Et si tout changeait sur Internet ?

Internet est un nouveau média, et les règles peuvent changer très vite.

On a pris certaines habitudes…

Il y a pas mal de liberté derrière tout ça.

Mais ça pourrait changer très vite.

Pour prendre une analogie, on est peut être dans la situation des routes, juste avant les obligations, de limitations de vitesse, de radars, de ceintures de sécurité obligatoires et de contrôles techniques.

On aurait dit, en 1950, que tout ça allait venir sur les routes, on l’aurait sans doute pas cru, et on aurait parlé de répression, …

C’est peut être ce qui nous attend sur Internet, avec des poussées locales type Hadopi Loppsi en France, mais surtout ACTA, qui serait en cours de négociation au niveau international.

L’idée derrière tout ça ?

Mettre fin aux échanges de médias non payés. Clairement, ce sont les lobby des majors qui œuvrent pour essayer d’endiguer ces comportements.

Pour moi, c’est une cause perdue, parce que :

  • La copie numérique permet une copie sans perte de qualité ;
  • Le support de stockage devient e plus en plus petit (clé USB de 64 Gb…) ;
  • Les Internautes trouveront toujours des moyens pour échanger les fichiers, que ça soit par Internet, ou via des « disque dur party ».

Pour ma part, au risque de choquer certains, je suis pour une police internationale de l’Internet, simplement parce qu’Internet est aussi un outil au main des mafias de tous bords et autres terroristes.

Mais je crois que c’est anti productif que de laisser les lobby des médias agir sur ce terrain.

Que risque-t-on ?

Si j’ai bien compris, un des risques majeur est de rendre responsable les hébergeurs et autres fournisseurs de services, des contenus qu’ils mettent à disposition.

Cela changerait tout, car pour mettre en œuvre les contrôles nécessaires, ces acteurs devraient dépenser beaucoup d’argent. Argent qui viendrait forcément de quelque part… Internet deviendrait beaucoup moins ‘gratuit’, les services seraient beaucoup plus chers…

Et après ?

ça secouerait grandement le modèle actuel, c’est sûr.

C’est d’ailleur sans doute ce qui devrait freiner la mise en application de tels règles. Internet, et l’innovation associée, est sans doute un moteur important pour les US… Prendront-ils le risque de le gripper ?

Mais bon, si c’est quand même appliqué, alors l’internet que nous connaissons serait complètement changé.

A partir de là, on peut imaginer que des Internet parallèles pourraient se développer… Scénario intéressant, mais complexe à creuser. ça serait sans doute intéressant d’en discuter par exemple avec le sieur Jean Michel

Et vous, qu’en pense vous ?

Pour en savoir plus sur Acta : ici et .

Et une petite vidéo en prime :

3 commentaires

  1. Bonjour,

    Billet pertinent surtout en ce qui concerne une police de l’internet. Mais attention car qui dit police dit également loi et là, tout devient plus compliqué car derrière les lois, on retrouve des parlements.

    Quel serait l’organe législatif de l’Internet mondial ? Qui voterait ces lois ? Quid des tribunaux ? Faudrait-il des tribunaux spéciaux style La Haye ?

    Cela dit, l’idée est là. Maintenant pour la mettre en application… ce sera peut être pour nos petits enfants!!

    Alexis

  2. Billet intéréssant mais tu oublies un sujet encore plus important et qui pèse de plus en plus sur les décisions mondiales sur internet: les ‘cyber-attacks’ organisées par un pays contre un autre pays (Russia vs Georgia, Russia vs Estonia, China vs some US businesses, etc…)

    Cela sera amha un des plus gros enjeux du net dans les années à venir. Notre dépendance est devenue bien trop importante et il est en même temps bien trop facile (façon de parler) de mener des DDoS à partir de botnets de PC partout dans le monde…

    Sinon, je suis pour une ‘police’ web car je crois en la création artistique et intellectuelle et qu’ il faut donc protéger celle-ci.
    Le tout-gratuit est un leurre!

  3. Déjà qu’il est impossible de créer une police mondiale de la finance… une police de l’Internet, on y est pas encore.

    Derrière tout ce cinéma sur la copie numérique se cache sans doute autre chose : le réel objectif est, je pense, de poser les fondations de certains principes relatifs à la propriété intellectuelle qui seront fort utiles au grandes (très grandes) entreprises lorsque les nanotechnologies permettront de fabriquer n’importe quoi à partir de n’importe quoi, c’est à dire lorsque les biens matériels pourront se dupliquer comme on duplique des fichiers numériques.

    Que deviendra alors l’économie le jour ou produire des biens matériels ne voudra plus rien dire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *