’où ce schéma :

Vous voyez l’idée ?

Bon, j’en profite pour faire un peu de pub : ce schéma est l’une des slides que je vais utiliser pour la formation sur les tableaux de bords, avec le Benchmark Group.

7 commentaires

  1. Bonjour

    Nous sommes en train de mettre en place des outils pour un de nos projets afin de mixer les informations venant des systèmes de mesures externe et nos données interne.

    Utilise-tu des outils existant ou bien chaque système ayant ses particularités, cela résulte automatiquement sur des développements sur mesure ?

    Alexandre

  2. Volontiers, tu as 2h et un nb de caractères illimité ?
    😉

    En 2 mots, ton schéma met en évidence une problématique bien réelle de raccordement de bases de données, avec toutes les difficultés liées aux phénomènes de discordance, quand on a 2 sources d’information pour une même donnée et que ces sources produisent des chiffres très différents, d’où les premiers débats sympathiques sur la crédibilité respective et les choix pour déterminer quelle source est maître ou quels retraitements sont à effectuer.

    Mais derrière ces questions techniques, quand on commence à parler de la mise en place d’un tableau de bord, cela provoque généralement des étripages entre le marketing et la DAF sur la notion d’indicateurs. Rien que la définition de ce qu’on va considérer comme étant le CA peut donner lieu à de longues discussions pour parvenir à un compromis qui satisfasse tout le monde.

    Or le choix des indicateurs est loin d’être neutre, puisque ce sont ensuite sur leurs évolutions favorables que seront évalués les managers du site marchand. Et sur ce plan, je considère à l’usage que l’utilisation d’une segmentation RF est la plus puissante pour juger de la solidité et du potentiel du fichier clients, alors que cette approche reste encore sous-exploitée hors VADistes traditionnels.

    Suis-je clair ?

  3. Hello,

    Nous avons commencé à potasser à l’intégration direct de chiffre GA dans le back office prestashop, et ceci par onglet « métier » (données analytics liées aux fiches produits dans l’onglet catalogue, données sur les choix de transporteurs dans l’onglet transporteur, le tout en beaucoup plus poussé bien sur)

    Et après rien ne nous interdit de venir insérer des données du prestataire de mailing, de facebook, des comparateurs de prix… on a déjà mis tout ca en place pour les marketplaces ca ne devrait pas être compliqué 🙂

    Mais le soucis de Prestashop est que le BO est très loin d’être aussi modulaire que le FO, et vu le temps que cela va prendre et l’habitude des utilisateurs Prestashop de ne pas payer cher leur module on s’est fait une raison assez rapidement… on va continuer à se développer sur les marketplaces 🙂 mais ravi de voir que la même reflexion s’est aussi produite chez toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *