Petit guide pratique de l’arnaque tranquille

(Suite de ce billet)

1. Prendre un nom de domaine qui sonne officiel. Exemple : mon-administration.org, conseil-régionnal.og, …

2. Faire un site avec un design copié sur des sites officiels. Mettre du bleu, du blanc, du rouge, des Mariannes…
L’investissement est limité, car les vrais sites officiels ne mettent pas la barre très haut 😉

3. Aller piocher des infos, sur des sites officiels. Vous pouvez ainsi remplir votre site avec des liens vers des publications des mairies, des conseils régionaux, …

4. Appeler les web master de quelques sites officiels, pour qu’ils référencent votre site. Ce référencement augmentera beaucoup votre crédibilité. En faisant une recherche sur votre site, les vrais sites officiels ressortirons !

« A y est », vous avez votre vitrine pour attirer le pigeon.
La prospection peut commencer.

5. Prospecter le pigeon. Contacter des boites, finalement dans n’importe quel domaine.
La promesse : du business en quantité, via les collectivités locales, et une procédure simplifiée

6. Quand un pigeon est ferré, lui envoyer des documents pompeux, de pré sélection, de qualification,…. Important : il faut que ça fasse administratif (mais pas trop lourd, ce sont des procédures accélérées, hein…

7. Appeler le pigeon ferré, pour lui expliquer qu’il y a des dizaines d’appels d’offres en attente, que ça doit démarrer demain, et qu’il convient de compléter le dossier bien vite.

8. Si le pigeon joue son rôle, si son attention est émoussée par la promesse, il devrait payer sa cotisation mensuelle (300 €), ce qui est finalement bien peu de chose au regard de la promesse.

9. Si le pigeon paye, vous lui enverrez de temps à autre des liens vers des appels d’offres publics. Aucune valeur (il suffit d’aller piocher dans le journal officiel) mais le temps qu’il s’en rende compte, vous aurez gagné de l’argent…

Mes conseils :

  • Si l’honnêteté ne vous étouffe pas, foncez, apparemment, même démasqué, personne ne s’occupera de poursuivre une telle activité.
  • Il faut bien travailler l’image. Dans mon cas, si le site avait été un brin mieux fait (au lieu de liens un peu frelatés, de 2002 !), et si le whois avait été un brin plus crédible, j’aurais peut être payé mes 300 €….
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

6 commentaires

  1. A quand une émission spéciale de Julien Courbet sur les arnaques du net 🙂 !

    Perso j’ai un gros faible pour l’arnaque au typosquating de masse avec les .cm.

    Toute personne qui oublie le o de .com dans une adresse est redirigée vers une page de liens sponsorisés…
    Petit test => http://www.ziserman.cm
    De quoi s’en mettre plein les poches !
    (source : http://weblog.johnlevine.com/ICANN/cameroon.html?seemore=y )

    Autre cybersquating fameux : http://www.france2.com qui rend fou france television depuis un bon moment !

    Bon allez j’arrête d’étaler ma culture et je retourne bosser, J – 45 😉

  2. Merci pour ce business model :-), d’ailleurs pourquoi pas monter un site sur les arnaques à faire. D’ailleurs ça existe sûrement déjà.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *